Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Manifestants nigériens tués en 2021: "l'indemnisation ne va pas nous distraire"

Manifestants nigériens tués en 2021: "l'indemnisation ne va pas nous distraire"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

L'ONU dit regretter le départ du Mali du G5 Sahel

L'ONU dit regretter le départ du Mali du G5 Sahel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Le G5 Sahel, dans l'inconnu sur son avenir, déplore le retrait du Mali

Les représentants du G5 Sahel au Palais des Congrès à Niamey, au Niger, le 17 juillet 2018. (VOA/Abdoul-Razak Idrissa)

La décision du Mali de quitter l'organisation antijihadiste du G5 Sahel est "regrettable", a déclaré mercredi au Conseil de sécurité de l'ONU son secrétaire exécutif, Eric Tiaré, alors que le Niger considère déjà que cette instance régionale n'existe plus.

Depuis sa création, le G5 Sahel, aussi formé de la Mauritanie, du Tchad, du Burkina Faso et du Niger et dotée jusqu'à présent d'une force de 5.000 militaires, "a mené le bon combat sur ses deux fronts", "la lutte contre le terrorisme" et "le développement socio-économique" de la région, a fait valoir le responsable.

Malgré la dégradation de la situation sécuritaire, "la force a connu des succès" dans ses opérations conjointes, a insisté Eric Tiaré, en réclamant à l'ONU un plus grand soutien. "Nous lançons un appel à l'ONU pour qu'elle s'implique davantage dans le soutien au G5 Sahel", a-t-il dit.

En dépit de demandes répétées du secrétaire général des Nations unies et notamment de la France, les Etats-Unis ont toujours refusé au G5 Sahel un soutien onusien substantiel et financier de l'ensemble des 193 membres de l'ONU, lui préférant les aides bilatérales. Une position réaffirmée mercredi par Washington.

Dans un entretien aux médias français La Croix et L'Obs, publié mercredi, le président nigérien Mohamed Bazoum a tiré un trait définitif sur le G5 Sahel après le retrait du Mali.

"Le G5 Sahel est mort. Depuis le second coup d'Etat au Mali (en mai 2021), Bamako est dans une fuite en avant qui l'isole en Afrique et nous prive d'une stratégie concertée et coordonnée pour lutter contre le terrorisme", a-t-il souligné.

En regrettant comme d'autres membres du Conseil le départ du Mali, au "rôle moteur" dans l'organisation depuis sa création, l'ambassadeur français à l'ONU, Nicolas de Rivière, a appelé à "ne pas tirer de conclusions hâtives" sur son avenir. Il revient aux cinq Etats ayant créé le G5 Sahel de "décider ce qu'ils veulent en faire", avait-il précisé avant la réunion à des journalistes.

L'ambassadrice adjointe de la Russie à l'ONU, Anna Evstigneeva, a demandé pour sa part au G5 Sahel de "garantir une ligne autonome" de son action "sans diktat extérieur".

La junte au pouvoir au Mali, visant implicitement la France, a annoncé dimanche quitter le G5 Sahel en l'accusant d'être "instrumentalisée" par l'"extérieur".

Les cinq pays fondateurs en 2014 du G5 Sahel, aux armées sous-équipées, avaient lancé en 2017 leur force militaire conjointe alors que l'étau des jihadistes se resserrait autour d'eux. Partie du nord en 2012, les violences se sont propagées au centre, puis au Burkina Faso et au Niger, faisant des milliers de morts civils et militaires malgré la présence de forces françaises, européennes, africaines et d'une mission de Casques bleus (Minusma).

La Croix-Rouge vient en aide à 3500 ménages nigériens en insécurité alimentaire

La Croix-Rouge vient en aide à 3500 ménages nigériens en insécurité alimentaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:49 0:00

Convoi Barkhane bloqué: des tirs mortels "probablement" français, selon Niamey

Des véhicules blindés Griffon de l'opération Barkhane se préparent à partir pour la dernière patrouille avant la cérémonie de remise de la base militaire de Barkhane à l'armée malienne à Tombouctou, le 14 décembre 2021. (Photo FLORENT VERGNES / AFP)

Les enquêtes menées par le Niger et la France n'ont pu établir qui a tué trois manifestants lors du blocage d'un convoi de la force Barkhane en novembre 2021, a annoncé Niamey, jugeant toutefois que les tirs de soldats français avaient "probablement" causé leur mort.

Les deux pays dédommageront les victimes ou leurs familles, a annoncé le ministère nigérien de l'Intérieur en publiant mardi soir les résultats de ces enquêtes, et saluant "leur collaboration dans ce dossier particulièrement sensible".

"L'exploitation des résultats de l'enquête de la gendarmerie du Niger et de l'armée française" n'a "pas permis de cerner le déroulement exact des évènements qui ont provoqué la mort et les blessures des manifestants", a indiqué le ministère, rappelant que 17 civils, sept gendarmes nigériens et sept militaires français avaient également été blessés.

Mais dans un entretien aux journaux français La Croix et L'Obs publié mercredi, le président nigérien Mohamed Bazoum s'est démarqué de l'enquête française qui selon lui "a consisté à dire que l'armée française avait procédé à des sommations avec des armes létales" et "a conclu que ses militaires n'avaient pas tué".

Or, "ce sont probablement les moyens létaux utilisés par l'armée française, à des fins de sommation, qui ont eu pour effet d'atteindre un certain nombre de manifestants et tué trois d'entre eux, des enfants", a-t-il estimé.

Sollicité par l'AFP, l'état-major des armées à Paris n'a pas démenti que les victimes aient pu être atteintes par des tirs de militaires français, soulignant que ses hommes, confrontés ce jour-là à "une foule particulièrement violente" avaient "fait usage de la force de manière proportionnée et adaptée".

"A la suite de ces tirs de sommation au sol, ils ont observé une seule personne blessée prise en charge par les secours", a précisé l'état-major français, soulignant que "la situation confuse" n'avait pas permis de déterminer s'il existait un lien entre les tirs français et la mort de manifestants.

La manifestation contre le passage de ce convoi a été l'une des rares sources de tension entre Paris et Niamey, qui entretiennent des relations étroites, contrairement à celles, extrêmement tendues actuellement, entre la France et le Mali.

"Graves défaillances"

Fin novembre 2021, un convoi militaire de Barkhane, l'opération de l'armée française au Sahel, parti d'Abidjan (Côte d'Ivoire) pour rejoindre Gao (Mali) avait d'abord été bloqué et caillassé par des manifestants à Kaya, au Burkina Faso.

Il avait repris sa route avant d'être de nouveau interrompu par des manifestants en colère à Téra, dans l'ouest du Niger. Trois d'entre eux avaient été tués, dans des tirs imputés par le gouvernement nigérien à ses forces ou aux forces françaises. En décembre, M. Bazoum avait "ordonné une enquête" et "exigé des autorités françaises" qu'elles fassent de même.

L'enquête conduite par la gendarmerie nigérienne "a mis en évidence de graves défaillances du dispositif de maintien de l'ordre prévu pour gérer cette situation" par le Niger, qui "ont amené l'armée française à recourir à la force pour s'extraire de la pression des manifestants", a souligné le ministère de l'Intérieur.

"L'enquête menée par l'armée française, quant à elle, tout en reconnaissant le recours par le convoi à la force pour s'extirper de la foule qui le menaçait, conclut que les faits se sont déroulés dans des conditions réglementaires au moyen de tirs de sommation", a-t-il indiqué.

"Si la France a une part de responsabilité, le Niger aussi", a reconnu M. Bazoum dans son interview. "Nous avions engagé des forces pour maintenir l'ordre et elles n'ont pas été efficaces. Les Français ont dû se dégager eux-mêmes, ils ont dû utiliser des moyens létaux qui ont pu provoquer la mort", a-t-il déploré. "Les familles attendent d'être indemnisées. Nous allons le faire, c'est notre responsabilité", a-t-il ajouté.

Selon le ministère de l'Intérieur, "le Niger et la France ont décidé d'assurer ensemble le dédommagement des familles des victimes ainsi que des blessés", sans précision sur le montant, mais avec une répartition "à part égale" entre les deux pays, selon le communiqué. La manifestation "était loin d'être un évènement spontané", a souligné le ministère.

A la suite de cet épisode, le président nigérien avait remplacé son ministre de l'Intérieur, Alkache Alhada, ainsi que le Haut commandant de la gendarmerie, le général Salifou Wakasso.

Le Niger subit les attaques régulières et meurtrières de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda et au groupe Etat islamique (EI) dans l'ouest, et à celles de Boko Haram et de l'Etat islamique en Afrique de l'ouest (Iswap) dans le sud-est.

Voir plus

XS
SM
MD
LG