Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

L'imam Mahmoud Dicko lance son mouvement et fait un pas de plus en politique

Mahmoud Dicko, président du Haut Conseil Islamique du Mali, prend la parole lors d'un rassemblement à Bamako le 12 août 2012.

L'imam malien Mahmoud Dicko a lancé samedi son mouvement en dénonçant la "gouvernance catastrophique" du pays, lors d'un rassemblement largement considéré comme manifestant les visées politiques de ce tenant d'un islam rigoriste et bête noire du pouvoir.

Les débuts de la Coordination des mouvements, associations et sympathisants (CMAS) de l'imam Mahmoud Dicko, parmi les spéculations sur les velléités présidentielles de ce dernier, passent pour un défi lancé au président Ibrahim Boubacar Keïta, au pouvoir dans ce pays confronté depuis des années à une profonde crise sécuritaire.

"Mon problème, c'est ceux qui ont trahi le peuple malien. C'est à eux que je m'adresse. Mon combat, c'est d abord (contre) eux", a déclaré l'imam Dicko à la tribune du palais de la culture de Bamako. Il a fustigé une "corruption à ciel ouvert et endémique" et une "gouvernance catastrophique".

"Je ne suis ni faiseur de rois ni président, je veux faire la paix", a-t-il poursuivi sous les ovations de plus de 3.000 partisans dans un palais de la culture où une forte présence policière était visible.


Des hommes politiques de l'opposition, mais aussi de la majorité ont également écouté l'influent prêcheur.

Président jusqu'en avril du Haut conseil islamique, principale organisation islamique d'un pays à 90% musulman, l'imam Dicko a entretenu pendant des années des relations en dents de scie avec le président.

Né à Tombouctou et formé notamment en Arabie saoudite, il a été engagé dans des efforts de médiation pour résoudre la crise née quand le nord du pays était tombé aux mains des jihadistes en 2012. Mais, avec le chérif de la localité de Nioro, Bouyé Haïdara, il est entré en fronde contre le Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga, qui a fini par démissionner le 18 avril.

Les conjectures vont bon train sur sa volonté de briguer la présidence.

Si le mouvement qu'il a lancé samedi n'est pas officiellement un parti politique, son coordonnateur général Issa Kaou Djime, porte-parole de Mahmoud Dicko, a souligné à la tribune que la CMAS avait pour "idéaux" les "visions religieuses, sociétales et politiques" de l'imam Dicko.

Dans une possible indication de la signification accordée à ce lancement, la Cour constitutionnelle malienne avait publié par avance, vendredi un communiqué prévenant que "les partis politiques ne doivent pas porter atteinte à la sécurité et à l'ordre public" et qu'aucun "parti politique ne peut se constituer sur une base ethnique, religieuse, linguistique", sous peine de sanctions. Le communiqué ne citait pas nommément la CMAS.

Toutes les actualités

Le président malien refait la Cour constitutionnelle, l'opposition va manifester

Le président du Mali Ibrahim Boubacar Keita s'entretient avec son homologue chinois lors de leur rencontre bilatérale au Grand Palais du Peuple à Beijing, en Chine, le 31 août 2018. AFP PHOTO / POOL / Roman PILIPEY

Le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, a nommé vendredi par décret neuf nouveaux juges à la Cour constitutionnelle, dans le cadre d'un compromis visant à atténuer la crise politique qui dure depuis des mois dans le pays.

Ces juges devraient prêter serment lundi, selon des sources proches de la présidence.

Difficile de savoir si ce nouveau geste d’ouverture suffira pour calmer les ardeurs de l’opposition.

Plus tôt vendredi, la coalition Mouvement du 5 juin-Rassemblement des forces patriotiques (M5-RFP) avait appelé à de nouvelles manifestations le 11 août à Bamako pour exiger la démission du président Keïta.

"Le mardi (11 août), à partir de 14H00 (GMT et locales), nous sortirons pour demander la démission d'IBK (surnom du chef de l'Etat malien) et nous ne rentrerons pas sans avoir (obtenu) cette démission", a déclaré à la presse Choguel Maïga, un des dirigeants du M5-RFP.

La coalition M5-RFP dit non au plan de sortie de crise de la CEDEAO
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Le M5-RFP, une coalition hétéroclite de chefs religieux, politiques, et de la société civile, réclame depuis juin le départ du président Keïta, élu en 2013 puis réélu en 2018 pour cinq ans.

Le weekend du 10 juillet, une manifestation à l'appel de l'opposition a dégénéré en trois jours de troubles meurtriers, les plus graves à Bamako depuis le coup d'Etat de 2012.

L'opposition évoque un bilan de 23 morts et plus de 150 blessés. Le Premier ministre, Boubou Cissé, a parlé de 11 morts et l'ONU de 14 manifestants tués.

Le mouvement avait annoncé le 21 juillet une trêve dans son mot d'ordre de désobéissance civile pour permettre la fête musulmane de la Tabaski de se dérouler dans le calme.

Le président Keïta, soutenu par la communauté internationale, a dit qu'il resterait à son poste.

Exécutions extrajudiciaires: l'ONU accuse les armées malienne et burkinabé

Des troupes de l'armée malienne patrouillent dans l'ancienne ville de Djenné, dans le centre du Mali, le 28 février 2020. (AP Photo)

Les forces de sécurité maliennes ont commis 94 exécutions extrajudiciaires entre le 1er avril et le 30 juin, a affirmé jeudi la Mission de l'ONU au Mali (Minusma). Elle accuse également l'armée burkinabé de 50 exécutions extrajudiciaires sur le territoire malien pendant la même période.

La division des droits de l'homme de la Minusma, dans sa note trimestrielle publiée jeudi, s'inquiète d'une "augmentation des violations graves des droits de l'homme imputables aux forces de sécurité maliennes".

L'ONU, qui avait déjà accusé début avril l'armée malienne d'exactions, a "documenté" 94 cas d'exécutions extrajudiciaires pour lesquels l'armée malienne est impliquée, "particulièrement" dans les cercles de Koro (Mopti) et de Niono (Ségou).

Les accusations d'exactions des forces de sécurité se sont multipliées ces derniers mois au Sahel. A plusieurs reprises, les partenaires internationaux des pays sahéliens ont réclamé enquêtes et sanctions.

Le Mali, avec qui l'ONU indique avoir "formellement partagé" cette note, a annoncé lors de précédentes accusations avoir lancé des enquêtes pour situer les responsabilités.

Dans le centre malien, l'armée a été la cible de nombreuses attaques par des éléments de groupes jihadistes (la dernière en date, dimanche dans le cercle de Niono, 5 morts). Alors, des opérations militaires "se sont parfois apparentées à des opérations de représailles contre les populations civiles" accusées de soutenir les jihadistes, selon l'ONU jeudi.

La Minusma se dit également "préoccupée" par la multiplication des "opérations conduites (par l'armée malienne) avec l'appui des chasseurs dozo".

Ces chasseurs traditionnels, réunis pour beaucoup sous la même bannière d'une milice officiellement dissoute mais qui continue d'opérer, ont été à plusieurs reprises accusés par le passé d'exactions.

Toujours dans le centre du Mali, l'ONU a documenté 50 cas d'exécutions extrajudiciaires commises "entre le 26 et le 28 mai" par l'armée burkinabé, "notamment dans le village de Boulkessi et les campements environnants", zone située à la frontière avec le Burkina Faso.

Cette région du centre du Mali, depuis l'apparition en 2015 d'un groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda, connait une multiplication des violences jihadistes, de milices, intercommunautaires ou liés au brigandage, souvent entremêlées.

Les groupes jihadistes évoluant au Mali se sont eux rendus coupables, entre autres attaques contre des postes de contrôle et camps militaires, de 43 meurtres, 25 enlèvements, des attaques contre des écoles et des humanitaires entre avril et juin, selon l'ONU.

Egalement, six cas de violence sexuelle "imputables aux éléments armés extrémistes" ont été documentés par l'ONU dans le centre du Mali (cercle de Douentza).

Entretien avec le professeur Chérif Keita sur la réhabilitation du site de la "Falaise de Bandiagara"

Entretien avec le professeur Chérif Keita sur la réhabilitation du site de la "Falaise de Bandiagara"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:34 0:00

Crise malienne: le médiateur Pierre Buyoya insiste sur le dialogue direct

L'ex président burundais Pierre Buyoya avec sa femme Sophie (à dr.), en compagnie de l'ancienne présidente d'Irlande Mary Robinson à Kigali, au Rwanda, le 7 avril 2014. (REUTERS/Noor Khamis)

L'envoyé spécial de l'Union africaine pour le Mali et la région du Sahel, l'ancien président du Burundi Pierre Buyoya, a exprimé mardi son optimisme quant à l'issue des négociations en cours pour résoudre la crise au Mali.

"Les Maliens ont compris qu'il y a eu échec probablement parce qu'il n'y a jamais eu un dialogue direct entre protagonistes maliens", a déclaré l'ancien président dans un entretien avec Frédéric Nkundikije de la VOA. "Je pense qu'on finira par y arriver", a-t-il ajouté.

M. Buyoya, 70 ans, s’y connaît en matière de résolution des conflits. Il a été président du Burundi à deux reprises, d’abord de 1987 à 1993 et ensuite de 1996 à 2003. Dans les deux cas, à la faveur d’un coup d'État. Il quitte le pouvoir suite à un accord de paix négocié par l'ancien président sud-africain Nelson Mandela.

Depuis son départ de la présidence burundaise, M. Buyoya a contribué à divers efforts de médiation. Il a aussi dirigé des missions d'observation électorale dans de nombreux pays du continent. Autant d'expérience qu'il entend mettre à profit pour une résolution pacifique de la crise malienne.

"Le Mali est un pays important dans le dispositif de sécurité en Afrique de l'ouest", a déclaré M. Buyoya.

La coalition M5-RFP dit non au plan de sortie de crise de la CEDEAO
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00


Comment les Maliens ont passé la Tabaski

Comment les Maliens ont passé la Tabaski
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG