Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Asie

Ultrasurveillance à Pékin pour les 30 ans de Tiananmen

La place Tiananmen sous surveillance policière à Beijing le 3 juin 2019. (Photo de Nicolas ASFOURI / AFP)

Internet censuré, militants arrêtés, presse muselée: le gouvernement chinois impose une chape de silence à l'occasion des 30 ans mardi de la répression sanglante des manifestations de la place Tiananmen à Pékin.

L'anniversaire de l'intervention brutale de l'armée le 4 juin 1989 contre des manifestants pacifiques, qui réclamaient des réformes démocratiques et la fin de la corruption, fait toujours l'objet d'un tabou dans la sphère publique, voire dans les conversations privées.

A l'aube, un vidéojournaliste de l'AFP qui tentait d'accéder à la place Tiananmen pour la cérémonie quotidienne du lever des couleurs sur l'immense esplanade du coeur de Pékin s'est vu intimer l'ordre de rebrousser chemin.

"Il vous faut une autorisation du bureau d'administration de Tiananmen", ont expliqué les gardiens occupés à filtrer via des portiques électroniques les accès à la place.

Ces mesures de sécurité étaient encore plus strictes qu'à l'accoutumée, au grand dam de touristes de province qui n'ont pas pu arriver à temps sur la place pour la cérémonie.

En prévision de la date-anniversaire, le régime a arrêté ou éloigné des militants des droits de l'homme et interdit aux médias chinois d'évoquer l'événement.

Le Parti communiste au pouvoir bloque depuis plusieurs années l'accès à plusieurs sites étrangers (comme Facebook, Google, ou Twitter), où circulent des informations sur la répression. Le régime ordonne également aux réseaux sociaux de retirer tout contenu pouvant faire référence au massacre.

- "Vacciner" la société -

De mi-avril à début juin 1989, des millions d'étudiants, rejoints par des ouvriers et des intellectuels, s'étaient mobilisés pour demander des changements démocratiques et dénoncer la corruption et l'inflation.

Des soldats et des blindés avaient repris le contrôle de Pékin en faisant feu sur les manifestants et les simples civils présents le long des avenues et aux abords de la place Tiananmen.

Le nombre exact de victimes reste inconnu. Le gouvernement a évoqué "près de 300 morts" -- militaires compris. Mais la fourchette généralement admise est comprise entre 400 et plus d'un millier de décès.

Depuis Washington, le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a rendu lundi un hommage appuyé aux "héros du peuple chinois qui se sont courageusement levés il y a 30 ans place Tiananmen pour exiger leurs droits".

Le patron du département d'Etat a paru faire son deuil de tout espoir de libéralisation du régime communiste.

"Dans les décennies qui ont suivi (la répression), les Etats-Unis ont espéré que l'intégration de la Chine dans la communauté internationale déboucherait sur une société davantage ouverte et tolérante. Ces espoirs ont été balayés. L'Etat chinois à parti unique ne tolère aucune dissidence et viole les droits humains à chaque fois que c'est dans son intérêt", a résumé M. Pompeo.

Pékin ne change pas d'un iota sa vision des événements, qualifiés il y a 30 ans "d'émeute contre-révolutionnaire".

Le ministre de la Défense, Wei Fenghe, a estimé dimanche que l'intervention de l'armée avait été une décision "correcte", permettant d'assurer la "stabilité et le développement" de la Chine.

Un éditorial du quotidien anglophone Global Times, proche du pouvoir et au ton nationaliste, a lui jugé lundi que la répression avait permis de "vacciner la société" contre toute agitation politique.

- "En réfection" -

Des mesures draconiennes étaient déjà en place lundi aux abords de la place Tiananmen, les forces de l'ordre interdisant de prendre des photos ou des vidéos.

Un journaliste de l'AFP, qui circulait en voiture autour de la place, a été stoppé par la police, laquelle a exigé qu'il efface les images présentes dans son appareil photo.

Un de ses confrères qui voulait réserver dans un grand hôtel proche n'a finalement pas pu obtenir une chambre avec vue sur la place, cette dernière étant soudainement "en réfection".

Toute velléité de commémoration par d'éventuels contestataires risquait fort de se faire loin du regard de la presse étrangère.

Une immense foule est cependant attendue mardi soir pour la traditionnelle veillée aux chandelles organisée annuellement à Hong Kong, le territoire autonome étant le seul endroit de Chine où une telle commémoration peut avoir lieu.

Malgré une baisse de la participation ces dernières années, des dizaines de milliers de personnes devraient être présents à cette manifestation, qui demande la justice pour les victimes et une démocratisation du pays.

Twitter a quant à lui présenté ses excuses ce weekend pour avoir suspendu il y a quelques jours des comptes publiant des commentaires critiques envers Pékin -- tout en démentant avoir agi sous pression des autorités chinoises.

Avec AFP

Toutes les actualités

La Corée du Nord pose des conditions avant un dialogue avec les Etats-Unis

La Corée du Nord pose des conditions avant un dialogue avec les Etats-Unis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Syrie: une école sous les oliviers pour les enfants déplacés par les combats

Syrie: une école sous les oliviers pour les enfants déplacés par les combats
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:44 0:00

Cachemire sous contrôle indien: deux morts dans une fusillade

Protestations contre la révocation par l'Inde du statut d'autonomie spéciale dans la partie du Cachemire qu'elle contrôle, Srinagar, le 11 août 2019.

Un "terroriste" et un officier de police sont morts au Cachemire sous contrôle indien dans une fusillade qui a opposé des activistes aux forces de sécurité, a indiqué la police mercredi. 

L'incident qui s'est déroulé dans le district de Baramulla, dans le nord du Cachemire, est le premier à être rapporté par les autorités indiennes depuis qu'elles ont révoqué le statut d'autonomie spéciale dans la partie du Cachemire qu'elles contrôlent.

"Un terroriste a été tué (...) des armes et des munitions ont été découvertes", a indiqué la police sur Twitter, précisant qu'un officier de police avait été tué et qu'un autre blessé dans l'incident était traité dans unhôpital militaire.

Dans un autre tweet, la police a identifié l'activiste abattu comme étant affilié au "Lashkar-e-Taiba" (LeT), une organisation armée basée au Pakistan, accusée par New Delhi et Washington d'avoir organisé les attaques sanglantes de Bombay en 2008.

Un blocage des communications et de fortes restrictions à la circulation avaient été imposés par les autorités indiennes la veille de l'annonce, le 5 août, de la révocation de l'article 370 de la Constitution, qui conférait ce statut d'autonomie spéciale à la région himalayenne.

Les affrontements sont fréquents entre les forces de sécurité indiennes et les militants opposés à la domination indienne, des dizaines de milliers de personnes, pour la plupart civiles, ont perdu la vie au cours des 30 dernières années, ajoutant au ressentiment envers New Delhi.

Quelque 80.000 paramilitaires indiens supplémentaires ont été déployés dans le Cachemire indien. Un demi-million de soldats s'y trouvent déjà en temps normal.

L'Inde et le Pakistan, qui se sont partagé le territoire du Cachemire après leur indépendance en 1947, se sont depuis livrés trois guerres, dont deux à propos du Cachemire.

Avec AFP

Hong Kong: la cheffe de l'exécutif espère un retour au calme

Hong Kong: la cheffe de l'exécutif espère un retour au calme
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Essai d'un missile américain : Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire

Essai d'un missile américain : Moscou et Pékin crient à l'escalade militaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:07 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG