Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Ebola en RDC: 300 attaques dont six mortelles contre des agents de la "riposte"

Maurice, 35 ans, et Esperanze, 26 ans, survivants d'Ebola, à Beni, le 17 setptembre 2019.

Trois cents attaques, ayant causé six morts et 70 blessés, ont été recensées en onze mois contre des agents de la riposte anti-Ebola dans trois provinces de l'est de la République démocratique du Congo, annoncent lundi les autorités sanitaires.

"Depuis le 1er janvier 2019, il a été documenté plus de trois cents attaques contre des travailleurs de la santé ayant causé six décès et 70 blessures chez des travailleurs de la santé et des patients en RDC", lit-on dans le bulletin quotidien du ministère de la Santé.

"Chaque attaque retarde" les activités de la lutte parce qu'elle empêche les équipes d'avoir accès à la population et de faire les interventions prévues, ont déploré les autorités sanitaires.

Dans la nuit de samedi à dimanche, un animateur d'une radio locale, impliqué dans la lutte contre l'épidémie, a été assassiné en Ituri.

Le 19 avril, un épidémiologiste de nationalité camerounaise qui travaillait pour l'OMS avait été tué dans une attaque d'hommes armés contre l'hôpital universitaire de Butembo dans la province voisine du Nord-Kivu (est).

"Quoi qu'il en soit, l'équipe de la riposte continuera à lutter contre cette maladie avec l'implication des communautés et de la population touchée, y compris l'appui de tous les partenaires impliqués", ont rassuré les autorités.

L'épidémie d'Ebola qui sévit actuellement dans l'est congolais touche les zones reculées et conflictuelles des provinces du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et de l'Ituri. Jusqu'à présent 2.185 décès ont été enregistrés sur 3.274 cas, selon les autorités congolaises.

L'actuelle épidémie d'Ebola est la dixième sur le sol congolais depuis 1976 et la deuxième la plus grave de l'histoire après celle qui a fait quelque 11.000 morts en Afrique de l'Ouest en 2014.

Toutes les actualités

Le petit prince en Tshiluba

Le petit prince en Tshiluba
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:56 0:00

Une radio engagée dans la lutte contre l’Ebola ferme ses portes

Une radio engagée dans la lutte contre l’Ebola ferme ses portes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:58 0:00

Arrêt de "toutes discussions" avec le Front Commun pour le Congo

Arrêt de "toutes discussions" avec le Front Commun pour le Congo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

RDC: retour d'exil d'un opposant de l'ancien régime Kabila

Des militants des mouvements citoyens Lucha, Filimbi et Réveil des indignés réclament le départ du pouvoir du président Joseph Kabila dont le mandat s’est terminé le 19 décembre 2016. VOA/Ernest Muhero

L'un des fondateurs du mouvement citoyen Filimbi, Floribert Anzulini, est rentré dimanche à Kinshasa après plus de quatre ans en Belgique où il avait fui le régime de l'ancien président Joseph Kabila.

Joint par l'AFP, M. Anzulini a jugé le moment "propice" pour son retour plus de neuf mois après l'investiture du nouveau chef de l'Etat Félix Tshisekedi, proclamé vainqueur de l'élection du 30 décembre.

Il se félicite que "la mobilisation interne et externe" ait empêché Joseph Kabila de se représenter, puis d'imposer son "dauphin", Emmanuel Ramazani Shadary, comme vainqueur de la présidentielle.

"Pour nous ce processus électoral n'a pas été suffisamment transparent et démocratique", ajoute-t-il cependant.

"Le système que nous continuons à combattre est toujours en place", a-t-il ajouté. "Notre rôle va être d'éradiquer pacifiquement toutes les racines du système et ses différents maux: corruption, mauvaise gouvernance, détournement des fonds publics, violences politiques...".

Le président Tshisekedi, qui gouverne en coalition avec son prédécesseur, affirme également vouloir lutter contre la corruption.

"Il nous faut aujourd'hui bien plus que des promesses. C'est dans les actes que nous jugerons", a commenté M. Anzulini.

Cadre bancaire spécialisé dans la gestion des risques, M. Anzulini avait quitté la République démocratique du Congo en mars 2015 après un coup de filet de la police visant Filimbi et des activistes des mouvements Balai citoyen (Burkina Faso) et Y'en a marre (Sénégal).

En son absence, quatre militants de son mouvement Filimbi ("coup de sifflet" en swahili) ont été emprisonnés près d'un an sous l'ancien régime de Joseph Kabila. Ils ont été libérés juste avant les élections du 30 décembre 2018.

Plusieurs opposants sont rentrés de l'étranger en RDC depuis l'investiture du président Tshisekedi. Le plus célèbre est l'ancien gouverneur du Katanga minier Moïse Katumbi, rentré le 20 mai dernier après trois ans en Belgique.

Une école pour les enfants handicapés à Lubumbashi

Une école pour les enfants handicapés à Lubumbashi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:01 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG