Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Trump ne veut pas du champion NBA à la Maison Blanche

Le président Donald Trump à Washington, 8 juin 2018.

Ni l'un, ni l'autre: quelle que soit l'issue de la finale NBA entre les Cleveland Cavaliers et les Golden State Warriors, Donald Trump a décidé vendredi de ne recevoir aucune de ces équipes à la Maison Blanche, comme le veut pourtant la tradition.

Les deux équipes s'affrontent dans la nuit de vendredi à samedi et les Warriors, qui mènent par trois victoires à zéro, pourraient être sacrés à l'issue de ce match.

Le président américain répondait aux commentaires des joueurs stars des deux équipes, LeBron James pour Cleveland et Stephen Curry pour les Warriors, qui ont tous deux affirmé ne pas vouloir être reçus sur Pennsylvania Avenue en cas de sacre.

"Je n'ai pas invité LeBron James et je n'ai pas invité Steph Curry", s'est défendu le 45e président des Etats-Unis. "Nous n'allons inviter aucune des deux équipes."

Les basketteurs ne seront probablement pas surpris par cette réponse, M. Trump étant en grand froid avec les principaux acteurs des sports-rois aux Etats-Unis, basket-ball en tête. L'année dernière, il avait ainsi annulé une invitation faite aux champions NBA, déjà les Warriors de Steph Curry, après que ce-dernier a émis des réserves sur cette réception, en pleine controverse sur l'hymne national.

>> Lire aussi : Le futur champion NBA boycottera Trump

Cette semaine, Donald Trump a encore annulé la visite lundi à la résidence présidentielle des vainqueurs du Super Bowl, les Philadelphia Eagles, lorsqu'il a appris que seule une dizaine de joueurs entendait y participer.

"Je sais que peu importe celui qui gagne, personne ne veut de l'invitation de toute façon", avait alors lancé mardi LeBron James.

Face à la défiance des plus grands sportifs américains, le président Trump a défini une ligne pragmatique: "S'ils veulent être là, et c'est le meilleur endroit sur terre, je suis là. S'ils ne veulent pas être là, je ne veux pas d'eux".

Avec AFP

Toutes les actualités

Impact de la traite négrière

Impact de la traite négrière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Essai d'un missile américain : Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire

Essai d'un missile américain : Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

1619: l'historique

1619: l'historique
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:01:47 0:00

New York: renvoi d’un policier accusé d’avoir asphyxié un Noir en 2014

New York: renvoi d’un policier accusé d’avoir asphyxié un Noir en 2014
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

La Maison Blanche envisage des baisses d'impôts pour éviter une récession

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, à la Maison-Blanche le 27 août 2018.

La Maison Blanche envisage des baisses d'impôts et de droits de douane pour éviter une entrée des Etats-Unis en récession, ont rapporté lundi des médias américains, malgré l'insistance de Donald Trump sur la bonne santé de l'économie américaine.

Selon le Washington Post, des responsables de la Maison Blanche étudient plusieurs mesures pour stimuler l'économie américaine, dont une baisse temporaire de la taxe sur les salaires pour améliorer le pouvoir d'achat des travailleurs.

D'après le New York Times, les Etats-Unis pourraient également renoncer aux nouveaux droits de douane imposés par l'administration Trump aux imporations chinoises dans le cadre de la guerre commerciale avec Pékin.

Il s'agit de mesures à l'étude, et les responsables qui en ont eu l'idée n'ont pas encore demandé l'avis du président Donald Trump, lequel devrait en outre obtenir l'aval du Congrès, précisent les deux médias.

"Abaisser les taxes sur les salaires n'est pas quelque chose qui soit à l'étude en ce moment", a réagi la Maison Blanche auprès du Washington Post.

La taxe sur les salaires avait déjà été temporairement abaissée en 2011 et 2012 sous le président Barack Obama pour essayer de sortir l'économie américaine de la stagnation consécutive à la crise financière de 2008.

Selon un sondage publié dimanche par la National Association for Business Economists (NABE), près des trois quarts des économistes américains s'attendent à une récession d'ici 2021. Un avis que ne partage pas Donald Trump: "je ne crois pas qu'il y aura une récession. Nous nous portons terriblement bien", a-t-il affirmé à des journalistes dimanche.

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG