Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

LeBron James accuse le président Trump de chercher à créer des divisions

LeBron James lors des finales NBA contre les Golden State Warriors, USA, le 31 mai 2018

La star du basket américain LeBron James a accusé mardi le président Donald Trump d'utiliser le sport pour "diviser" les Américains en fonction de leur couleur de peau, après la polémique sur les joueurs de football américain qui mettent genou à terre pendant l'hymne national.

"Je pense que notre président essaye de diviser", a expliqué le nouveau joueur des Lakers lors d'une interview sur CNN.

"C'est quelque chose que je ne peux pas comprendre, parce que je sais que c'est grâce au sport que j'ai côtoyé quelqu'un de blanc pour la première fois", a ajouté le joueur de 33 ans, natif d'Akron, ville ouvrière de l'Ohio, dans le nord du pays.

>> Lire aussi : Trump ne veut pas du champion NBA à la Maison Blanche

Donald Trump n'a de cesse de critiquer depuis près d'un an les joueurs de football américain, majoritairement noirs, qui s'agenouillent pendant l'hymne national pour protester contre les violences policières.

En mai, le milliardaire républicain avait même estimé que ces joueurs ne "devraient peut-être pas être dans le pays".

LeBron James, le joueur le plus médiatisé de la NBA, est un farouche adversaire du président Trump.

>> Lire aussi : Le roi LeBron James rejoint les Los Angeles Lakers

Interrogé sur ce qu'il lui dirait s'il venait à s'asseoir en face de lui, James a répondu: "Je ne serais jamais assis en face de lui".

"Je m'assiérais en face de Barack par contre", a-t-il ajouté, en référence à l'ancien président démocrate Obama, dont il a soutenu les campagnes en 2008 et 2012.

Avec AFP

Toutes les actualités

Le Ghana perd son capitaine à un mois de la CAN

Asamoah Gyan frappe au but lors d'un match contre l'Allemagne lors du mondial 2014, Brésil, le 21 juin 2014

Coup de théâtre ! A un mois du début de la CAN, le 21 juin en Egypte, Asamoah Gyan, l'actuel capitaine du Ghana, a annoncé sa retraite internationale, afin de protester contre l'intention du sélectionneur Kwesi Appiah de vouloir nommer un autre capitaine à la CAN.

"Après avoir consulté ma famille et mon team... si la décision du sélectionneur est de confier le capitanat pendant le tournoi à un autre joueur alors que j'ai été retenu, je désire me retirer", a déclaré l'attaquant âgé de 33 ans.

"Je désire aussi me retirer de l'équipe nationale définitivement", a ajouté le joueur, qui évolue dans le club turc de Kayserispor après avoir porté au cours de sa carrière les maillots de l'Udinese, du Stade Rennais et de Sunderland, entre autres.

Gyan a fait ses débuts avec les Black Stars dont il est le meilleur buteur (51 buts) en 2003, à l'âge de 17 ans. Il compte 106 sélections et a disputé trois Coupes du monde (2006, 2010 et 2014).

A la CAN, le Ghana est dans le groupe F avec le Cameroun, le Bénin et la Guinée-Bissau.

Olivier Giroud prolonge avec Chelsea

Olivier Giroud célèbre son but la Roumanie, France, le 10 juin 2016.

L'attaquant Olivier Giroud, champion du monde avec la France l'été dernier, a prolongé son contrat le liant au club anglais de Chelsea d'une saison, jusqu'en 2020, ont annoncé mardi les Blues.

"Je suis très heureux de signer un nouveau contrat. Je voulais vraiment rester un an de plus. Je sens que je fais partie d'une équipe, d'une famille depuis le début, et j'espère que de nouveaux trophées vont arriver", a déclaré l'ancien Montpelliérain, âgé de 32 ans.

Giroud a rejoint Chelsea en janvier 2018, après cinq saisons et demie à Arsenal. En 62 matches, il a marqué 17 buts sous ses couleurs actuelles.

Il a été l'un des principaux artisans du beau parcours en Ligue Europa des Blues, qui vont jouer mercredi prochain la finale contre les Gunners. Avec dix réalisations, il est le co-meilleur buteur de la compétition avec le joueur de Francfort Luka Jovic.

Paradoxalement, le Savoyard n'a jamais aussi peu joué en Premier League depuis qu'il est entraîné par Maurizio Sarri, arrivé l'été dernier, qui lui préfère aujourd'hui Gonzalo Higuain. Lors de ses 27 apparitions en Championnat, il n'a été titulaire que sept fois.

"Nous sommes très heureux de conserver Olivier pour une saison supplémentaire. Depuis qu'il nous a rejoints il y a 18 mois, il a été patient plusieurs fois, dans l'attente d'une opportunité, mais a toujours été capable d'apporter du positif à l'équipe", a indiqué Marina Granovskaia, la directrice du club.

Avec Chelsea, il a remporté la Coupe d'Angleterre l'an dernier.

Le club anglais, qui doit perdre cet été son leader Eden Hazard, a été frappé par la Fifa d'une interdiction de recrutement pour les deux prochaines périodes de transfert, en raison d'infractions à la réglementation sur les mouvements internationaux de joueurs mineurs. Il a fait appel devant le Tribunal arbitral du sport.

Homophobie dans le foot: "Maintenant, ça suffit !", dit Griezmann

Antoine Griezmann, jubile à l'issue du match contre l'Arsenal FC, Italie, le 3 mai 2018.

L'homophobie dans le football, "maintenant ça suffit !", lance l'attaquant vedette des Bleus Antoine Griezmann qui fait la couverture du magazine Têtu mercredi.

"L'homophobie n'est pas une opinion, mais un délit. Et, désormais, si un joueur tient des propos homophobes sur le terrain, je pense que j'arrêterai le match. Parce qu'il faut que ça change", souligne-t-il dans un long entretien.

"C'est vrai que les stades ne sont pas des endroits très accueillants pour les homosexuels. Il y a parfois des chants homophobes... À notre époque, c'est inacceptable. Cette agressivité, on finit tous par la payer", poursuit le joueur de 28 ans.

"Si un footballeur gay souhaite faire son coming out, il n'aura peut-être pas tous les joueurs de l'équipe de France à ses côtés, mais il m'aura, moi !".

"Les gens des clubs, de la Fédération française de football et de la Ligue doivent également prendre ce sujet au sérieux. Le football est un beau sport. On ne peut pas lui laisser cette image homophobe. Mais c'est plus profond que ça. Depuis quelques semaines, je suis papa pour la deuxième fois. C'est à nous, parents, d'éduquer nos enfants pour qu'ils grandissent dans un monde moins homophobe et moins sexiste", explique l'attaquant international.

Antoine Griezmann évoque aussi ses proches "homos ou lesbiennes, à commencer par mon cuisinier ! On parle souvent de lui, de ses amours, de sa vie. C'est un sujet totalement banal à la maison. Il est comme moi, il se fout du regard des autres".

Grizou est-il conscient d'avoir des fans homosexuels ? Oui "et c'est super ! Plus j'ai de fans, plus je suis content. (Rires) Je suis totalement à l'aise avec cette idée", répond-il.

Antoine Griezmann s'est déjà exprimé plusieurs fois contre l'homophobie. Son coéquipier en équipe de France Paul Pogba avait également pris la parole publiquement pour demander de "respecter" les homosexuels dans le football.

Il y a quelques semaines, la ministre des Sports, Roxana Maracineanu, a rappelé que les arbitres avaient la "possibilité d'interrompre les matches" en cas d'incidents homophobes dans les stades, au même titre que pour des actes racistes.

Fin mars, elle avait jugé "inadmissibles" les chants homophobes entendus lors du dernier clasico "PSG-OM" au Parc des Princes, où des supporters parisiens avaient assimilé les Marseillais à "des rats", des "pédés" ou des "enculés".

Ligue des champions : l'ECA persiste et soutient les "principes de la réforme" de l'UEFA

UEFA Euro 2024

L'Association européenne des clubs de football (ECA), qui a réuni son comité exécutif à Saint-Pétersbourg pendant deux jours, a de nouveau affirmé son soutien aux "principes de la réforme" controversée de l'UEFA concernant la Ligue des champions après 2024, mardi dans un communiqué.

"Notre conviction fondamentale est que les clubs de tous les pays européens qui sont assez bons pour se développer et jouer régulièrement dans des compétitions européennes devraient avoir la possibilité de le faire", a écrit l'ECA dans son communiqué.

"Nous croyons en un écosystème du football où davantage de matches de qualité peuvent avoir lieu sur la scène européenne à tous les niveaux. Nous croyons en une plus grande diversité et une plus grande stabilité financière entre les compétitions et dans l'amélioration de la compétitivité des équipes dans le monde professionnel", a ajouté la puissante organisation qui réunit 232 clubs membres.

Présenté par l'UEFA début mai, le projet de réforme aboutirait à une nouvelle Ligue des champions quasiment fermée et très favorable aux plus grands clubs, avec 24 équipes sur 32 automatiquement reconduites d'une saison sur l'autre et seulement quatre places accessibles via les compétitions domestiques.

Avec quatre poules de huit équipes, cette réforme conduirait aussi à une multiplication des matches européens, et ainsi à une hausse des revenus issus des droits TV.

"Nous nous félicitons et soutenons donc les principes de la réforme de l'UEFA pour que ses compétitions interclubs continuent de croître et de se positionner comme le meilleur système de football au monde. C'est pourquoi nous nous engageons de manière constructive et proactive avec l'UEFA", a encore déclaré l'ECA.

La plupart des ligues européennes sont opposés à cette réforme, la Liga évoquant même de possibles recours en justice. En France, la Ligue (LFP) et la Fédération (FFF) veulent présenter une "proposition alternative" dans les prochains jours.

"Nous ne déciderons rien sans prendre en compte les avis de chacun", a assuré l'UEFA vendredi dernier, à l'issue d'une rencontre à Budapest avec les fédérations européennes.

L'ECA, qui tient une assemblée générale extraordinaire les 6 et 7 juin à Malte, travaille en collaboration étroite avec l'UEFA, avec laquelle un nouveau protocole d'accord a été signé en février lors du dernier Congrès de la confédération européenne.

NBA: Golden State reçu 5 sur 5

Stephen Curry, Oakland, Californie, le 10 mars 2019.

Stephen Curry a fait mieux que Michael Jordan, Magic Johnson ou encore Kobe Bryant: le meneur de Golden State a conduit son équipe en finale NBA pour la cinquième année consécutive, lundi.

En battant Portland dans sa salle en prolongation (119-117), Golden State va devenir à partir du 30 mai la deuxième équipe, après les Bostons Celtics qui écrasaient la NBA dans les années 1960, à disputer cinq finales de suite.

Les double champions en titre ont remporté la finale de la conférence Ouest sur le score sans appel de quatre victoires à zéro.

Mais comme l'a reconnu leur entraîneur Steve Kerr, "le score ne reflète pas la physionomie de cette série: il a fallu se battre et aller chercher chacune de ces victoires", a-t-il expliqué.

Pour le troisième match de suite, les Warriors ont compté 17 points de retard et ont été malmenés par les Trail Blazers, en particulier par l'inattendu Meyers Leonard (30 pts, 12 rbds).

Mais comme lors des deux précédents matches, ils ont renversé leurs adversaires durant une 4e période à sens unique.

Le grand artisan de ce triomphe s'appelle Stephen Curry qui a marqué 37 points et tourne à une moyenne hallucinante de 36,5 points par match sur les cinq derniers matches!

- Curry et Green voient triple -

Le triple champion NBA et double MVP (meilleur joueur de la saison) a fini la rencontre avec un "triple double" (trois catégories de statistiques à dix unités et plus) avec 13 rebonds et 11 passes décisives.

Il a ajouté durant cette rencontre quelques records à son impressionnante collection.

Il est notamment devenu le premier joueur dans l'histoire à marquer plus de 25 paniers à trois points lors des quatre premiers matches d'une série de play-offs.

Curry et Draymond Green (18 pts, 14 rbds, 11 passes) sont aussi les premiers coéquipiers dans l'histoire de la NBA à finir un match de play-offs avec des "triple doubles".

Mais le meneur de Golden State a surtout retenu la force collective de son équipe, pourtant privée sur blessure de trois cadres, Kevin Durant, DeMarcus Cousins et Andre Iguodala.

"C'est marrant, car beaucoup de gens disaient que notre équipe n'avait pas de profondeur de banc et que cela pouvait être notre point faible. Mais cette série a montré qu'on avait beaucoup de ressources", a noté l'ainé des frères Curry, vainqueur de son cadet Seth, meneur remplaçant de Portland.

C'est Curry qui a ramené son équipe à la hauteur de Portland (104-104) à quatre minutes de la fin du temps réglementaire.

Il a ensuite cru avoir donné la victoire aux Warriors juste avant la sirène, mais son panier à trois points a été annulé à cause d'un marcher.

- Durant de retour pour la finale? -

En prolongation, Golden State a pris le large et n'a plus été inquiété.

"Ils trouvent toujours la solution pour gagner, ils ont encore montré pourquoi ils dominaient notre championnat depuis cinq ans maintenant", a constaté Terry Stotts, l'entraîneur de Portland.

"J'espère que ce qu'on a accompli ne va pas passer inaperçu: se qualifier pour cinq finales de suite, c'est vraiment difficile, cela dit beaucoup de l'état d'esprit de mes joueurs, de leur motivation et leur constante remise en question", a souligné Kerr.

"Ce groupe a cette faculté, quand l'un d'entre eux est blessé, de resserrer les rangs et de jouer encore mieux malgré l'absence d'un Kevin Durant", a expliqué le coach des Warriors.

Comme la finale NBA ne débute pas avant neuf jours, Durant pourrait être opérationnel pour le prochain match de son équipe.

Déjà considérée comme l'une des meilleures équipes de l'histoire, Golden State peut enfoncer le clou en réalisant un exploit rare, le "three-peat", trois titres consécutifs, comme les Lakers en 2000, 2001 et 2002.

Il faudra à Curry et ses coéquipiers battre les Milwaukee Bucks ou les Toronto Raptors, opposés en finale de la conférence Est.

Milwaukee, meilleure équipe de la saison régulière, mène deux victoires à une, avant le match N.4 qui aura lieu mardi à Toronto.

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG