Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Aide de l'ONU à 40.000 réfugiés du Nigeria

Le président du Niger, Mahamadou Issoufou à Ouagadougou, le 14 septembre 2019.

L'ONU a annoncé mercredi avoir débloqué huit millions de dollars pour venir en aide à plus de 40.000 réfugiés ayant fui les violences au Nigeria pour s'installer au Niger voisin. 

L'argent alloué par le Fonds central de réponses aux urgences du Système des Nations Unies (Cerf) doit assurer aux 41.000 réfugiés installés dans la région de Maradi (centre-sud nigérien) "une assistance d'urgence" en sécurité alimentaire, en nutrition, en eau, en hygiène et assainissement, en abris", précise l'ONU dans un communiqué.

Les réfugiés nigérians se sont installés depuis mai 2019 dans trois communes de Maradi (Guidan Roumji, Guidan Sori et Tibiri) "occasionnant d'importants besoins", y compris pour les populations locales, selon le communiqué.

Ces réfugiés sont issus des Etats de Sokoto, Katsina et Zamfara au Nigeria, qui sont des théâtres d'exactions de bandes armées, dont le groupe jihadiste Boko Haram.

Dès 2018, Niamey avait renforcé la surveillance de frontière avec le Nigeria pour faire face aux violences qui affectent également la région de Maradi.

Au Niger, des "bandits armés" procèdent à des enlèvements contre rançon, attaquent des commerçants et faisant des razzias de bétail qu'ils conduisent au Nigeria, d'après le ministère nigérien de l'Intérieur Mohamed Bazoum.

Entre 1er janvier et 31 août 2019, les autorités de Maradi ont répertorié 31 personnes tuées et 34 blessées dans 81 attaques de ces "bandits armés". 92 autres personnes ont été enlevées et 3.000 têtes de bétail emportées par les assaillants. Certaines personnes kidnappées ont été relâchées après le versement de rançons et d'autres libérées au cours d'opérations militaires, a indiqué à l'AFP une source sécuritaire.

En décembre 2O18, dix militaires - cinq Nigériens et cinq Nigérians - avaient été tués lors d'une opération conjointe le long de cette frontière. "Onze bandits" avaient également été neutralisés dans l'opération, selon l'armée du Niger.

Le Niger, un des Etats les plus pauvres au monde, abrite 450.000 réfugiés (Nigérians, Maliens et Burkinabé) et déplacés internes, chassés par les violences jihadistes ou des bandes armées, a indiqué l'ONU qui s'inquiète du manque de fonds pour couvrir tous les besoins.

Toutes les actualités

Les humanitaires resteront "aux côté des populations", malgré les meurtres de Kouré

Des responsables de l'ONG française ACTED en conférence de presse au siège du groupe à Paris, le 10 août 2020.

La communauté des humanitaires intervenant au Niger ont affirmé mardi leur "détermination" à "rester aux côtés des populations nigériennes", même après l'assassinat dimanche de huit personnes dont six humanitaires français à Kouré à 60 km au (sud-est)de Niamey.

Les six Français, leur guide et leur chauffeur nigériens, dont la plupart sont des employés de l'ONG Acted, ont été froidement abattus lors d'une excursion touristique dans la localité de Kouré, une zone très boisée où vivent les dernières girafes d'Afrique de l'Ouest à 70 km de Niamey.

"Loin de nous décourager, ces assassinats renforcent notre détermination à poursuivre notre mission et à rester aux côtés des populations nigériennes", a assuré dans un communiqué, Khardiata Lo Ndiaye, la coordonnatrice humanitaire pour le Niger, s'exprimant au nom de toutes les ONG internationales au Niger.

Dénoncée comme "terroriste" par Niamey et Paris, l'attaque a été perpétrée dans un pays où les activités sur le terrain des ONG internationales étaient déjà affectées par les violences jihadistes, rendant difficile l'assistance à des milliers de réfugiés et de déplacés.

"Je réitère notre engagement à poursuivre nos activités humanitaires en appui au gouvernement, partout où les besoins existent, surtout en ces moments extrêmement difficiles", a tranché Mme Ndiaye, dans ce communiqué transmis à l'AFP.

Selon elle, "rien ne peut justifier le lâche assassinat" de personnes qui, "au prix de sacrifices incommensurables ont choisi de servir les plus démunis". "Je suis indignée et attristée par ces assassinats".

"Nous espérons vivement que tout sera mis en oeuvre par le gouvernement pour appréhender les auteurs de cette attaque afin de les traduire devant les juridictions compétentes pour qu’ils répondent de leurs actes et qu’ils subissent la rigueur de la loi", a souligné la Coordonnatrice humanitaire pour le Niger.

"Les humanitaires sont très utiles, ils apportent quelque chose. On a besoin de leur présence, on ne souhaite pas qu'ils quittent" le pays à cause de l'insécurité, avait souligné Moussa Tchangari, le responsable d'Alternative espace citoyen (AEC), une des plus importantes ONG nigériennes.

D'autant plus que "par rapport au budget d'investissement de l'Etat nigérien, l'apport de l'extérieur est énorme et représente près de 80%", pointe Moussa Tchangari.

Rage et consternation au Niger après l'assassinat d'agents humanitaires

Rage et consternation au Niger après l'assassinat d'agents humanitaires
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:26 0:00

Attaque de Kouré: le Conseil de sécurité du Niger s'est réuni

Attaque de Kouré: le Conseil de sécurité du Niger s'est réuni
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:02 0:00

Images du site où 8 personnes ont été tuées par des hommes armés

Images du site où 8 personnes ont été tuées par des hommes armés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:14 0:00

Humanitaires tués: les autorités nigériennes ouvrent une enquête

Humanitaires tués: les autorités nigériennes ouvrent une enquête
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:51 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG