Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Gabon

Des grèves partiellement suivies par les Gabonais

Des partisans de l'opposition gabonaise assistent à un rassemblement contre une modification de la constitution gabonaise par la Cour constitutionnelle afin de remédier à l'absence du président hospitalisé à Riyad pendant un mois, le 23 novembre 2018.

Des grèves sont en cours dans divers secteurs du Gabon pour protester contre des mesures d'austérité prises il y a six mois, mais aussi pour des raisons politiques. Le mouvement est assez peu suivi.

Lundi, la confédération syndicale Dynamique unitaire (DU) a lancé une grève générale nationale de trois jours et prévoit une marche mardi 18 décembre.

Cette grève était peu suivie à Libreville dans les administrations, les douanes, les transports ou encore l'enseignement. Pour sa part, Dynamique unitaire évalue la mobilisation à plus de 60% sur tout le territoire.

Les membres de ce syndicat protestent en effet contre les mesures d'austérité mises en place en juin par le gouvernement et s'insurgent de l'absence d'interlocuteur, le président Ali Bongo Ondimba étant en convalescence depuis le 24 octobre à la suite d'un Accident vasculaire cérébral (AVC).

Dynamique unitaire exige en outre la démission de la présidente de la Cour constitutionnelle, Marie-Madeleine Mborantsuo, qui, en l'absence du chef de l'Etat, a modifié la Constitution mi-novembre pour permettre au vice-président d'organiser un Conseil des ministres.

Le secteur pétrolier, essentiel à l'économie du Gabon, était lui aussi touché mardi par une grève générale de trois jours, avec toutefois un service minimum assuré.

L'Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) demande entre autres la réintégration de six employés de Total Gabon, licenciés en août pour avoir participé à une grève.

Un préavis a également été lancé par un syndicat des travailleurs de le Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) pour une grève illimitée à partir du 17 décembre.

Les travailleurs demandent notamment une revalorisation de la grille salariale, selon un communiqué du Syndicat national des travailleurs du secteur de l'eau et de l'électricité.

Les mobilisations sociales ou politiques sont de moins en moins suivies depuis 2016, année d'une présidentielle mouvementée au Gabon. L'économie gabonaise a été touchée par la chute des prix du baril en 2014. Le Fonds monétaire international (FMI) s'est engagé dans des programmes de prêts pour plusieurs pays d'Afrique centrale, dont le Gabon, assujettis à des mesures d'austérité mises en place dans ces Etats.

Toutes les actualités

A Libreville, les "jeunes combattants pour le développement" se prennent en charge

A Libreville, les "jeunes combattants pour le développement" se prennent en charge
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

"Bien mal acquis": la justice française implique des enfants d'Omar Bongo

"Bien mal acquis": la justice française implique des enfants d'Omar Bongo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:04 0:00

"Biens mal acquis": nouvelles mises en examen en France d'enfants d'Omar Bongo

Une statue de l'ancien président gabonais Omar Bongo.

Il s'agit d'un "anachronisme tant juridique que factuel", dénonce une avocate.

Cinq enfants de plus du défunt président gabonais Omar Bongo Ondimba, dont sa fille aînée Pascaline, ont été mis en examen à Paris dans le dossier des "biens mal acquis", soupçonnés d'avoir profité du patrimoine immobilier "frauduleusement" acquis en France par leur père.

Cette nouvelle série porte à au moins neuf le nombre d'enfants d'Omar Bongo, demi-frères et demi-sœurs de son fils et successeur à la tête du pays Ali Bongo, poursuivis dans cette information judiciaire menée par un juge financier parisien.

Pascaline Bongo, 66 ans, ex-directrice de cabinet de son père, Omar Denis Jr Bongo, 28 ans, également petit-fils du président congolais Denis Sassou Nguesso, Jeanne Matoua, 38 ans, et Joseph Matoua, 40 ans, ont été mis en examen entre juin et juillet, selon une source judiciaire à l'AFP, confirmant vendredi une information du site Africa Intelligence.

Ils sont poursuivis de recel de détournement de fonds publics, corruption active et passive, blanchiment et abus de biens sociaux. La justice française les soupçonne d'avoir "sciemment" bénéficié d'un important patrimoine immobilier "frauduleusement" assemblé en France par le patriarche, président du Gabon de 1967 jusqu'à sa mort en 2009.

La valeur de ces biens a récemment été évaluée par la justice "à au moins 85 millions d'euros". Pour l'avocate de Pascaline Bongo, Me Corinne Dreyfus-Schmidt, il y a dans cette procédure "un anachronisme tant juridique que factuel".

Selon des éléments obtenus par l'AFP, Pascaline Bongo a déclaré devant les enquêteurs en janvier 2020 posséder, entre autres, plusieurs appartements dans des quartiers chics de Paris, acquis par son père des années 1970 à 1990. Très proche de son père, elle en fut la directrice de cabinet au Palais du bord de mer de Libreville, le siège de la présidence. Avocat d'Omar Denis Jr Bongo, Me Jean-Marie Viala a contesté auprès de l'AFP la mise en examen de son client "sur la base du droit", "non de la morale".

"Clan familial"

Entre mars et avril, le juge financier parisien Dominique Blanc avait déjà mis en examen Grâce, Betty, Arthur puis Hermine Bongo, d'autres enfants du défunt président. Ces quinquagénaires ont tous contesté avoir eu connaissance du caractère frauduleux de cette fortune. D'autres enfants, parmi les 54 de l'ex-partenaire historique de la France en Afrique centrale, pourraient suivre.

La "fortune immense" de la famille Bongo, selon un arrêt de février de la cour d'appel de Paris, provient "de l'argent issu de détournements de fonds publics et des sommes considérables provenant du délit de corruption des sociétés pétrolières", notamment Elf Aquitaine aujourd'hui TotalEnergies. Ce que "les investigations menées dans la présente procédure ont confirmé", selon le magistrat instructeur.

"C'est tout un clan familial qui va devoir rendre des comptes", a réagi auprès de l'AFP Me William Bourdon, avocat de Transparency International France, partie civile dans le dossier. "Les bénéficiaires, y compris français, ont été épinglés, ce qui permettra un panorama judiciaire complet", a-t-il ajouté, "chacun doit mesurer les montants colossaux qui sont en cause".

Dans cette enquête déclenchée après une plainte d'ONG en 2007, outre des enfants Bongo et la BNP Paribas, au moins quatorze autres personnes physiques sont poursuivies, dont des membres de la famille du président Sassou Nguesso, et plusieurs Français parmi lesquels un avocat, un notaire ou une gérante de société civile immobilière (SCI).

"Cela ne concerne ni le président de la République, ni aucun membre de présidence de la République gabonaise, donc il n'y a pas à commenter", a déclaré Jessye Ella Ekogha, porte-parole de la présidence gabonaise, sollicité par l'AFP. "Cependant, il apparaît que les médias ont adopté comme stratégie marketing d’associer systématiquement le chef de l'Etat Ali Bongo Ondimba à une affaire pour laquelle il n'a jamais été inquiété, ni entendu. Cela doit cesser", a-t-il ajouté.

Chef de l'Etat en exercice, Ali Bongo bénéficie d'une immunité et ne risque donc pas de poursuites dans l'immédiat.

L'ancien porte-parole de la présidence gabonaise condamné à 8 ans de prison pour "détournement de fonds publics"

ARCHIVES - Ike Ngouoni, ancien porte-parole de la Présidence de la République gabonaise sous Ali Bongo à Libreville, le 7 mars 2019.

L'ancien porte-parole de la présidence du Gabon, Ike Ngouoni, a été condamné à huit ans de prison ferme par la Cour criminelle spéciale de Libreville pour "détournement de fonds publics" et "blanchiment de capitaux", ont annoncé à l'AFP ses avocats.

M. Ngouoni écope également d'une amende de 50 millions de francs CFA (65.000 euros) et de 5 milliards (7,5 millions d'euros) à titre de dommages et intérêts à verser à l’État gabonais.

"C'est une décision injuste, un acharnement", a déclaré à l'AFP son avocate, Me Carole Moussavou, réaffirmant que les fonds gérés par M. Ngouoni n'étaient "pas publics car ils ne provenaient pas du Trésor mais d'un compte privé".

"Ce n'est pas une affaire judiciaire, c'est une affaire politique", a poursuivi à l'AFP son autre conseil, Me Anges-Kevin Nzigou qui a annoncé qu'un pourvoi en cassation serait déposé "dans les prochains jours".

L'ancien conseiller spécial du président Ali Bongo Ondimba a été reconnu coupable de "détournements de fonds publics" entre 2017 et 2019 alors qu'il était en poste comme responsable de la communication présidentielle.

M. Ngouoni a été innocenté sur les volets "concussion" et "complicité de détournement de fonds publics".

Le parquet avait requis lundi quinze ans de prison.

M. Ngouoni avait été arrêté en 2019 dans le cadre d'une vaste opération anti-corruption baptisée "Scorpion", qui avait également entraîné la chute de l'ex-directeur de cabinet du président, le franco-gabonais Brice Laccruche Alihanga, ainsi que plusieurs autres hauts-fonctionnaires gabonais.

M. Laccruche a été condamné en octobre 2021 à cinq ans de prison ferme pour "délivrance indue de documents administratifs".

La semaine dernière, Patrichi Tanasa, l'ancien administrateur-directeur général de la Gabon Oil Company (GOC), une entreprise publique dont la gestion se trouve être au cœur de cette opération, a été condamné à 12 ans de réclusion criminelle pour "détournement de fonds publics".

Cet ancien bras droit de Brice Laccruche a également écopé d'une amende de 70 millions de francs CFA, environ, 105.000 euros, et 20 milliards (30 millions d'euros) à rembourser à l’État gabonnais, selon le parquet gabonais.

Condamnation de l'ex-patron de la Gabon Oil Company: "Il n'y a plus de super citoyens"

Condamnation de l'ex-patron de la Gabon Oil Company: "Il n'y a plus de super citoyens"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:24 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG