Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Motion de défiance envers le gouverneur de l'Ituri

Le gouverneur de l'Ituri Jean Bamanisa le 11 septembre 2011.

Le gouverneur de l'Ituri, province instable riche en or du nord-est de la République démocratique du Congo, a été la cible mercredi d'une motion de défiance très largement adoptée par les députés de l'assemblée provinciale.

Dans cette motion adoptée par 27 voix sur 28 votants, les députés reprochent en premier lieu au gouverneur Jean Bamanisa "la gestion opaque" d'un fond gouvernemental en faveur des déplacés dans la province.

Des dizaines de milliers de civils avaient fui des tueries fin 2017 et début 2018, puis en juin 2019, en territoire de Djugu dans le nord de la province.

La dernière flambée de violences de juin "avait contraint près de 360.000 personnes à se déplacer", a estimé mercredi le Haut commissariat aux réfugiés des Nations unies (UNHCR), en annonçant l'ouverture d'un camp dans la capitale provinciale Bunia.

Les députés reprochent également au gouverneur Jean Bamanisa, un homme d'affaires proche de l'ancien président Joseph Kabila, "l'achat de dix véhicules à la police pour un montant exorbitant" et "la vente de 12 lingots d'or confisqués par la justice militaire".

Les députés ont dû siéger en pleine rue car la police leur a empêché l'accès aux bâtiments de l'assemblée provinciale pour tenir leur séance plénière, selon un témoin sur place joint par l'AFP.

L'AFP a vainement tenté de joindre le gouverneur pour entendre sa propre version des faits et savoir s'il acceptait sa destitution par ces mêmes députés qui l'avaient élu à son poste au début de l'année. M. Bamanisa avait alors été élu en candidat indépendant.

Toutes les actualités

Des milliers de réfugiés centrafricains vivent dans des abris de fortune

Des milliers de réfugiés centrafricains vivent dans des abris de fortune
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:04 0:00

Modeste Bahati élu président du Sénat

Modeste Bahati élu président du Sénat
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:55 0:00

Le Sénat congolais se dote d'un bureau pro-Tshisekedi

Le Sénat congolais se dote d'un bureau pro-Tshisekedi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Modeste Bahati Lukwebo élu président du Sénat de la RDC

Modeste Bahati Lukwebo, leader de l'AFDC-A (Alliance des forces démocratiques du Congo et alliés), Kinshasa, 5 décembre 2018. (Facebook/Bahati Lukwebo).

Modeste Bahati Lukwebo, leader de la deuxième plateforme majoritaire au parlement, l’Alliance des forces démocratiques du Congo (AFDC) a été élu mardi président de la chambre haute de la RDC. C'est lui qui a fait basculer la majorité en faveur du président Félix Tshisekedi.

Une victoire sans surprise car M. Bahati, 65 ans, était le candidat unique au poste du chef du Sénat congolais.

Sur les 98 sénateurs présents, 89 ont voté en sa faveur.

Nommé "informateur" après les consultations au terme desquelles le président Félix Tshisekedi a proclamé la rupture de l’alliance de gouvernement conclue avec le Front commun pour le Congo (FCC) de l’ancien président Joseph Kabila, M. Bahati est parvenu à se positionner comme un incontournable dans la classe politique congolaise.

Comme informateur, sa tâche était d’identifier la nouvelle majorité. Ce qu’il a fait en permettant à l’Union sacrée, chère au chef de l'État, d'asseoir son emprise sur l'échiquier politique national.

Ancien du FCC, M. Bahati était en fait l’un de tous premiers transfuges à changer de bord.

Son départ avait déclenché l’avalanche d’autres traversées des Kabilistes qui jusque là avaient fait voeu de fidélité à l'ex-président.

Des indiscrétions du FCC affirment que M. Bahati avait demandé à M. Kabila le fauteuil du Premier ministre et s'était aussi proposé comme candidat à M. Kabila à la succession de M. Kabilia lors de la présidentielle de décembre 2018. En vain.

Frustré, M. Bahati, ancien syndicaliste et membre de la société civile, a bataillé dur et s’est fait allié au président Tshisekedi.

Cette alliance a même donné des ailes au président Tshisekedi qui, n’ayant pas la majorité, y a vu une opportunité de faire basculer le poids au parlement en sa faveur.

M. Bahati, pour sa part, confirmait ses appétits et ses ambitions.

Comme président du Sénat, M. Bahati devient la deuxième personnalité du pays et à ce titre, la Constitution lui accorde de remplacer le chef de l’Etat en cas d’empêchement.

L’élection de M. Bahati est le tout dernier mouvement dans le cadre de la vague de l’Union sacrée qui a fait tomber le bureau définitif de deux chambres, jusqu'ici dominées par des Kabilisites.

Trois nouveaux cas d'Ebola confirmés en RDC

Trois nouveaux cas d'Ebola confirmés en RDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:53 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG