Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Gabon

Le vice-président gabonais reconnaît qu'Ali Bongo a fait un AVC

Ali Bongo Ondimba à Addis Ababa en Ethiopie le 29 janvier 2018.

Le vice-président du Gabon, Pierre Claver Maganga Moussavou, a reconnu que le président Ali Bongo Ondimba, malade et absent depuis le 24 octobre, avait fait un accident vasculaire cérébral (AVC), une première, aucune source officielle n'ayant jusqu'alors indiqué de quel mal il souffrait.

"Personne ne peut se réjouir de la mort ou de la maladie de quelqu'un d'autre, celui qui n'a jamais connu un AVC, qu'il prie Dieu pour qu'il n'en connaisse jamais", a déclaré M. Moussavou dans un discours prononcé samedi à Franceville (sud-est) en reférence à l'état de santé du chef de l'Etat.

"De toute façon, je ne le souhaite pas à qui que ce soit, pas même à mon pire ennemi", a-t-il ajouté devant plusieurs responsables la région du Haut-Ogooué, fief de la famille Bongo.

Le vice-président faisait partie d'une délégation de hauts responsables politiques gabonais qui se sont rendus mardi à Rabat pour y rencontrer le président Bongo qui s'y trouve en convalescence.

Hospitalisé à Ryad le 24 octobre, M. Bongo, 59 ans, y est resté plus d'un mois avant d'être transféré le 29 novembre à Rabat, d'abord dans un hôpital militaire, puis dans une résidence privée pour y poursuive sa convalescence et sa rééducation.

Le porte-parole de la présidence à Libreville, Ike Ngouoni, n'a communiqué qu'à deux reprises sur son état de santé, parlant d'abord de "fatique sévère", puis de "saignement".

A aucun moment, ni lui ni aucun autre dirigeant gabonais n'avaient dit le mal dont souffrait le chef de l'Etat. Seules des sources non officielles avaient parlé d'un AVC.

Deux vidéos sans son et une photo ont été publiées depuis l'arrivée du président gabonais au Maroc, sur lesquelles il apparaît toujours assis.

Son état de santé ayant suscité d'innombrables rumeurs, ces premières images depuis son hospitalisation en Arabie saoudite ont été très partagées sur les réseaux sociaux, avec parfois des doutes sur leur authenticité et des interrogations sur ses capacités à gouverner.

Toutes les actualités

Les pharmacies prises d'assaut, la chloroquine se fait rare

Les pharmacies prises d'assaut, la chloroquine se fait rare
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:17 0:00

Libreville: le marché du poisson est très sollicité

Libreville: le marché du poisson est très sollicité
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:34 0:00

Ali Bongo décrète un couvre-feu, les Gabonais face à de nouvelles réalités

Ali Bongo décrète un couvre-feu, les Gabonais face à de nouvelles réalités
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:10 0:00

Un premier patient est décédé du nouveau coronavirus

Un premier patient est décédé du nouveau coronavirus
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:34 0:00

Les autorités gabonaises annoncent un premier décès dû au coronavirus, le 2e au Sud du Sahara

Un patient dans une unité de bioconfinement est transporté sur une civière depuis une ambulance arrivée à l'hôpital Columbus Covid 2 à Rome (Italie), le 17 mars 2020. (Photo: AP)

Un premier patient est décédé au Gabon du nouveau coronavirus, le deuxième en Afrique subsaharienne après le Burkina Faso, a indiqué vendredi le porte-parole de la cellule de suivi de l'épidémie dans ce pays qui ne comptait jusqu'à présent que trois cas.

Le patient de 50 ans "est décédé à 08H05 des suites des complications de son diabète et d'un syndrome de détresse respiratoire aiguë", a précisé le porte-parole, Dr Guy Patrick Obiang Ndong. L'homme, dont la nationalité n'a pas été précisée, avait "occulté" un récent séjour en France lors d'une consultation médicale dimanche, a-t-il ajouté.

Hormis ce décès et les trois patients déjà déclarés, aucun autre cas n'a été détecté au Gabon, a-t-il conclu lors d'une conférence de presse.

Le Gabon a adopté des mesures strictes pour lutter contre l'épidémie, dont la limitation des vols internationaux à un par semaine et par compagnie, la fermeture des établissements scolaires et l'interdiction des rassemblements de plus de 30 personnes.

Le décompte des personnes touchées par le nouveau coronavirus est particulièrement difficile en Afrique subsaharienne en raison du manque de ressources.

Près de 900 cas ont été officiellement répertoriés sur le continent africain, essentiellement en Egypte et au Maghreb, selon un décompte effectué par l'AFP vers 11H00 GMT.

Voir plus

XS
SM
MD
LG