Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Les principaux candidats appellent au respect des résultats

Des manifestants appellent à des élections pacifiques au Nigeria, Abuja, le 6 février 2019. (G. Alheri/VOA)

Les deux principaux candidats à la présidentielle au Nigeria, le président Muhammadu Buhari et l'opposant Atiku Abubakar, ont appelé mercredi à éviter toute violence et à respecter le résultat des élections de samedi.

MM. Buhari et Abubakar ont signé le texte d'un "accord de paix" passé entre plusieurs autres candidats qui appellent leurs partisans "à éviter toute violence ou acte qui puisse mettre en danger (le déroulement) d'élections libres, justes et crédibles" et s'engagent à en "respecter le résultat".

Quelque 84 millions d'électeurs sont appelés à voter samedi pour élire leur président et leurs députés. Des scrutins régionaux auront lieu le 2 mars pour élire les gouverneurs des Etats et les membres des assemblées locales.

Le chef de l'Etat a souligné l'importance des scrutins à venir, pour lesquels 91 partis et plus de 70 candidats sont en lice pour la présidentielle.

Mais "les élections ne constituent pas la démocratie à elles seules", a-t-il mis en garde, soulignant l'importance de "l'engagement citoyen" pour atteindre "la bonne gouvernance".

Son adversaire Atiku Abubakar, ex-vice-président, a pour sa part appelé la commission électorale et les services de sécurité à rester neutres.

La sécurité durant les scrutins est une préoccupation constante au Nigeria, où les tensions ethniques, identitaires et religieuses ont souvent nourri les violences électorales.

En 2011, environ 1.000 personnes avaient été tuées après la défaite de M. Buhari contre Goodluck Jonathan, au cours d'affrontements entre les partisans des deux camps.

Le scrutin de 2015 s'était déroulé sans accrochage majeur et avait consacré la première victoire d'un candidat de l'opposition dans l'histoire du Nigeria, M. Buhari.

Mais des violences sporadiques ont déjà fait plusieurs morts, notamment dans l'Etat du Delta (sud) où cinq personnes ont été tuées ce week-end. Les cartes d'électeurs ont été très difficiles à collecter et ont été bien souvent distribuées dans le chaos.

Trois bureaux de la Commission nationale indépendante électorale (INEC) ont été brûlés en moins de deux semaines et le matériel électoral ainsi que des milliers de lecteurs électroniques de cartes électorales ont été détruits.

La question de l'achat de votes par les deux partis principaux, le Congrès des progressistes de Buhari (APC, au pouvoir depuis 2015) et le Parti populaire démocratique d'Abubakar (PDP, principal parti d'opposition), inquiète également.

Toutes les actualités

Le coronavirus impacte l’économie du Nigéria

Le coronavirus impacte l’économie du Nigéria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:48 0:00

Des soldats mettent le feu à des habitations en représailles à une attaque de pirates

Des membres de la Force opérationnelle interarmées, Opération Delta Safe, traversent une raffinerie de pétrole illégale récemment détruite dans la région du delta du Niger près de la ville de Warri, Nigeria, 19 avril 2017. (AFP)

Des soldats nigérians ont incendié une vingtaine de maisons dans une localité du delta du Niger (sud), en représailles à une attaque de pirates présumés qui a fait six morts dans cette région riche en pétrole, ont indiqué mardi des sources de sécurité et des habitants.

Des hommes armés ont attaqué dimanche une vedette militaire qui escortait un navire au large des côtes nigérianes, devenues les plus dangereuses au monde et où sévissent de nombreuses bandes criminelles, a indiqué à l'AFP une source de sécurité nigériane.

"Il y a eu une fusillade, et quatre soldats et deux civils à bord du bateau ont été tués", a indiqué cette source sous le couvert de l'anonymat.

Les forces de sécurité ont ensuite lancé une poursuite pour retrouver les assaillants, notamment au sein de la communauté voisine de Lutugbene, dans l'Etat de Bayelsa (sud du Nigeria).

"Des soldats ont envahi lundi après-midi la communauté de Lutugbene affirmant chercher les suspects qui auraient attaqué leur bateau", a expliqué à l'AFP un responsable local, Austin Ozobo.

"Ils ont incendié au moins 21 maisons", a ajouté M. Ozobo.

De son côté, la source de sécurité a confirmé que le village avait été ciblé, mais a affirmé que seules "les maisons appartenant à des pirates" avaient été incendiées.

Le golfe de Guinée, qui s'étend sur 5.700 km des côtes du Sénégal au nord à celles de l'Angola en passant par celles du Nigeria --deux pays pétroliers-- est devenu ces dernières années le nouvel épicentre de la piraterie mondiale devant le golfe d'Aden, au large de la Somalie.

Les attaques dans le golfe de Guinée perturbent des routes maritimes internationales et la piraterie coûte des milliards de dollars chaque année à l'économie mondiale.

Les forces armées nigérianes sont régulièrement accusées d'exactions contre les populations et de violations de droits de l'Homme, mais sont rarement inquiétées par les autorités.

Amnesty International tire la sonnette d’alarme sur la situation dans le Nord-Est du pays

Amnesty International tire la sonnette d’alarme sur la situation dans le Nord-Est du pays
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Les islamistes ont multiplié les attaques ces dernières semaines

Les islamistes ont multiplié les attaques ces dernières semaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Une attaque fait 21 victimes dans l’Etat de Kaduna

Une attaque fait 21 victimes dans l’Etat de Kaduna
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG