Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Des jihadistes exécutent un humanitaire nigérian pris en otage

Capture d'écran extraite d'une vidéo diffusée le 25 juillet 2019 par le groupe jihadiste ISWAP montrant les 6 otages d'ACF enlevés à Kennari au nord-est du Nigeria.

Un travailleur humanitaire nigérian enlevé avec cinq autres personnes par un groupe jihadiste dans le nord-est du Nigeria en juillet a été exécuté, a annoncé mercredi l'ONG française Action contre la faim (ACF), dont les bureaux ont été fermés par l'armée la semaine dernière.

"Le groupe armé retenant captifs une salariée d'Action contre la faim, deux chauffeurs et trois personnels du ministère de la Santé a exécuté un otage", affirme un communiqué sans préciser lequel des otages avait été tué.

Un humanitaire d’Action contre la Faim exécuté par des djihadistes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00


ACF "condamne dans les termes les plus forts cet assassinat et appelle de manière urgente à la libération des cinq autres otages en rappelant que ces derniers étaient présents dans le Nord-Est du pays uniquement pour venir en aide aux plus vulnérables".

Les cinq autres otages sont aussi de nationalité nigériane.

L'ONG se dit "particulièrement inquiète" et "totalement mobilisée pour s'assurer qu'ils puissent être en sécurité rapidement et retrouver leurs familles".

Ils avaient été enlevés lors de l'attaque de leur convoi le 18 juillet, sur la route entre la capitale de l'Etat du Borno, Maiduguri, et la ville de Damasak. Un des chauffeurs avait été tué pendant l'embuscade.

L'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), affilié au groupe Etat islamique (EI), a publié, peu après l'enlèvement, une vidéo de l'employée d'ACF demandant la libération des otages avec les cinq autres prisonniers - des hommes - se tenant derrière elle.

Iswap, une faction du groupe armé Boko Haram ayant fait scission en 2016, est particulièrement actif dans cette région reculée proche du lac Tchad et frontalière avec le Niger, où il mène depuis un an des attaques répétées contre les forces de sécurité nigérianes.

La semaine dernière, l'armée nigériane avait obligé ACF à évacuer ses bureaux de Maiduguri et Damaturu, dans l'Etat voisin de Yobe, accusant l'organisation humanitaire "d'aider et d'encourager les terroristes" en leur fournissant nourriture et médicaments.

Une source humanitaire basée dans la région avait alors confié à l'AFP que ces fermetures soudaines pouvaient être liées avec les négociations menées pour faire libérer les otages.

- Fermetures soudaines d'ONG -

Mercy Corps, une autre ONG internationale active dans le nord-est du Nigeria, qui fournit de l'aide d'urgence (alimentaire, logement) et au développement (formation professionelle, prêts), a vu également ses bureaux être scellés par l'armée mardi soir.

"Mercy Corps suspend ses opérations dans les Etats du Borno et Yobe, après la fermeture de quatre de nos antennes par l'armée nigériane", a annoncé Mercy Corps dans un communiqué, ajoutant n'avoir "reçu aucune raison officielle de la part des autorités".

Un journaliste de l'AFP a pu constater que trois soldats et un membre des milices civiles se tenaient devant les bureaux de l'ONG de Maiduguri et y ont installé une tente.

L'armée n'a fait aucun commentaire et n'a pas répondu aux sollicitations de l'AFP.

Une enquête contre Mercy Corps avait été ouverte en mars dernier par l'Agence contre la corruption et les crimes financiers (EFCC) après une saisie d'une importante somme d'argent en cash "qui laisse penser à du blanchiment d'argent et à du financement d'organisation terroriste"

Les relations entre l'armée nigériane et les ONG dans le nord-est du Nigeria ont toujours été très tendues.

En août 2017, des soldats avaient mené une fouille jugée "illégale" dans un camp des Nations unies de Maiduguri, et les bureaux à Abuja d'Amnesty International, ONG de défense des droits de l'homme qui dénonce les exactions des forces de sécurité nigérianes, sont régulièrement visés.

"Mercy Corps a aidé à ouvrir le débat sur (le groupe armé) Boko Haram en menant des recherches de fond avec des interviews d'anciens combattants", note le chercheur du CNRS Vincent Foucher, spécialiste du conflit.

- Guerre économique -

"Ces derniers mois, l'armée a renforcé sa guerre économique contre Boko Haram" en tentant de stopper tous les circuits d'approvisionnement de nourriture notamment en direction des insurgés, explique M. Foucher à l'AFP.

"On a constaté des destructions de marchés dans les communautés rurales, interdiction de certains commerces. Est-ce que pression actuelle sur les humanitaires est liée à cela ?", interroge l'expert.

L'armée nigériane a souvent accusé les ONG de faire des distributions alimentaires ou de médicaments qui retombent ensuite dans les mains des combattants.

D'autre part, les ONG -quasiment absentes jusqu'à la terrible crise alimentaire de 2016, où des millions de personnes risquaient la famine- rappellent régulièrement les besoins en nourriture et en sécurité, contredisant le discours officiel selon lequel l'insurrection est "techniquement vaincue".

Dans un nouveau rapport, les Nations unies estiment que 35.000 personnes ont été tuées depuis 2009, près de 2 millions de déplacés ne peuvent toujours pas regagner leurs foyers, et plus de 7,1 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire dans le nord-est du Nigeria.

Toutes les actualités

Le coronavirus impacte l’économie du Nigéria

Le coronavirus impacte l’économie du Nigéria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:48 0:00

Des soldats mettent le feu à des habitations en représailles à une attaque de pirates

Des membres de la Force opérationnelle interarmées, Opération Delta Safe, traversent une raffinerie de pétrole illégale récemment détruite dans la région du delta du Niger près de la ville de Warri, Nigeria, 19 avril 2017. (AFP)

Des soldats nigérians ont incendié une vingtaine de maisons dans une localité du delta du Niger (sud), en représailles à une attaque de pirates présumés qui a fait six morts dans cette région riche en pétrole, ont indiqué mardi des sources de sécurité et des habitants.

Des hommes armés ont attaqué dimanche une vedette militaire qui escortait un navire au large des côtes nigérianes, devenues les plus dangereuses au monde et où sévissent de nombreuses bandes criminelles, a indiqué à l'AFP une source de sécurité nigériane.

"Il y a eu une fusillade, et quatre soldats et deux civils à bord du bateau ont été tués", a indiqué cette source sous le couvert de l'anonymat.

Les forces de sécurité ont ensuite lancé une poursuite pour retrouver les assaillants, notamment au sein de la communauté voisine de Lutugbene, dans l'Etat de Bayelsa (sud du Nigeria).

"Des soldats ont envahi lundi après-midi la communauté de Lutugbene affirmant chercher les suspects qui auraient attaqué leur bateau", a expliqué à l'AFP un responsable local, Austin Ozobo.

"Ils ont incendié au moins 21 maisons", a ajouté M. Ozobo.

De son côté, la source de sécurité a confirmé que le village avait été ciblé, mais a affirmé que seules "les maisons appartenant à des pirates" avaient été incendiées.

Le golfe de Guinée, qui s'étend sur 5.700 km des côtes du Sénégal au nord à celles de l'Angola en passant par celles du Nigeria --deux pays pétroliers-- est devenu ces dernières années le nouvel épicentre de la piraterie mondiale devant le golfe d'Aden, au large de la Somalie.

Les attaques dans le golfe de Guinée perturbent des routes maritimes internationales et la piraterie coûte des milliards de dollars chaque année à l'économie mondiale.

Les forces armées nigérianes sont régulièrement accusées d'exactions contre les populations et de violations de droits de l'Homme, mais sont rarement inquiétées par les autorités.

Amnesty International tire la sonnette d’alarme sur la situation dans le Nord-Est du pays

Amnesty International tire la sonnette d’alarme sur la situation dans le Nord-Est du pays
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

Les islamistes ont multiplié les attaques ces dernières semaines

Les islamistes ont multiplié les attaques ces dernières semaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Une attaque fait 21 victimes dans l’Etat de Kaduna

Une attaque fait 21 victimes dans l’Etat de Kaduna
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG