Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mauritanie

Nouveau repentir d'un blogueur accusé de blasphème

Cheikh Ould Mohamed Ould Mkheitir, bloggeur accusé de blasphème en Mauritanie, 3 février 2017. (Twitter/Cridem.org)

Le blogueur mauritanien Mohamed Cheikh Ould Mkheïtir, maintenu en détention au-delà de sa peine après une condamnation pour un article jugé blasphématoire envers le prophète de l'islam, s'est une nouvelle fois repenti mardi, condition posée par des religieux pour sa libération, selon un responsable.

M. Ould Mkheïtir, 36 ans, détenu depuis janvier 2014, a vu sa condamnation à mort pour apostasie ramenée en appel à deux ans de prison en novembre 2017, après avoir exprimé son repentir.

Il aurait donc dû être remis en liberté, le pourvoi en cassation du parquet n'étant pas suspensif. Mais il a été placé depuis en détention administrative.

Le président sortant mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, qui doit être remplacé le 2 août par le président élu, l'ancien chef d'état-major Mohamed Cheikh El-Ghazouani, avait, le 20 juin, justifié cette situation par la "sécurité personnelle" du blogueur "aussi bien que celle du pays".

Le blogueur doit retrouver sa liberté incessamment au terme d'un "processus de préparation de l'opinion nationale à cet effet lancé lundi soir", a dit mardi à l'AFP un responsable mauritanien sous couvert de l'anonymat. Le président Aziz s'est réuni lundi soir avec des oulémas, érudits et imams pour les "consulter à ce sujet" et la rencontre a abouti à une décision d'un "repentir public du blogueur sur les médias et réseaux sociaux".

M. Ould Mkheïtir a commencé lundi soir à se repentir sur sa page Facebook, a constaté un journaliste de l'AFP.

"Comme je l'avais annoncé au début de 2014 et comme je l'ai répété à toutes les occasions qui s'offraient à moi devant les tribunaux, je réaffirme ici mon repentir devant Allah, le Seigneur des Mondes", a écrit le blogueur dans un message en arabe, son premier post sur Facebook depuis 2014.

Il devait également se repentir à partir de mardi sur les médias publics et privés, selon la même source.

Une commission d'oulémas a été constituée pour "suivre" le processus menant à la libération du blogueur, "après une rencontre avec lui" dans son lieu de résidence, au sein d'une forteresse à Nouakchott, a dit mardi le même responsable mauritanien.

"C'est un bon processus qui est engagé s'il permet de remettre le jeune homme en liberté. Il devait être libre depuis longtemps mais nous savons et je l'ai toujours dit: seul (le président) Ould Abdel Aziz peut le faire. Ce sera une bonne décision et nous sommes obligés d'attendre et voir l'évolution des choses", a déclaré l'avocate du blogueur, Me Fatimata Mbaye.

Dans une lettre ouverte rendue publique le 21 juin, Reporters sans frontières (RSF) et 11 autres ONG avaient exhorté le président Ould Abdel Aziz à "utiliser les quelques semaines qui lui restaient à la tête du pays pour mettre fin à la détention illégale" du blogueur.

Le président Aziz, arrivé au pouvoir par un putsch en 2008, puis élu en 2009, ne pouvait, après deux mandats, se représenter à la présidentielle du 22 juin remportée par son ancien ministre de la Défense, Mohamed Cheikh El-Ghazouani.

Toutes les actualités

Une enquête parlementaire indexe l'ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz

Une enquête parlementaire indexe l'ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:28 0:00

Adoption d’une loi instituant une Haute cour de justice

Adoption d’une loi instituant une Haute cour de justice
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

Des Mauritaniens demandent la mise en place d'une Haute Cour de justice

Des Mauritaniens demandent la mise en place d'une Haute Cour de justice
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:12 0:00

La banque centrale mauritanienne dénonce un vaste détournement de fonds

La Banque centrale de Mauritanie présente le nouveau ougiya, nouvelle monnaie du pays, 21 décembre 2017. (Twitter/ Banque centrale de Mauritanie)

La police mauritanienne a arrêté une employée de la banque centrale et plusieurs complices présumés suspectés d'avoir détourné plus d'un million d'euros de l'institution.

La banque centrale a indiqué dans un communiqué daté du 5 juillet avoir découvert, à la faveur d'un contrôle inopiné début juin, un trou de plus de 935.000 euros et 493.000 euros dans l'une de ses caisses. Elle assure qu'une employée a reconnu sa responsabilité.

Depuis lors, plusieurs personnes ont été arrêtées au sein et en dehors de la banque, a dit le parquet. Une source policière a chiffré le nombre des arrestations à six mardi, dont l'employée mise en cause.

Selon le quotidien Le Calame, le montant total serait de 2,4 millions de dollars, dont un million "en devises".

Aucune information n'a été fournie sur la manière dont le détournement aurait été opéré. Les attributions de l'employée elle-même sont restées floues.

La banque centrale a reconnu des "insuffisances du système de contrôle interne". Elle a assuré avoir entrepris de "rénover ses procédures pour améliorer la sécurité des fonds".

La police chargée des crimes économiques mène une enquête, selon Le Calame.

Le président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani renforce son pouvoir

Le président mauritanien Mohamed Ould Ghazouani renforce son pouvoir
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:15 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG