Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Des milliers de réfugiés manifestent contre le manque de nourriture

Un personnel de la sécurité fait signe aux réfugiés du camp de Bakkasi pour les déplacés internes après une manifestation contre les rations de nourriture trop petites, à Maiduguri, dans l'État de Borno, Nigeria, le 29 août 2016.

Des milliers de réfugiés chassés de chez eux par les exactions du groupe jihadiste Boko Haram ont manifesté jeudi à Maiduguri, dans le nord-est du Nigeria, pour dénoncer le manque de nourriture et de médicaments dans les camps, a constaté un journaliste de l'AFP.

Environ 4.000 personnes, hommes, femmes et enfants installés dans le camp de Gubio bloquent depuis le matin la circulation sur l'autoroute qui traverse la ville : ils accusent les responsables du camp de détourner l'aide alimentaire destinée aux 33.000 réfugiés

"Nous ne recevons ni la nourriture ni les médicaments destinés au camps, parce que les responsables les détournent régulièrement", affirme à l'AFP Sani Abubakar.

"Nous voyons les stocks de nourriture repartir dans les mêmes camions que ceux qui les ont apportés, mais sans savoir vers où", explique cet homme de 46 ans au milieu d'une foule de manifestants qui acquiescent à ses propos.

Selon Laraba Buba, une manifestante de 40 ans, au moins six personnes sont mortes en une semaines à cause du manque de médicaments. "Nous ne savons pas où ils emportent la nourriture et les médicaments destinés au camp", ajoute cette mère de six enfants. "C'est trop de souffrance".

Des dizaines de soldats en armes et de policiers tentaient à la mi-journée de disperser les manifestants. En vain.

"Nous ne partirons que quand le gouverneur viendra et règlera la situation. Sinon, nous organiserons un sit-in jusqu'à nouvel ordre", martèle Laraba Buba.

Le camp de Gubio est géré par le Programme alimentaire mondial (PAM), une agence de l'ONU, a indiqué à des journalistes la responsable des secours de Borno, Yabawa Kolo.

"Nous allons organiser une réunion d'urgence avec le PAM pour identifier les problèmes et chercher des solutions", a-t-elle ajouté.

Des milliers de personnes, fermiers, éleveurs... ont été déplacés par les exactions de Boko Haram, qui a détruit les moyens de subsistance de plus de deux millions de personnes.

Tous ces réfugiés se sont retrouvés dans des camps, totalement dépendants des organisations internationales, ou ont fui au Niger, au Cameroun ou au Tchad voisin. Où s'est depuis étendue l'insurrection jihadiste.

Mais des problèmes de financement ont poussé les organisations internationales à réduire leurs opérations, aggravant du même coup la situation humanitaire dans une région où plus de 5 millions de personnes sont menacés par la faim, sinon la famine.

Face à cette situation critique, des milliers de personnes ont choisi de rentrer sur leurs terres pour les cultiver, s'exposant à nouveau aux jihadistes de Boko Haram qui assassinent ou enlèvent les fermiers, les accusant d'intelligence avec les militaires.

En dix ans, au moins 27.000 personnes sont mortes, victimes du conflit sanglant avec les groupes jihadistes.

Toutes les actualités

Nollywood attire les investisseurs étrangers

Nollywood attire les investisseurs étrangers
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:50 0:00

Les premiers Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud sont arrivés à Lagos

Les premiers Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud sont arrivés à Lagos
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:41 0:00

Les corps de neuf soldats ont été retrouvés

Les corps de neuf soldats ont été retrouvés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:03 0:00

Près de 200 Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud

Près de 200 Nigérians rapatriés d'Afrique du Sud
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Près de 22.000 disparus dans le conflit contre Boko Haram

Une vue sur la ville de Bama, le 8 décembre 2016.

Près de 22.000 personnes, essentiellement des mineurs, sont toujours portées disparues après 10 ans de conflit dans le nord-est du Nigeria contre l'insurrection jihadiste de Boko Haram, a rapporté jeudi le Comité International de la Croix Rouge (CICR).

Le Nigeria, pays de 190 millions d'habitants, enregistre "le plus grand nombre de personnes disparues au monde", selon le CICR.

"Environ 60% des personnes dont nous sommes toujours sans nouvelle étaient mineures lorsqu'elles ont été déclarées disparues", peut-on lire dans un communiqué du CICR publié à l'issu d'une visite de cinq jours au Nigeria du président de l'organisation internationale.

"Des milliers de parents ne savent pas si leurs enfants sont en vie ou s'ils sont morts. C'est le plus grand cauchemar d'un parent", a déclaré Peter Maurer lors d'une conférence de presse tenue à Lagos.

Les familles sont régulièrement séparées lors d'attaques du groupe jihadiste Boko Haram ou d'offensives de l'armée et en l'absence de documentations civiles ou de moyens de communication, les personnes disparues sont très difficilement trouvables.

D'autre part, "de grandes parties du territoire restent totalement inaccessibles au personnel humanitaire", dans le nord-est du pays, a fait savoir M. Maurer.

Les Nations Unies estiment que près de deux millions de personnes déplacées par ce conflit ne peuvent toujours pas regagner leurs foyers.

Toutefois, le chef des armées, le général Tukur Buratai, a affirmé mardi à Abuja que "les 'terroristes' de Boko Haram ont été chassés" du Nigeria et ne contrôlent plus aucun territoire national.

En 10 ans, l'insurrection jihadiste et sa répression dans le nord-est du Nigeria ont fait plus de 27.000 morts. Lundi soir, de nombreux soldats nigérians ont été tués dans une attaque contre une base militaire, revendiquée par la branche de Boko Haram affiliée à l'Etat Islamique (Iswap).

Voir plus

XS
SM
MD
LG