Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Boko Haram attaque une base militaire et une ville dans le nord-est

Une camionnette de patrouille de police brûlée reste abandonnée sur le bord d'une route déserte à Damaturu, dans l'État de Yobe, au Nigeria le 7 novembre 2011.

Des combattants du groupe jihadiste Boko Haram ont envahi une base militaire et pillé une ville dans le nord-est du Nigeria, en proie à une sanglante insurrection armée depuis 10 ans, a-t-on appris mardi auprès d'une source sécuritaire et d'habitants.

Des hommes soupçonnés d'appartenir à la faction de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest (Iswap) ont pris d'assaut lundi soir une base militaire en périphérie de la ville de Gajiram, située à 80 km de la capitale régionale Maiduguri.

Arrivés à bord de neuf pick-up, "ils ont délogé les soldats de la base après des combats", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire sous couvert d'anonymat.

"Nous ne connaissons pas l'étendue des dégâts et des pillages dans la base, une évaluation est en cours", a déclaré la source en poste dans la région.

Aucun bilan n'était disponible dans l'immédiat concernant d'éventuelles victimes du côté de l'armée comme des insurgés.

Les jihadistes sont ensuite entrés dans Gajiram, où ils ont pillé des magasins et tiré des coups de feu en l'air, obligeant les habitants à se réfugier dans leurs maisons ou à fuir en brousse.

"Les hommes armés ont pénétré dans la ville vers 18h00 (17h00 GMT) après avoir vaincu les soldats de la base", a déclaré Mele Butari, un habitant de Gajiram.

"Ils sont restés près de cinq heures. Ils sont entrés par effraction dans les magasins et ont pillé les stocks de nourriture", a ajouté M. Butari, avant de préciser: "ils n'ont blessé personne et n'ont fait aucune tentative d'attaquer les gens qui s'étaient réfugiés dans la brousse ou chez eux".

Des habitants ont vu mardi matin des soldats revenir vers la ville depuis la brousse environnante, probablement après avoir fui durant l'attaque.

Gajiram et la base militaire attenante ont été attaquées à plusieurs reprises par les jihadistes. En juin 2018, une attaque d'Iswap avait fait neuf morts parmi les soldats.

Des dizaines de bases militaires ont ainsi été attaquées depuis un an par la faction affiliée à l'Etat islamique, qui cible principalement l'armée et les symboles de l'Etat.

Dimanche au moins 30 personnes ont été tuées et 40 blessées à Konduga (nord-est) dans un triple attentat-suicide attribué cette fois à la faction loyale au leader historique de Boko Haram, Abubakar Shekau.

L'insurrection a fait plus de 27.000 morts et 1,8 million de déplacés au Nigeria depuis 2009.

Toutes les actualités

Six soldats nigérians tués dans une embuscade djihadiste

Des maisons de boue ont été incendiées par des combattants islamistes de Boko Haram dans le village de Maiborti, à la périphérie de Maiduguri, dans le nord-est du Nigéria, le 17 décembre 2018.

Six soldats ont été tués dans une embuscade tendue par des djihadistes contre une patrouille dans l'Etat de Borno, dans le nord-est du Nigeria, ont déclaré jeudi deux sources militaires à l'AFP.

Des combattants armés du groupe Etat islamique en Afrique de l'Ouest (ISWAP) ont ouvert le feu mercredi contre un véhicule militaire en patrouille près de Jakana, à 30 kilomètres de la capitale de l'Etat, Maiduguri. Tous les soldats à bord du véhicule sont morts.

"Nous avons perdu les six soldats lors de l'embuscade, y compris un colonel", a précisé une des sources militaires, toutes deux anonymes.

Les soldats se déplaçaient de Maiduguri vers Damaturu, la capitale du Yobe, un Etat voisin, quand les djihadistes ont attaqué vers 16H20 GMT, selon la même source.

"Le camion armé que conduisaient les soldats a été détruit", a complété la seconde source.

Après cette embuscade, les djihadistes ont attaqué une base militaire à l'extérieur de Jakana, utilisant sept camions munis de mitrailleuses pour entamer un affrontement d'une heure, selon les mêmes sources.

L'assaut a été repoussé par les soldats de la base, et les combattants de l'ISWAP ont abandonné des armes ainsi qu'un de leurs véhicules en prenant la fuite.

L'armée n'a pas confirmé officiellement les attaques.

La route de 120 kilomètres qui sépare Maiduguri et Damaturu a vu des attaques répétées, sur des bases militaires et des marchés dans des villages comme Jakana, commises aussi bien par des combattants de l'ISWAP que par Boko Haram, les deux groupes djihadistes qui opèrent dans la région.

En décembre dernier au moins 13 soldats avaient été tués lors d'une embuscade préparée par l'ISWAP près du village de Kareto, le long de cet axe.

Les djihadistes ont aussi lancé plusieurs attaques contre des civils sur la route, tuant les voyageurs et brûlant les véhicules.

Après près de dix ans, l'insurrection se poursuit dans le nord-est du Nigeria et déborde sur les pays voisins, au Niger, Tchad et Cameroun.

Plus de 27.000 personnes ont été tuées et environ deux millions ont fui leur domicile.

La crise s'est complexifiée en 2016, où une scission au sein de Boko Haram a vu émerger l'ISWAP, un groupe qui a prêté allégeance au chef du groupe Etat islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi.

Le journal de la CAN-2019 du 17 juillet

Le journal de la CAN-2019 du 17 juillet
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:06:29 0:00

Le journal de la CAN-2019 du 16 juillet avec Yacouba Ouédraogo

Le journal de la CAN-2019 du 16 juillet avec Yacouba Ouédraogo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

13 morts dans l'effondrement d'un immeuble

Carte de la ville de Jos au Nigeria.

Treize personnes sont mortes dans l'effondrement d'un logement de trois étages après des pluies torrentielles dans le centre du Nigeria, ont annoncé les secours mardi.

Les opérations de secours ont continué toute la nuit pour fouiller les décombres après la destruction du bâtiment lundi dans la ville de Jos.

Les corps de 13 personnes ont été retrouvé, tandis que 7 survivants sont soignés à l'hôpital, a affirmé à l'AFP un responsable de la Croix-Rouge sur place.

L'effondrement s'est produit après trois jours de pluie diluvienne, durant les heures de travail, ce qui a sauvé la vie de dizaines d'habitants qui sont rentrés chez eux pour découvrir la destruction de leur logement, ont affirmé les responsables des urgences.

Des voisins ont affirmé que des étages supplémentaires avaient été construits ces dernières années.

L'effondrement de bâtiments est une tragédie fréquente au Nigeria, le pays le plus peuplé d'Afrique, où des millions de personnes vivent dans des immeubles délabrés et où la législation concernant la construction est régulièrement bafouée.

En mars, 20 personnes sont mortes quand un immeuble qui abritait une école maternelle et primaire s'est écroulé dans la plus grande ville du Nigeria, Lagos.

La mère de l'ancien entraîneur de l'équipe nigériane de football enlevée

Samson Siasia à Abuja le 4 novembre 2010.

Des hommes armés ont enlevé lundi la mère de l'ancien entraîneur de l'équipe nigériane de football, Samson Ogere Siasia, un nouveau kidnapping visant une célébrité sportive, a-t-on appris auprès de membres de la famille.

Beauty Ogere Siasia a été enlevée à son domicile, dans le sud de l'Etat de Bayelsa (sud), par deux hommes armés, dans la nuit de dimanche à lundi, a expliqué Olotu Frederick, à l'AFP.

Les enlèvements avec demande de rançon sont monnaie courante au Nigeria, particulièrement dans les Etats du Sud, où de riches Nigérians ou des travailleurs expatriés de l'industrie du pétrole ont souvent été enlevé durant des périodes de révolte, des militants réclamant une part plus importante des revenus créés par l'or noir.

Les proches de personnalités sportives connues ont également été visés plusieurs fois.

Le père de John Mikel Obi, alors capitaine de l'équipe nationale, avait été enlevé l'année dernière dans l'Etat d'Enugu (sud-est) avant d'être libéré contre une rançon.

La mère de M. Siasia avait déjà été enlevée en 2015 pendant 13 jours, avant qu'une rançon ne soit versée. Samson Ogere Siasia a joué dans l'équipe nationale avant de devenir l'entraîneur des Super Eagles à deux reprises, en 2010 et en 2016.

Voir plus

XS
SM
MD
LG