Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Des jihadistes tuent plusieurs soldats dans le nord-est du pays

Iswap a revendiqué la responsabilité de cette attaque affirmant que ses combattants ont tué et blessé des dizaines de militaires.

Plusieurs soldats nigérians ont été tués dans une embuscade tendue par des jihadistes au passage d'un convoi militaire dans le nord-est du pays, ont indiqué mercredi des sources sécuritaires.

Des combattants du Groupe de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap), issu d'une scission de Boko Haram, ont ouvert le feu sur un convoi qui se rendait lundi vers la ville de Gudumbali, dans l'Etat de Borno, a-t-on ajouté de mêmes sources.

Iswap a revendiqué la responsabilité de cette attaque affirmant que ses combattants ont tué et blessé des dizaines de militaires.

"Nous avons perdu plusieurs soldats, véhicules et armes durant l'attaque des terroristes", a dit une source sécuritaire ayant réclamé l'anonymat.

Une autre source sécuritaire a précisé que le nombre de victimes était "énorme".

En dix ans, l'insurrection jihadiste et sa répression dans le nord-est du Nigeria ont fait plus de 27.000 morts, et environ deux millions de déplacés ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

L'Iswap s'est séparé de Boko Haram en 2016. Depuis juillet 2018, l'Iswap intensifie ses attaques contre les bases militaires du nord-est du pays.

Ces dernières semaines, ses combattants ont renforcé leur présence dans des zones proches de la frontière avec le Cameroun, un secteur contrôlé par les hommes fidèles au leader historique de Boko Haram, Abubakar Shekau.

Toutes les actualités

Difficile retour des migrants au Nigeria après l'enfer libyen

Difficile retour des migrants au Nigeria après l'enfer libyen
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:08 0:00

Le Dambe, art martial nigérian, veut se développer

Le Dambe, art martial nigérian, veut se développer
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:42 0:00

Un second groupe de plus de 300 Nigérians rapatriés

Un second groupe de plus de 300 Nigérians rapatriés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:41 0:00

Violences xénophobes: l'Afrique du Sud présente ses "plus sincères excuses" au Nigeria

Violences xénophobes: l'Afrique du Sud présente ses "plus sincères excuses" au Nigeria
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:59 0:00

Le Nigeria saisit des propriétés de plusieurs dirigeants du foot

Amaju Pinnick, 2e à gauche, est félicité après sa réélection comme président de la Fédération nigériane de football (NFF), à Abuja, Nigeria, 20 septembre 2018. (Twitter/The NFF)

L'Etat a décidé lundi la saisie d'une douzaine de propriétés de plusieurs hauts responsables de la Fédération nigériane de football, parmi lesquels le premier d'entre eux, son président Amaju Pinnick, dans la cadre d'une vaste enquête pour corruption.

Des agents de la commission indépendante anticorruption (ICPC) ont procédé à la saisie de douze propriétés dont la moitié appartiennent à Pinnick, incluant une résidence à Londres.

Cette saisie est le dernier épisode d'une enquête ciblant des hauts responsables de la Fédération nigériane de football (NFF), accusés du blanchiment de plusieurs millions de dollars, qui doivent être entendus par la justice le 26 septembre.

"Plusieurs officiels de la NFF font actuellement l'objet d'une enquête. Ce qu'ils possèdent est disproportionné par rapport à ce qu'ils sont censés gagner", a déclaré le porte-parole de l'ICPC, Rasheedat Okoduwa.

Les hauts responsables de la NFF, dirigée par Pinnick, sont actuellement sous le coup de trois enquêtes distinctes, et doivent répondre de 17 chefs d'accusation, allant de l'omission de déclaration d'actifs au détournement de 8,4 millions de dollars (7,5 millions d'euros) versés à la NFF par la Fifa.

Dans une autre enquête, Pinnick, le secrétaire général de la NFF Mohammed Sanusi et trois de ses comptables ont également été accusés par la justice d'un vol présumé de plus de 10 millions de dollars de subventions de la Fifa et de la Confédération africaine de football (CAF), destinées au développement du football dans le pays.

Au mois de juillet, la CAF avait exclu Pinnick de son poste de vice-président à cause des charges pesant contre lui. Le dirigeant nigérian et la NFF avaient alors nié les faits, parlant d'une "chasse aux sorcières".

Voir plus

XS
SM
MD
LG