Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Manifestation à Bamako contre les violences intercommunautaires

Manifestations à Bamako le 5 avril 2019.

Plus de 10.000 personnes ont manifesté vendredi à Bamako à l'appel de chefs religieux musulmans, d'associations peules, de l'opposition et de la société civile pour dénoncer les violences dans le centre du Mali et l'action du président Ibrahim Boubacar Keïta.

La semaine dernière, les associations peules avaient annoncé puis reporté à deux reprises une manifestation à Bamako pour condamner la tuerie le 23 mars de quelque 160 habitants du village peul d'Ogossagou par des membres présumés de groupes de chasseurs dogons affirmant lutter contre les jihadistes.

Les manifestants, au nombre de 15.000 selon les organisateurs, de 10.000 selon la police, ont d'abord participé la prière du vendredi sur l'esplanade de la Bourse du travail.


Répondant à l'appel de l'influent président du Haut conseil islamique du Mali (HCIM), l'imam Mahmoud Dicko, et du chérif de Nioro du Sahel (nord-ouest), chérif Bouyé Haïdara, un dirigeant religieux musulman très respecté, ils ont ensuite rallié la place de l'Indépendance, lieu traditionnel de rassemblement dans le centre de la capitale.

Des responsables de l'opposition, de syndicats d'enseignants et de cheminots --en grève depuis des mois--, des représentants de la principale association peule du Mali, Tabital Pulaaku, d'association de la société civile et de parents d'élèves étaient également présents, selon un correspondant de l'AFP.

Des manifestants, dont des femmes voilées de noir, scandaient des slogans ou portaient des pancartes hostiles au président Ibrahim Boubacar Keïta, dit "IBK", tels que "IBK dégage".

"Ce régime nous a fatigués, nos enfants, nos maris et nos parents meurent à cause de la mauvaise gestion d'IBK et de son clan. Trop c'est trop, on ne peut plus continue avec ce régime, IBK dégage", a déclaré à l'AFP au sein du cortège une veuve de militaire, Mariam Fomba.

"Comme un seul homme le peuple malien est sorti pour dire non à la violence et non au nettoyage ethnique", s'est félicitée dans un communiqué, l'association Kisal, qui défend les droits des populations pastorales.

A Nioro, le chérif Bouyé Haïdara a participé à une manifestation similaire. "Nous nous sommes rassemblés pour les morts d'Ogossagou, contre la mauvaise gestion du pays par IBK et son Premier ministre incompétent" Soumeylou Boubèye Maïga, a déclaré son fils, Moulaye Oumar, joint par téléphone par l'AFP.

Toutes les actualités

Une application en langues locales

Une application en langues locales
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00

150 enfants tués au Mali en 2019, selon l'Unicef

150 enfants tués au Mali en 2019, selon l'Unicef
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

150 enfants tués au Mali en 2019

150 enfants tués au Mali en 2019
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

A la rencontre de l'armée française au Sahel

A la rencontre de l'armée française au Sahel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:59 0:00

Mali: attaques armées dans la région de Mopti malgré la signature des accords de cessation des hostilités

Mali: attaques armées dans la région de Mopti malgré la signature des accords de cessation des hostilités
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:13 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG