Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Assassinat d'un autre chef traditionnel dans l'ouest du Niger

Le président nigérien Issoufou Mahamadou devant des militaires à Diffa, le 9 novembre 2019. (Crédit : Présidence de la république du Niger)

Un chef traditionnel a été tué mardi dans le sud-ouest du Niger, près de la frontière malienne, dans la région de Tillabéri en proie aux attaques jihadistes.

Entre avril et juillet, au moins trois chefs traditionnels et quatre responsables touaregs ont été tués dans des attaques attribuées à l'Etat islamique dans le Grand Sahara (EIGS) par des sources sécuritaires.

"Ali Maïnassara, chef du village de Boni a été enlevé lundi dernier par des hommes armés et son corps a été retrouvé hier après-midi (mardi)", a affirmé à l'AFP un de ses proches.

"Les assaillants ont incendié sa maison et sont repartis avec lui", a-t-il précisés.

"La stratégie de l'EIGS est d'en finir avec la chefferie traditionnelle (très influence au Niger) dans les zones frontalières. C'est une façon de vider la zone de la présence effective de l'Etat à travers cette représentation pour s'installer et imposer la loi", avait expliqué à l'AFP une source sécuritaire.

Les attaques jihadistes ont contraint des milliers de civils à fuir leur village pour se réfugier plus au Sud, selon les ONG. Le Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) a dénombré fin octobre, 78.044 déplacés internes dans les régions de Tillabéri et Tahoua (ouest).

Toutes les actualités

Une dizaine de chefs d'accusation contre Hama Amadou

Une dizaine de chefs d'accusation contre Hama Amadou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

L'opposant Amadou Hama emprisonné à Niamey après sa garde à vue

Un homme se tient devant une affiche de campagne du candidat présidentiel Hama Amadou à Niamey le 27 février 2016.

L'opposant Amadou Hama été emprisonné lundi à Niamey après trois jours de garde à vue pour son rôle présumé dans les troubles ayant suivi la proclamation des résultats de la présidentielle au Niger, ont annoncé à l'AFP les services du procureur.

Amadou Hama "a été placé sous mandat de dépôt à (la prison de) Filingué" à Niamey sous "beaucoup de chefs d'accusation", dont "sa complicité" dans des manifestations et destructions de biens, selon ces services.

M. Hama, ancien Premier ministre et ancien président de l'Assemblée nationale, est également accusé "de propagande régionaliste" et "de propos de nature à dresser les gens les uns contre les autres".

"D'autres personnes" détenues en lien avec les troubles ayant suivi la proclamation des résultats provisoires du second tour la présidentielle du 21 février "ont également été placées sous madat de dépôt", selon les services du procureur, qui n'ont pas cité leurs noms.

M. Hama s'était présenté de lui-même vendredi à la police de Niamey où il a passé trois jours en garde à vue avant d'être emprisonné sur décison du doyen des juges d'instruction chargé de son dossier.

Le ministre de l'Intérieur, Alkache Alhada, l'avait accusé la veille "d'être le principal auteur" des troubles ayant éclaté à Niamey après l'annonce le 23 février par la Commission électorale nationale indépendante (Céni) de l'élection de Mohamed Bazoum au second tour de la présidentielle.

Ces troubles ont fait deux morts, entraîné des pillages de commerces, des destructions d'infrastructures et de biens privés, et ont conduit à l'interpellation de 468 personnes, selon le ministre de l'Intérieur.

La victoire de M. Bazoum, dauphin du président sortant Mahamadou Issoufou, avec 55,7% des voix, est contestée par l'opposant et ancien chef d'Etat Mahamane Ousmane. Celui-ci s'est proclamé vainqueur, revendiquant 50,3% des voix.

Lundi, la coalition de l'opposition Cap 20/21 et ses alliés ont annoncé leur détermination à "défendre" la "victoire" de l'opposant Mahamane Ousmane "par tous les moyens de droit".

La coalition "exige" la "libération sans condition" des personnes interpellées, dont Amadou Hama.

Considéré comme un sérieux challenger à la présidentielle, Amadou Hama n'a pas pu se présenter à l'élection en raison de sa condamnation à un an de prison pour une affaire de trafic de bébés, affaire qu'il a qualifiée de "complot" pour l'écarter du scrutin.

Il avait apporté son soutien à Mahamane Ousmane.

Parmi les personnes arrêtées figure également l'ancien chef d'état-major des armées Moumouni Boureima, proche de Amadou Hama, accusé d'être l'un des "meneurs" des troubles à Niamey.

Selon la presse locale, Djibrilla Baré Maïnassara, candidat au premier tour qui a soutenu M. Ousmane et frère de l'ex-président Ibrahim Baré Maïnassara, assassiné lors d'un coup d'Etat en 1999, fait aussi partie des personnes détenues.

Le weekend a été calme à Niamey

Le weekend a été calme à Niamey
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Sidi Bilan: "Ce qui se passe en ce moment c'est du jamais vu au Niger"

Sidi Bilan: "Ce qui se passe en ce moment c'est du jamais vu au Niger"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:20 0:00

Les interpellations des opposants continuent à Niamey

Les interpellations des opposants continuent à Niamey
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG