Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Plus de 1.000 ex-combattants intègrent les forces armées et de sécurités

Le Général Keba Sangaré lors de la revue des troupes, au Mali, le 8 septembre 2019. (VOA/Kassim Traoré)

Au Mali, 1006 éléments des groupes armés viennent d'intégrer les Forces armées et de sécurités maliennes, les FAMa.

Ils ont été formés dans différents centres d'instruction des FAMa, leur formation entre dans le cadre du processus de désarmement démobilisation et réinsertion D.D.R Accélérée. Il s'inscrit dans l'application de l'accord d'Alger 2015.

C'est dans le vaste centre d'instruction des forces armées et de sécurité maliennes de Bafo dans la région de Ségou, que les 1006 ex-combattants formés ont été présentés.

"Vous devrez toujours garder à l'esprit que le drapeau national est l'emblème de la patrie. C'est la fierté de tout un peuple, le peuple malien", a déclaré Général de Brigade Keba Sangaré, chef d'Etat-major de l'armée de terre.

Loge officielle lors de la cérémonie au camp de BAFO, au Mali, le 8 septembre 2019. (VOA/Kassim Traoré)
Loge officielle lors de la cérémonie au camp de BAFO, au Mali, le 8 septembre 2019. (VOA/Kassim Traoré)

Ils sont 729 militaires du rang dont un personnel féminin, 221 sous-officiers et 66 officiers formés dans différents centres d'instructions du Mali.

"Les FAMa sont prêtes à accueillir tous les éléments qui veulent la paix, qui veulent la stabilité du Mali", a aussi déclaré le Général Ibrahim Dahirou Dembélé, ministre de la Défense et des anciens combattants. "Depuis le moment qu'ils ont quitté leurs mouvements, ils sont à la disposition de l'Etat-major général pour la formation. Ils sont des FAMa, ils resteront FAMa et les FAMa l'armée malienne c'est une famille".

Selon Moussa Ag Attaher, porte-parole de la coordination des Mouvements de l'Azawad (CMA), "ces 1006 éléments constituent un espoir et une raison d'espérer. Nous pouvons arriver à des résultats à la hauteur des uns et des autres".

Général Ibrahim Dahirou Dembélé, ministre de la Défense et Général Keba Sangaré chef d'état major armée de terre, au Mali, le 8 septembre 2019. (VOA/Kassim Traoré)
Général Ibrahim Dahirou Dembélé, ministre de la Défense et Général Keba Sangaré chef d'état major armée de terre, au Mali, le 8 septembre 2019. (VOA/Kassim Traoré)

Pour Lassine Bouaré, ministre de la Cohésion sociale, de la réconciliation nationale et de la paix, leur intégration ne doit pas tarder : "il serait souhaitable que le reste de la procédure d'intégration puisse être davantage accélérée".

C'est dans le cadre de la démobilisation, désarmement et réinsertion (D.D.R) accélérée que ces ex-combattants vont intégrer les forces armées et de sécurités maliennes.

"Avoir une armée comme ça, vous avez tous les fils du pays. Les retrouvailles de tous les Maliens du nord, du sud, du centre, c'est un grand pas pour notre unité nationale", souligne Zahaby Ould Sidi Mohamed, président de la commission nationale du D.D.R.​.

Les 1006 éléments officiers sous-officiers et militaires du rang ont été invités à l’observation stricte et entière des principes républicains.

Toutes les actualités

Afrotech : la première édition du « Bamako Digital Days »

Afrotech : la première édition du « Bamako Digital Days »
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:38 0:00

Au moins quatre soldats tués dans l'attaque d'un camp militaire près de Tombouctou

Au moins quatre soldats tués dans l'attaque d'un camp militaire près de Tombouctou
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Le Premier ministre malien au chevet des victimes de l’attaque de Ogossagou et Sendégué

Le Premier ministre malien au chevet des victimes de l’attaque de Ogossagou et Sendégué
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:11 0:00

Au moins trois soldats tués dans l'attaque d'un camp militaire près de Tombouctou

Des fumées et des flammes montent d'un véhicule blindé de l'armée malienne à Gao, au nord-ouest du Mali, suite à une explosion le 1er juillet 2018. (AFP)

Au moins trois soldats maliens ont été tués et cinq blessés dimanche lors de l'attaque d'un camp de l'armée dans la région de Tombouctou, dans le nord du Mali, par de présumés jihadistes, a indiqué l'armée malienne.

Le poste des Forces armées maliennes (FAMa) de Bambara Maoudé, à une centaine de km au sud de Tombouctou, a "fait l'objet aux environs de 05H00 (GMT et locales) d'une attaque terroriste", a indiqué l'armée sur Twitter.

"Au cours de cette attaque, les FAMa déplorent un bilan provisoire de 3 morts, 5 blessés et des dégâts matériels. Les blessés ont été héliportés sur Sevaré (centre). Les vecteurs aériens ont été dépêchés sur zone. Le poste est sous contrôle FAMa", selon la même source.

"Trois de nos hommes sont tombés au front dimanche lors d'une attaque jihadiste à Bambara Maoudé", avait auparavant déclaré à l'AFP un responsable de l'armée à Tombouctou, contacté par téléphone.

"Au moins trois militaires ont été tués, deux autres n'ont pas été retrouvés pour le moment, on ne sait pas s'ils sont morts ou pas", a pour sa part déclaré un élu de la localité.

Selon un autre élu local, "les terroristes sont partis avec des véhicules et du matériel militaire", mais aussi "avec des corps de leur camarades tués".

Un renfort de l'armée malienne est arrivé sur les lieux après l'attaque, selon une source militaire étrangère.

Une cinquantaine de jihadistes "neutralisés" dans le centre du Mali, selon la France

Une cinquantaine de jihadistes "neutralisés" dans le centre du Mali, selon la France
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG