Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Vers un accord sur le DACA à la chambre des représentants

Les immigrants et les sympathisants manifestent lors d'un rassemblement en soutien à l'action différée pour les arrivées d'enfants (DACA) devant la Maison Blanche, à Washington DC, le 5 septembre 2017.

Les dirigeants républicains de la Chambre ont tenté de conclure un accord sur la sécurité des frontières et le sort des jeunes sans-papiers protégés contre la déportation jeudi lors d'une réunion de dernière minute.

"Nous sommes heureux que nous soyons au point où nous pouvons maintenant discuter de la législation possible. Le signe révélateur est quand ils commencent à mettre le stylo sur le papier", a indiqué un membre du groupe.

L'un des dirigeants de cet effort a déclaré que même si la réunion était encourageante, la pétition était toujours en cours. Le principal point de friction: la citoyenneté pour des centaines de milliers de jeunes sans-papiers amenés aux États-Unis comme enfants.

>> Lire aussi : Un migrant sur le point d'être expulsé après avoir livré une pizza à New York

"En fin de compte, la question de la citoyenneté et comment vous y parvenez est la question la plus épineuse depuis le début", indique le député républicain Meadows.

Les républicains conservateurs considèrent la citoyenneté pour la loi DACA (l'Action différée pour les arrivées d'enfants, ou les bénéficiaires) comme amnistie.

Après la réunion, l'accord semblait se rapprocher d'un statut légal à court terme pour les 1,8 million de jeunes éligibles au DACA inclus dans le plan d'immigration proposé par le président Trump.

"Je pense que l'idée est d'être aussi cohérente avec ce que le président cherchait dans son plan pour s'assurer de l'appui de la Maison Blanche", confie le député réputé Mike Coffman.

Le plan de Trump est le seul qui ait une chance de devenir une loi, affirme Paul Ryan, président de la Chambre des représentants.

>> Lire aussi : Un immigrant centrafricain sans-papiers refuse d'être expulsé à New York

"Nos membres se parlent entre eux: les personnes qui ont signé les pétitions d’exécution, les personnes qui sont à la fine pointe du spectre de la conférence entretiennent des conversations très fructueuses sur la façon de s'entendre sur une mesure législative commune. Et nous sommes tous d'accord sur le fait que les quatre piliers sont un très bon point de ralliement ", indique Paul Ryan.

Ces quatre piliers pourraient aussi ajouter un financement pour un mur frontalier et réduire considérablement l'immigration légale. Points de ralliement pour les démocrates qui attendent de voir quel accord émergera.

"Nous avons prié avec ferveur pour cela ... Pendant trop longtemps, les jeunes Dreamers (qui ont le rêve américain) à travers le pays ont été pris dans un nuage de peur et d'incertitude", espère Nancy Pelosi, chef de la minorité.

Même si un projet de loi est adopté à la Chambre, il devrait faire face à une situation difficile au Sénat - où une tentative d'adoption de plusieurs projets de loi sur l'immigration a échoué plus tôt cette année.

Toutes les actualités

Impact de la traite négrière

Impact de la traite négrière
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:48 0:00

Essai d'un missile américain : Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire

Essai d'un missile américain : Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

1619: l'historique

1619: l'historique
Attendez s'il vous plaît
Embed

No media source currently available

0:00 0:01:47 0:00

New York: renvoi d’un policier accusé d’avoir asphyxié un Noir en 2014

New York: renvoi d’un policier accusé d’avoir asphyxié un Noir en 2014
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

La Maison Blanche envisage des baisses d'impôts pour éviter une récession

Le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer, à la Maison-Blanche le 27 août 2018.

La Maison Blanche envisage des baisses d'impôts et de droits de douane pour éviter une entrée des Etats-Unis en récession, ont rapporté lundi des médias américains, malgré l'insistance de Donald Trump sur la bonne santé de l'économie américaine.

Selon le Washington Post, des responsables de la Maison Blanche étudient plusieurs mesures pour stimuler l'économie américaine, dont une baisse temporaire de la taxe sur les salaires pour améliorer le pouvoir d'achat des travailleurs.

D'après le New York Times, les Etats-Unis pourraient également renoncer aux nouveaux droits de douane imposés par l'administration Trump aux imporations chinoises dans le cadre de la guerre commerciale avec Pékin.

Il s'agit de mesures à l'étude, et les responsables qui en ont eu l'idée n'ont pas encore demandé l'avis du président Donald Trump, lequel devrait en outre obtenir l'aval du Congrès, précisent les deux médias.

"Abaisser les taxes sur les salaires n'est pas quelque chose qui soit à l'étude en ce moment", a réagi la Maison Blanche auprès du Washington Post.

La taxe sur les salaires avait déjà été temporairement abaissée en 2011 et 2012 sous le président Barack Obama pour essayer de sortir l'économie américaine de la stagnation consécutive à la crise financière de 2008.

Selon un sondage publié dimanche par la National Association for Business Economists (NABE), près des trois quarts des économistes américains s'attendent à une récession d'ici 2021. Un avis que ne partage pas Donald Trump: "je ne crois pas qu'il y aura une récession. Nous nous portons terriblement bien", a-t-il affirmé à des journalistes dimanche.

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG