Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Les composantes d'une alliance de groupes armés veulent fusionner

Un combattant touareg de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) près de Kidal, dans le nord du Mali, le 28 septembre 2016.

Les trois composantes de la principale alliance de groupes armés dans le nord du Mali se sont toutes prononcées pour une fusion en un mouvement politico-militaire, avec le ralliement du dernier d'entre eux, selon un document consulté lundi par l'AFP.

Dans la déclaration finale de son congrès qui s'est achevé ce week-end près de Tombouctou, le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA) appelle à "la fusion dans les meilleurs délais de tous les mouvements composant la CMA au profit d'un seul mouvement politico-militaire capable de faire face aux défis".

Avant le MAA, les deux autres groupes armés de la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA) et le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA), avaient également appelé à une fusion de leurs groupes en un mouvement politique uni, lors de leurs congrès respectifs fin 2019.

La CMA est une alliance de groupes armés rebelles du nord du Mali qui, regroupés sous une même bannière, ont signé un accord de paix avec Bamako en 2015 après des années de conflit. Cet accord prévoit plus de décentralisation et une meilleure intégration des populations du nord du Mali.

La communauté internationale voit dans sa mise en oeuvre un facteur important d'une éventuelle sortie de crise malienne. Mais, confronté à de nombreux obstacles, cet accord peine à être appliqué.

Son comité de suivi (CSA) ne s'est plus réuni depuis plus de quatre mois.

Une autre aile du MAA, appelée MAA-Plateforme, a fait scission en 2014 et rejoint l'autre alliance de groupes armés signataire de l'accord, la Plateforme.

Le Mali fait face depuis huit ans à une crise profonde. D'abord confronté à une rébellion indépendantiste en 2012, Bamako lutte depuis contre les agissements jihadistes qui ne cessent de s'étendre, malgré la présence de forces françaises, africaines et onusiennes.

Toutes les actualités

Retour à Bamako de l'envoyé spécial ouest-africain Goodluck Jonathan

L'ancien dirigeant nigérians Goodluck Jonathan salue la foule à Abuja, Nigeria, le 29 mai 2015. REUTERS/Afolabi Sotunde

L'envoyé spécial des pays ouest-africains au Mali, l'ancien président nigérian Goodluck Jonathan, est arrivé lundi à Bamako pour assister à la prestation de serment des nouveaux membres de la Cour constitutionnelle et rencontrer divers acteurs de la crise que traverse ce pays.

Après avoir assisté à la prestation de serment des nouveaux membres de la Cour constitutionnelle, M. Goodluck Jonathan devrait rencontrer l'imam Mahmoud Dicko, figure de proue du mouvement qui conteste le pouvoir au Mali, selon un de ces proches.

Il doit aussi recevoir une délégation de la société civile malienne. Par ailleurs, l’ancien président nigérian se rendra mardi à Nioro, dans le nord-ouest, pour y rencontrer le chérif Bouyé Haïdara, le mentor de l'imam Mahmoud Dicko.

La médiation de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEAO) n'a jusqu'ici pas réussi à mettre fin à la crise politique au Mali. La contestation a d’ailleurs prévu, mardi, de nouvelles manifestation contre le président Ibrahim Boubacar Keïta, malgré la mise en place d’une nouvelle Cour constitutionnelle.

​Les 9 nouveaux membres de cette cour ont été nommés vendredi conformément aux recommandations de la Cédéao fin juillet pour tenter sortir le pays de la crise politique.​

La formation d'une nouvelle Cour constitutionnelle était une des recommandations de la CEDEAO pour sortir de la crise.

L'ancienne cour est considérée comme ​l'un des éléments déclencheurs de la crise politique actuelle, après qu'elle ait invalidé fin avril une trentaine de résultats des élections législatives de mars-avril, dont une dizaine en faveur de la majorité du président Keïta, élu pour la première fois en 2013, puis réélu en 2018.

Amadou Ousmane élu président de la Cour Constitutionnelle malienne

La cour constitutionnelle du Mali annonce les résultats officiels du premier tour de l'élection présidentielle du pays, le 7 août 2013 à Bamako. (Photo d'archives: HABIBOU KOUYATE / AFP)

Amadou Ousmane Touré, l'un des neuf membres de la Cour constitutionnelle du Mali, a été élu dimanche à l'unanimité président de l'institution par ses pairs, a appris l'AFP de source officielle.

"A l'unanimité, Amadou Ousmane Touré a été élu dimanche président de la Cour constitutionnelle du Mali, au cours d'un vote qui s'est déroulé au siège de l'institution", a annoncé à l'AFP un fonctionnaire de la cour.

Deux membres de la cour ont confirmé à l'AFP l'élection d'Amadou Ousmane Touré.


Précédemment directeur de cabinet du Premier ministre malien Boubou Cissé avec rang de "ministre", le nouveau président de la Cour constitutionnelle occupa également dans le passé le poste de vérificateur général, chargé de la lutte contre la corruption. Il fut aussi ambassadeur du Mali en Côte d'Ivoire.

Lundi, les membres de la nouvelles cour vont prêter serment devant l'Assemblée nationale et le président malien Ibrahim Boubacar Keïta.

La formation d'une nouvelle Cour constitutionnelle était une des recommandations de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'ouest (CEDEDAO) pour sortir de la crise. L'ancienne cour est considérée comme le détonateur de la crise politique actuelle, pour avoir proclamé des résultats contestés du second tour des dernières élections législatives.

IBK reste en place, avec toutes ses prérogatives, tranche la CEDEAO
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00


Le président malien refait la Cour constitutionnelle, l'opposition va manifester

Le président du Mali Ibrahim Boubacar Keita s'entretient avec son homologue chinois lors de leur rencontre bilatérale au Grand Palais du Peuple à Beijing, en Chine, le 31 août 2018. AFP PHOTO / POOL / Roman PILIPEY

Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, a nommé vendredi par décret neuf nouveaux juges à la Cour constitutionnelle, dans le cadre d'un compromis visant à atténuer la crise politique qui dure depuis des mois dans le pays.

Ces juges devraient prêter serment lundi, selon des sources proches de la présidence.

Difficile de savoir si ce nouveau geste d’ouverture suffira pour calmer les ardeurs de l’opposition.

Plus tôt vendredi, la coalition Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) avait appelé à de nouvelles manifestations le 11 août à Bamako pour exiger la démission du président Keïta.

"Le mardi (11 août), à partir de 14H00 (GMT et locales), nous sortirons pour demander la démission d'IBK (surnom du chef de l'Etat malien) et nous ne rentrerons pas sans avoir (obtenu) cette démission", a déclaré à la presse Choguel Maïga, un des dirigeants du M5-RFP.

La coalition M5-RFP dit non au plan de sortie de crise de la CEDEAO
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Le M5-RFP, une coalition hétéroclite de chefs religieux, politiques, et de la société civile, réclame depuis juin le départ du président Keïta, élu en 2013 puis réélu en 2018 pour cinq ans.

Le weekend du 10 juillet, une manifestation à l'appel de l'opposition a dégénéré en trois jours de troubles meurtriers, les plus graves à Bamako depuis le coup d'Etat de 2012.

L'opposition évoque un bilan de 23 morts et plus de 150 blessés. Le Premier ministre, Boubou Cissé, a parlé de 11 morts et l'ONU de 14 manifestants tués.

Le mouvement avait annoncé le 21 juillet une trêve dans son mot d'ordre de désobéissance civile pour permettre la fête musulmane de la Tabaski de se dérouler dans le calme.

Le président Keïta, soutenu par la communauté internationale, a dit qu'il resterait à son poste.

Exécutions extrajudiciaires: l'ONU accuse les armées malienne et burkinabé

Des troupes de l'armée malienne patrouillent dans l'ancienne ville de Djenné, dans le centre du Mali, le 28 février 2020. (AP Photo)

Les forces de sécurité maliennes ont commis 94 exécutions extrajudiciaires entre le 1er avril et le 30 juin, a affirmé jeudi la Mission de l'ONU au Mali (Minusma). Elle accuse également l'armée burkinabé de 50 exécutions extrajudiciaires sur le territoire malien pendant la même période.

La division des droits de l'homme de la Minusma, dans sa note trimestrielle publiée jeudi, s'inquiète d'une "augmentation des violations graves des droits de l'homme imputables aux forces de sécurité maliennes".

L'ONU, qui avait déjà accusé début avril l'armée malienne d'exactions, a "documenté" 94 cas d'exécutions extrajudiciaires pour lesquels l'armée malienne est impliquée, "particulièrement" dans les cercles de Koro (Mopti) et de Niono (Ségou).

Les accusations d'exactions des forces de sécurité se sont multipliées ces derniers mois au Sahel. A plusieurs reprises, les partenaires internationaux des pays sahéliens ont réclamé enquêtes et sanctions.

Le Mali, avec qui l'ONU indique avoir "formellement partagé" cette note, a annoncé lors de précédentes accusations avoir lancé des enquêtes pour situer les responsabilités.

Dans le centre malien, l'armée a été la cible de nombreuses attaques par des éléments de groupes jihadistes (la dernière en date, dimanche dans le cercle de Niono, 5 morts). Alors, des opérations militaires "se sont parfois apparentées à des opérations de représailles contre les populations civiles" accusées de soutenir les jihadistes, selon l'ONU jeudi.

La Minusma se dit également "préoccupée" par la multiplication des "opérations conduites (par l'armée malienne) avec l'appui des chasseurs dozo".

Ces chasseurs traditionnels, réunis pour beaucoup sous la même bannière d'une milice officiellement dissoute mais qui continue d'opérer, ont été à plusieurs reprises accusés par le passé d'exactions.

Toujours dans le centre du Mali, l'ONU a documenté 50 cas d'exécutions extrajudiciaires commises "entre le 26 et le 28 mai" par l'armée burkinabé, "notamment dans le village de Boulkessi et les campements environnants", zone située à la frontière avec le Burkina Faso.

Cette région du centre du Mali, depuis l'apparition en 2015 d'un groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda, connait une multiplication des violences jihadistes, de milices, intercommunautaires ou liés au brigandage, souvent entremêlées.

Les groupes jihadistes évoluant au Mali se sont eux rendus coupables, entre autres attaques contre des postes de contrôle et camps militaires, de 43 meurtres, 25 enlèvements, des attaques contre des écoles et des humanitaires entre avril et juin, selon l'ONU.

Egalement, six cas de violence sexuelle "imputables aux éléments armés extrémistes" ont été documentés par l'ONU dans le centre du Mali (cercle de Douentza).

Entretien avec le professeur Chérif Keita sur la réhabilitation du site de la "Falaise de Bandiagara"

Entretien avec le professeur Chérif Keita sur la réhabilitation du site de la "Falaise de Bandiagara"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:34 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG