Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tunisie

Le nouveau gouvernement tunisien en attente du vote de confiance

Le nouveau président tunisien Kais Saied lors de sa prestation de serment, à Tunis, le mercredi 23 octobre 2019.

Le Parlement tunisien devrait accorder mercredi, sauf coup de théâtre, sa confiance au nouveau gouvernement, qui a été formé après quatre mois d'intenses négociations et doit s'atteler à d'importants dossiers socio-économiques en suspens.

Dans le cas contraire, un second rejet après l'échec d'un premier cabinet en janvier ouvrirait la porte à la dissolution de l'Assemblée des représentants du peuple (ARP) élue le 6 octobre et à des élections anticipées.

A l'ouverture de la plénière devant 180 députés sur un total de 217 élus, le Premier ministre désigné Elyes Fakhfakh a affirmé que son gouvernement ambitionnait de "réaliser l'intérêt suprême de la Tunisie".

Et de lister les priorités de son équipe: la lutte contre les actes criminels et terroristes, contre la hausse des prix, la pauvreté, la corruption, ainsi que la relance de l'économie et la création d'emplois.

- "Très fortes chances" –

Rétablir un climat politique sain, renforcer le rôle de l'Etat et poursuivre la mise en place des institutions démocratiques manquantes figurent également dans son programme, a-t-il dit.

La parole étant donnée à des dizaines de députés, le vote de confiance devrait intervenir dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le gouvernement est composé de 15 membres appartenant à des partis politiques et 17 autres présentés comme des personnalités indépendantes qui se voient confier notamment les ministères régaliens.

Plus grande force au Parlement, le parti d'inspiration islamiste Ennahdha (54 députés) a obtenu six ministères.

Même s'il n'a pas décroché les ministères qu'il convoitait, Ennahdha a affirmé dans un communiqué mardi soir qu'il voterait en faveur de ce cabinet.

D'autres blocs parlementaires comme le Courant démocrate (22 sièges) et le Mouvement du peuple (16 sièges) ont manifesté également leur soutien au gouvernement qui doit obtenir la majorité absolue de 109 voix, au sein d'une Assemblée particulièrement morcelée.

La parti libéral Qalb Tounes (38 sièges, deux force dans l'ARP), de l'homme d'affaire Nabil Karoui, n'a pas été sollicité pour faire partie de ce gouvernement, et se pose ainsi dans l'opposition.

Mais, a-t-il fait savoir mardi après une réunion de son bureau, s'il y avait un risque que le gouvernement n'obtienne pas la majorité des voix et donc que l'assemblée soit dissoute, il déciderait alors d'approuver l'équipe de M. Fakhfakh.

Ce vote intervient après un accord de dernière minute le 19 février entre le président tunisien Kais Saied et Ennahdha.

"Sauf grosse surprise, le gouvernement Fakhfakh a de très fortes chances d'obtenir le vote de confiance de l'ARP", avance mercredi le journal francophone Le Quotidien.

Dans ce gouvernement qui ne compte que six femmes, les ministères de la Justice et de l'Intérieur, très convoités, ont été confiés respectivement à une juge présentée comme indépendante, Thouraya Jeribi, et à un ancien cadre ministériel récemment nommé conseiller juridique de la présidence, Hichem Mechichi.

- Quelle marge de manoeuvre ? -

La Défense revient à l'ancien dirigeant de l'Instance nationale d'accès à l'information (Inai), Imed Hazgui, et les Affaires étrangères à un ancien ambassadeur à Oman, Noureddine Erraï.

En janvier, un précédent gouvernement constitué sous la houlette d'Ennahdha avait échoué à obtenir la confiance des députés.

La Tunisie est donc gérée depuis plus de quatre mois par le gouvernement sortant, alimentant un attentisme qui ralentit la vie publique et économique du pays.

Le nouveau gouvernement devra notamment relancer les discussions avec les bailleurs de fonds, à commencer par le Fonds monétaire international, dont le programme entamé en 2016 s'achève en avril/mai 2020.

"La question qui se pose maintenant, c'est la marge du manoeuvre accordée à ce gouvernement, qui permettra de mesurer son efficacité", a souligné le politologue Selim Kharrat, de l'ONG Bawsala, observatoire de la vie publique.

Quant aux Tunisiens, neuf ans après avoir chassé le dictateur Zine el Abidine Ben Ali lors du Printemps arabe, ils attendent toujours un gouvernement démocratique à même de s'attaquer aux nombreux maux socio-économiques qui rongent leur pays.

"La patience a ses limites et tout le monde attend au tournant le nouveau gouvernement avec cette grogne qui risque de s'amplifier", écrit dans son éditorial Le Temps.

Et "plombé par des dissensions idéologiques entre les membres de son équipe et une opposition qui l'attend de pied ferme, Elyes Fakhfakh aura certainement bien du mal à mettre en pratique son programme", estime ce quotidien francophone.

Toutes les actualités

Des médiations pour sortir le pays de l'impasse se multiplient

Des médiations pour sortir le pays de l'impasse se multiplient
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:15 0:00

Les fans de football tunisiens organisent une sortie massive en Italie après une dispute entre les clubs

Les fans de football tunisiens organisent une sortie massive en Italie après une dispute entre les clubs
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Discussions inter-libyennes en Tunisie: accord sur une feuille de route

Discussions inter-libyennes en Tunisie: accord sur une feuille de route
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Nouvelle série de pourparlers libyens en Tunisie sous l'égide de l'ONU

Nouvelle série de pourparlers libyens en Tunisie sous l'égide de l'ONU
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Nouvelle série de pourparlers libyens en Tunisie sous l'égide de l'ONU

L'envoyée intérimaire de l'ONU en Libye, Stephanie Williams, lors de l'ouverture du Forum de dialogue politique libyen organisé à Gammarth à la périphérie de la capitale tunisienne, en présence du président tunisien Kais Saied, le 9 novembre 2020.

Soixante quinze représentants libyens ont entamé des pourparlers politiques près de Tunis lundi, sous l'égide de l'ONU qui s'est dite "optimiste" d'aboutir à un accord sur un gouvernement unifié et l'organisation d'élections dans le pays en conflit.

Les pourparlers réunissent à Gammarth, au nord-est de Tunis, 75 Libyens de tous les bords sélectionnés par l'ONU, y compris parmi les principaux camps rivaux. Objectif: sortir leur pays du chaos dans lequel il a sombré après la chute du régime de Mouammar Kadhafi, tué par des rebelles en 2011.

La Libye est aujourd'hui déchirée entre deux autorités rivales: le Gouvernement d'union nationale (GNA) dans l'Ouest, basé à Tripoli et reconnu par l'ONU, et un pouvoir incarné par Khalifa Haftar, homme fort de l'Est soutenu par une partie du Parlement élu et son président, Aguila Saleh.

"C'est un moment historique (...). Un rendez-vous avec l'Histoire", a déclaré le président tunisien Kais Saied à l'ouverture des pourparlers. Le consensus est réalisable "si les forces étrangères s'abstiennent de toute ingérence" en Libye.

Pour M. Saied, "ceux qui seront impliqués dans la phase de transition doivent s’engager à ne pas se présenter" aux élections générales, à "rédiger une Constitution provisoire" et à "fixer les dates des prochaines élections".

Depuis septembre, les deux camps rivaux, encouragés par l'ONU, sont retournés à la table des négociations avec des réunions thématiques au Maroc, en Egypte en Suisse et en Tunisie, pour tenter de mettre en place une feuille de route sur la transition dans le pays.

Ces séries de discussions ont été possibles après l'arrêt des combats entre les forces rivales en juin, après la mise en échec de l'offensive lancée par les pro-Haftar pour prendre le contrôle de Tripoli.

Le but des pourparlers de Tunisie est de choisir un conseil présidentiel de trois membres représentant la Cyrénaïque (Est), la Tripolitaine (Ouest) et le Fezzan (Sud) -les grandes régions libyennes-, et un chef de gouvernement chargé de former un cabinet unifié.

"Il y a là une occasion pour mettre fin au conflit tragique" et "façonner l'avenir de la Libye", a dit dans un discours enregistré le patron de l'ONU Antonio Guterres, diffusé au début des pourparlers.

En octobre, les parties en conflit ont signé un accord de cessez-le-feu historique en Libye, ouvrant la voie à une reprise de la production pétrolière, économiquement vitale, et à des progrès dans les négociations politiques.

"Les élections doivent être l'objectif ultime ici", a martelé dimanche la cheffe par intérim de la Mission d'appui des Nations unies en Libye (Manul), Stephanie Williams, présente aux négociations de Gammarth.

Voir plus

XS
SM
MD
LG