Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

La peur de l'extradition vers la Chine plonge Hong Kong dans les violences politiques

Manifestations à Hong Kong le 12 juin 2019.

Hong Kong a été ébranlé mercredi par les pires violences politiques depuis sa rétrocession à la Chine, la police tirant des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes sur des manifestants qui bloquaient les grandes artères et tentaient de faire irruption dans le Parlement.

Des dizaines de milliers de manifestants vêtus de noir, pour la plupart des jeunes gens, étaient à nouveau descendus dans la rue pour dénoncer un projet de loi gouvernemental visant à autoriser les extraditions vers la Chine continentale.

Les affrontements ont éclaté près du Conseil législatif (LegCo, Parlement) où le texte aurait dû être débattu en seconde lecture. Alors que la foule enflait, l'assemblée dominée par les députés pro-Pékin a annoncé le report des débats à une "date ultérieure".

La cheffe de l'exécutif local, Carrie Lam, qui exclut de retirer le texte, a dénoncé des "émeutes organisées". "Les émeutes qui touchent une société pacifique en ignorant la loi et la discipline sont inacceptables pour toute société civilisée", a-t-elle réagi dans une vidéo.

Les affrontements faisaient écho à l'immense "Mouvement des parapluies", mouvement prodémocratie de l'automne 2014, quand les manifestants avaient paralysé pendant deux mois des quartiers entiers de la mégapole et combattu les policiers. Mais sans arracher de concessions à Pékin.

- Gaz poivre et pavés -

Mais cette fois, la police semblait déterminée à ne pas les laisser occuper le terrain. Les forces de l'ordre ont repoussé les manifestants qui tentaient de rentrer dans le LegCo à coups de matraques et de gaz poivre, pour finir par tirer des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes. Elles ont également tiré "des projectiles en sachet", soit des sacs remplis de billes en plomb.

Les manifestants n'étaient pas en reste, lançant barres de métal, bouteilles ou encore pavés. "Je vais continuer de me battre", a déclaré mercredi soir Kevin Leung, un manifestant de 20 ans. "On va continuer jusqu'à ce que notre objectif soit atteint".

Selon les autorités, 22 personnes ont été blessées, parmi policiers et protestataires.

Le chef de la police Stephen Lo a défendu ses troupes, déclarant qu'elles avaient fait preuve de "retenue" jusqu'à ce que des "gangsters" tentent de prendre le LegCo.

Mais, pour Amnesty International, la police "a profité des actes violents d'une petite minorité pour en tirer prétexte et recourir à un usage excessif de la force contre la vaste majorité des manifestants pacifiques".

"En termes de violences politiques, c'est la journée la plus grave depuis la rétrocession" du territoire à Pékin en 1997, a commenté l'analyste politique Dixon Sing.

"Le peuple de Hong Kong croit de plus en plus que le gouvernement est constitué de marionnettes servant les intérêts de Pékin. Ils voient ça comme leur dernière bataille", juge-t-il.

Une centaine d'entreprises et de commerces avaient annoncé leur fermeture en signe de solidarité avec les opposants au texte. Les principaux syndicats étudiants avaient appelé au boycottage des cours.

- "Inquiétudes" -

L'ex-colonie britannique aux sept millions d'habitants avait déjà été le théâtre dimanche de la plus importante manifestation jamais organisée depuis 1997, réunissant selon les organisateurs un million de personnes.

Le projet de loi a suscité les critiques de pays occidentaux. Mercredi, le ministre britannique des Affaires étrangères Jeremy Hunt a appelé Hong Kong à "écouter les inquiétudes" de ses citoyens.

Nombre de Hongkongais redoutent une justice chinoise opaque et politisée, et pensent que cette réforme nuira à l'image internationale et à l'attractivité du territoire.

Au terme de l'accord de rétrocession, Hong Kong jouit d'une semi-autonomie et de libertés n'existant pas en Chine continentale et ce, en théorie, jusqu'en 2047.

La ville est cependant depuis une dizaine d'années le théâtre de soubresauts en raison de l'inquiétude générée par l'ingérence grandissante de Pékin.

Le projet doit permettre les extraditions vers toutes les juridictions avec lesquelles aucun accord bilatéral n'existe, y compris la Chine continentale.

Un vote final sur le texte était attendu le 20 juin, mais les autorités n'ont pas annoncé de date pour la reprise des débats. La Bourse de Hong Kong a reculé mercredi de près de 1,8%.

Le projet, selon les autorités, doit combler un vide juridique et faire que la ville ne soit plus un asile pour certains criminels. Elles assurent que des garde-fous existent en matière de droits humains et qu'il ne visera pas les opposants politiques.

Toutes les actualités

Manifestations de masse à Hong Kong

Manifestations de masse à Hong Kong
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:34 0:00

Après l'attentat meurtrier de Kaboul, l'industrie du mariage craint pour son avenir

Des personnes en deuil chiites afghanes portent le cercueil d'une victime tuée dans un attentat suicide la veille à Kaboul, le 16 août 2018.

Depuis quatre décennies, les mariages constituaient l'un des rares moments de joie en Afghanistan, ravagé par la guerre. L'attentat-suicide de samedi, pendant qu'un couple échangeait ses vœux à Kaboul, a non seulement brisé des centaines de vies mais il a également ébranlé une industrie florissante.

De la salle de mariage Shahr-e-Dubai, dans l'ouest de la capitale, il reste une façade de verre et de béton rouge et blanc presque intacte. Mais l'intérieur n'est plus que chaos. Le plafond s'est écroulé et des chaises sont maculées de sang depuis qu'un kamikaze du groupe Etat islamique s'y est fait exploser, faisant 63 morts et 182 blessés.

L'impact est dramatique pour l'industrie du mariage, "l'un des rares secteurs économiques qui fonctionnait encore relativement bien malgré tous les problèmes" que rencontre l'Afghanistan, soupire Ghulam Sakhi Sultani, l'un des trois propriétaires de Shahr-e-Dubai.

Dans la culture afghane, les unions donnent lieu à des cérémonies démesurées, où des centaines de personnes, souvent plus de mille, sont invitées.

Entre robes, bijoux et nourriture en abondance, ces noces coûtent au bas mot 15.000 euros, une fortune dans l'un des pays les plus pauvres du monde, qui pousse nombre de futurs époux à lourdement s'endetter.

Une industrie du mariage, qui pèse des millions d'euros, s'est donc progressivement développée à Kaboul. Des dizaines d'immenses hangars constellés de néons parsèment la ville, employant des milliers de personnes.

Après cette attaque, la première du genre contre un mariage de masse à Kaboul, "il sera difficile de regagner la confiance pour organiser d'importants mariages", observe M. Sultani, qui redoute que "les terroristes n'aient choisi les mariages de masse comme nouvelles cibles".

Dix membres de son personnel ont été tués ou blessés samedi et "la plupart des autres ne sont pas revenus travailler" car ils disent "craindre pour leur vie", raconte-t-il.

"Après l'horrible attentat de samedi tout va changer", acquiesce Sharif, le directeur d'une autre salle de noces de Kaboul, qui n'a donné que son seul prénom. "Je ne pense pas que les gens nous feront confiance, ni à nous ni au gouvernement, pour assurer leur sécurité".

- Mariage "à la maison" -

Tandis que des mariages plus modestes ont déjà été ciblés par le passé, six personnes ayant notamment été tuées mi-juillet dans l'est, l'attentat de samedi souligne la vulnérabilité de ces rassemblements de masse, pour lesquels les mesures de sécurité prises sont minimales.

Quand les invités sont nombreux, les allées et venues sont difficilement contrôlables. Et ces grands hangars ne disposent pour la plupart même pas de sortie de secours.

A moins que des personnalités de premier plan soient invitées, il est considéré comme insultant pour les invités d'être fouillés. Des personnes extérieures peuvent ainsi facilement se fondre dans la foule d'amis et parents.

"Nous prendrons des mesures de sécurité supplémentaires mais il sera difficile d'arrêter un poseur de bombe parmi les centaines d'invités", reconnaît M. Sultani.

Les couples désireux de se passer la bague au doigt sont eux aussi très inquiets.

Dawood Hotak, un étudiant fiancé de 26 ans, prévoit désormais de se marier "à la maison" plutôt que dans une de ces salles.

"Les gens devraient être fouillés avant d'entrer", peste-t-il auprès de l'AFP. "S'il y avait eu des fouilles corporelles, je suis sûr que l'attaque aurait été évitée", estime-t-il.

En novembre dernier, un kamikaze a frappé la salle de mariage, l'Uranus, à Kaboul, où se réunissaient des érudits religieux, tuant au moins 55 personnes.

"Il n'y a plus d'endroits sûrs à Kaboul", se lamente le manager de l'Uranus, Haji Ghulam Sediq. "Il n'y a pas que les employés et les invités, moi aussi j'ai peur", confie-t-il.

L'EI revendique l'attentat qui a fait 63 morts lors d'un mariage à Kaboul

L'EI revendique l'attentat qui a fait 63 morts lors d'un mariage à Kaboul
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:14 0:00

Les troupes chinoises à la frontière de Hong Kong, Trump s’implique

Les troupes chinoises à la frontière de Hong Kong, Trump s’implique
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:46 0:00

Hong Kong : la police tire du gaz lacrymogène sur des manifestants

Hong Kong : la police tire du gaz lacrymogène sur des manifestants
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:50 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG