Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Monde

Plus de 70 millions de réfugiés et déplacés fin 2018 selon l'ONU

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi, en compagnie d'un groupe d'enfants réfugiés à Agadez le 21 juin 2018.

Le monde comptait fin 2018 70,8 millions de déplacés à cause des guerres ou persécutions, un record ne reflétant pas l'ampleur de l'exode des Vénézuéliens car seule une minorité demande l'asile, a annoncé l'ONU mercredi.

Le rapport annuel du Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) souligne que 2018 a été marquée par la forte progression des déplacements internes en Ethiopie, suite à des violences intercommunautaires, et par une hausse des demandes d'asile présentées par ceux qui fuient la grave crise politique et économique au Venezuela.

Le conflit syrien a continué de produire un grand nombre de réfugiés et déplacés. Les violences au Nigeria ont également été une source importante de déplacements.

Le rapport relève que le nombre total des "déracinés" dans le monde -- comptabilisant les réfugiés (25,9 millions, les déplacés internes (41,3 millions) et les demandeurs d'asile (3,5 millions) -- a progressé de 2,3 millions par rapport à 2017.

Cette estimation reste "prudente", pointe le HCR, car "bien que la plupart des Vénézuéliens doivent pouvoir bénéficier du système de protection internationale des réfugiés, à peine un demi-million" a déposé une demande d'asile.

Syrie, Venezuela

"Une fois de plus, les tendances vont dans la mauvaise direction. De nouveaux conflits (...) viennent s'ajouter aux anciens", a déclaré aux médias à Genève le Haut-Commissaire, Filippo Grandi, appelant le Conseil de sécurité de l'ONU à être plus uni afin de résoudre les conflits.

Le nombre de déplacés et réfugiés dans le monde est reparti à la hausse depuis 2009, enregistrant une forte progression entre 2012 et 2015 avec le conflit syrien.

Colombiens et Syriens sont les déplacés internes les plus nombreux.

En ce qui concerne les réfugiés, 5,5 millions sont des Palestiniens, qui relèvent de la compétence de l'UNRWA. Les autres proviennent, pour une grande majorité, de cinq pays: Syrie, Afghanistan, Soudan du Sud, Birmanie et Somalie.

Les Syriens - plus d'un demi-million- sont aussi ceux qui ont déposé le plus grand nombre de demandes d'asile l'an dernier, la majorité l'ayant fait en Turquie. Viennent ensuite les Vénézuéliens (341.800), qui se sont rendus pour la plupart en Colombie et au Pérou.

Alors que le Pérou a récemment imposé des visas aux Vénézuéliens, M. Grandi a appelé les pays de la région à les laisser entrer afin d'éviter un "embouteillage" aux frontières.

'Féliciter l'Allemagne' -

Quatre réfugiés sur cinq vivent dans le pays voisin du leur. La grande majorité vit donc dans des pays en développement.

Les Etats-Unis sont en revanche le pays qui a reçu le plus grand nombre de demandes d'asile l'an dernier, suivi du Pérou, de l'Allemagne, de la France et de la Turquie.

Pour la 4e année consécutive, la Turquie est le pays qui héberge la plus grande population de réfugiés au monde (3,7 millions), suivi du Pakistan, de l'Ouganda, du Soudan et de l'Allemagne.

M. Grandi, qui présente le rapport du HCR à Berlin, a d'ailleurs salué la politique migratoire de la chancelière Angela Merkel, qui avait pris la décision d'ouvrir les frontières de son pays à des centaines de milliers de candidats à l'asile.

"Je n'ai pas l'habitude d'attribuer bons et mauvais points, mais je pense que dans ce cas, il faut féliciter l'Allemagne pour ce qu'elle a fait. La chancelière a été courageuse", a-t-il dit.

Il a également appelé les Européens à trouver une solution durable sur le système de répartition des migrants. "On a derrière nous les élections européennes, on a des chiffres franchement gérables d'arrivées en Europe, c'est le moment d'affronter cette question".

Toutes les actualités

Feux en Amazonie : Bolsonaro contre la "psychose environnementale" et les ONG

Feux en Amazonie

Le président brésilien Jair Bolsonaro a lancé jeudi une nouvelle charge contre les ONG, "soupçonnées" d'être responsables des feux de forêt en Amazonie, tout en accusant la presse de faire du tort au pays avec une "psychose environnementale".

Si la situation dans la plus vaste forêt tropicale de la planète était très difficile à évaluer, l'Institut national de recherche spatiale (INPE) a fait état de près de 2.500 nouveaux départs de feu en l'espace de seulement 48 heures dans l'ensemble du Brésil.

D'après l'INPE, 75.336 feux de forêt ont été enregistrés dans le pays de janvier jusqu'au 21 août, soit 84% de plus que sur la même période de l'an dernier. Selon un collectif d'ONG, 54% de ces feux concernent l'Amazonie.

Tandis que la presse brésilienne commençait à rapporter des problèmes sanitaires, notamment respiratoires, dans certaines villes, les feux affectant "le poumon de la planète" restaient jeudi au Brésil la première tendance sur Twitter, avec en illustration son lot de photos ou vidéos prises hors du Brésil ou même il y a 30 ans.

Sous les mots-clés #Nasa et #AmazoniasSemONGs (Amazonie sans ONG), des internautes assuraient que des photos-satellite de l'agence américaine provenaient en fait de Bolivie ou soutenaient la charge anti-ONG du président.

Au cœur de la tempête après ses déclarations polémiques de la veille, Jair Bolsonaro a accusé la presse d'avoir déformé ses propos sur une responsabilité des ONG dans les feux en Amazonie, tout en réaffirmant que "les plus forts soupçons viennent" de celles-ci.

"A aucun moment je n'ai accusé les ONG des feux en Amazonie. C'est incroyable ce qui s'écrit dans les journaux!" a-t-il lancé à des journalistes à Brasilia.

- "C'est la guerre" -

Le président d'extrême droite a expliqué qu'il pourrait tout aussi bien accuser de ces "incendies criminels (...) les indigènes, les Martiens ou les grands propriétaires terriens". "Tout le monde peut être suspect. Mais les plus forts soupçons viennent des ONG", a-t-il dit, enfonçant le clou.

Mercredi Jair Bolsonaro avait déjà montré du doigt les ONG de défense de l'environnement. "Il pourrait s'agir, oui, il pourrait, mais je ne l'affirme pas, d'actions criminelles de ces +ONGéistes+ pour attirer l'attention contre ma personne, contre le gouvernement brésilien. C'est la guerre à laquelle nous sommes confrontés", avait-il lancé devant des journalistes.

"Les ONG perdent de l'argent, qui venait de la Norvège et de l'Allemagne. Elles n'ont plus d'emplois, elles essaient de me renverser", a-t-il assuré jeudi, en référence à la suspension par ces deux pays de leurs subventions au Fonds Amazonie affecté à la préservation de l'immense forêt tropicale.

"L'argent dans les caisses des ONG ne sert ni à lutter contre les incendies ni à replanter des arbres", a dit le président qui, dès son arrivée au pouvoir en janvier, a pris pour cible les défenseurs de l'environnement et des populations indigènes.

"La presse brésilienne passe son temps à inventer des histoires, mais m'accuser d'être (un) Néron qui met le feu est irresponsable, c'est faire campagne contre le Brésil", a-t-il dit. "Il y a toujours eu des feux de forêt et il y en aura toujours. Malheureusement cela arrive en Amazonie".

- "Cramer l'image du Brésil" -

Il a exprimé toutefois sa préoccupation pour les retombées économiques.

"Si le monde entier commence à dresser des barrières commerciales (contre le Brésil) notre agro-négoce va chuter, l'économie va reculer (...) et votre vie à vous éditeurs, propriétaires de télévision va être compliquée", a-t-il menacé.

"Cette psychose environnementale nous empêche d'agir" et "je veux sauver le Brésil", a-t-il dit.

Dans une tribune commune, 118 ONG se sont élevées contre "l'irresponsabilité" présidentielle.

"Bolsonaro n'a pas besoin des ONG pour cramer l'image du Brésil dans le monde entier", lit-on dans ce texte, qui dénonce un président "qui manipule l'opinion publique contre le travail réalisé par la société civile, avec des allégations irresponsables et inconséquentes".

La forte hausse du nombre d'incendies en Amazonie brésilienne est avant tout causée par la progression de la déforestation.

Le feu est utilisé pour nettoyer des zones déjà défrettées, pour ouvrir des pistes ou pour préparer des terres à la culture. Le manque de prévention fait que ces incendies se propagent à des zones qui n'étaient pas destinées à être brûlées.

Nucléaire: l'Iran évoque des "points d'accord" avec Macron

Ali Khamenei parle lors d'un direct télévisé à Téhéran, en Iran, le 12 juin 2009.

Le chef de la diplomatie iranienne a fait état jeudi, à la veille d'une rencontre avec le président français, de "points d'accord" avec Emmanuel Macron, qui cherche à sauver l'accord sur le nucléaire iranien fragilisé par le retrait américain.

"Le président Macron a contacté le président (iranien Hassan) Rohani avec diverses propositions et le président Rohani m'a chargé d'aller rencontrer le président Macron pour savoir si nous pourrons finaliser certaines de ces propositions afin de permettre à chacun de s'acquitter de ses obligations en vertu du JCPOA (l'accord sur le nucléaire)", a dit Mohammad Javad Zarif.

"C'est l'occasion d'examiner la proposition du président Macron et de présenter le point de vue du président Rohani, et de voir si nous pouvons trouver un terrain d'entente. Nous avons déjà des points d'accord", a-t-il ajouté.

A Paris, la présidence française a confirmé qu'Emmanuel Macron recevra vendredi matin le ministre iranien pour discuter du nucléaire iranien avant le sommet du G7 de Biarritz au cours duquel ce dossier très sensible sera abordé.

Cette rencontre se tiendra "dans la continuité" des entretiens qu'a eus le président français ces derniers mois pour tenter de sauvegarder l'accord sur le nucléaire iranien (JCPOA), dont les États-Unis sont sortis en 2018, selon la présidence française.

La tenue de cet entretien, qui se déroulera hors presse, avait été annoncée par les médias iraniens en début de semaine.

Emmanuel Macron avait confirmé mercredi, devant des journalistes, qu'il s'entretiendrait avec des représentants iraniens "pour essayer de proposer des choses" alors que le nucléaire iranien sera au centre des discussions à Biarritz entre Donald Trump d'un côté, et les dirigeants des pays européens signataires du texte, de l'autre. "On a des vrais désaccords au sein du G7", a-t-il reconnu.

Signataire de l'accord sur le nucléaire iranien conclu en 2015, la France conduit les efforts européens pour sauver le texte depuis le retrait unilatéral du président américain Donald Trump en mai 2018, suivi du rétablissement de sanctions draconiennes contre Téhéran.

Conclu entre l'Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, Royaume-Uni, France et Allemagne), l'accord avait permis la levée d'une partie des sanctions en échange de l'engagement iranien de ne pas se doter de l'arme nucléaire.

En réponse au retrait américain et à l'incapacité des Européens à l'aider à contourner les sanctions, Téhéran a arrêté en juillet de respecter certains de ses engagements pris aux termes de l'accord.

L'Iran a menacé de s'affranchir d'autres obligations si les Etats parties à l'accord ne parviennent toujours pas à l'aider à contourner les sanctions, notamment pour vendre son pétrole.

Ces mesures "peuvent être annulées dès que l'Europe se conformera à ses obligations du JCPOA", a répété M. Zarif jeudi.

Après la rencontre entre MM. Macron et Zarif, le dossier iranien devrait encore être abordé au sommet du G7 qui se tiendra dans la foulée à Biarritz de samedi à lundi.

Corée du Nord: pas de dialogue avec les USA avant l'arrêt de leurs "activités militaires hostiles"

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un supervise le lancement de deux missiles balistiques à courte portée dans une photo non datée publiée par l'Agence centrale de presse nord-coréenne (KCNA) le 26 juillet 2019. KCNA / via REUTERS

La Corée du Nord a déclaré jeudi ne "pas être intéressée" par une reprise du dialogue sur le nucléaire avec les Etats-Unis tant que Washington n'aura pas mis un terme à "l'escalade de ses activités militaires hostiles".

Les pourparlers bilatéraux sont dans l'impasse depuis l'échec du second sommet à Hanoï en février entre le président américain Donald Trump et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

Les deux dirigeants s'étaient de nouveau rencontrés en juin à la frontière dans la Zone démilitarisée (DMZ), le "no man's land" qui sépare les deux Etats depuis la fin de la guerre de Corée (1950-53).

Cette rencontre avait permis de réamorcer les discussions sur le programme nucléaire de Pyongyang, un peu plus d'un an après leur premier sommet de Singapour et l'échec de celui de Hanoï en février dernier.

La Corée du Nord a procédé ces dernières semaines au tir de plusieurs missiles de courte portée pour manifester sa désapprobation des exercices militaires annuels conjoints entre les forces américaines et sud-coréennes qu'elle considère comme une répétition générale d'une invasion.

L'envoyé spécial des Etats-Unis pour la Corée du Nord, Stephen Biegun, est arrivé mardi soir à Séoul pour une visite de trois jours.

"Nous sommes prêts à entamer des discussions dès que nous aurons des nouvelles de nos homologues nord-coréens", a-t-il déclaré, à l'issue d'un entretien avec son homologue sud-coréen Lee Do-hoon.

Mais un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères a douché les espoirs d'une reprise du dialogue jeudi, fustigeant le récent essai américain de missile de croisière de moyenne portée. Il s'est également insurgé contre le "dangereux" projet de Washington de déployer des avions de combat F-35 dans la région, susceptible de "déclencher une nouvelle guerre froide".

"Cela nous oblige à considérer une façon réaliste de nous concentrer davantage sur le renforcement de la dissuasion physique", a-t-il averti dans une déclaration relayée par l'agence de presse officielle KCNA.

"Nous maintenons notre position consistant à résoudre toutes les questions de manière pacifique par le dialogue et la négociation", a-t-il ajouté.

"Cependant, le dialogue doublé de menaces militaires ne nous intéresse pas", a-t-il souligné.

Près de 30.000 militaires américains sont déployés en Corée du Sud.

Donald Trump, en révélant le 10 août le contenu d'une lettre que lui a adressée Kim Jong Un, avait assuré sur Twitter que le dirigeant nord-coréen voulait reprendre les négociations dès la fin des exercices militaires conjoints.

Avec AFP

Les migrants de l'Open Arms en attente à Lampedusa

La survivante du naufrage, une Camerounaise de 40 ans prénommée Josepha, avait été retrouvée en hypothermie avec une autre femme et un petit garçon morts depuis peu sur les restes d'un canot pneumatique au large de la Libye lors d’une opération de Proacti

Les migrants recueillis en Méditerranée par le navire humanitaire Open Arms reprennent leurs esprits à Lampedusa, dans le sud de l'Italie, où ils ont pu débarquer dans la nuit de mardi à mercredi.

Les 147 occupants du bateau ont rejoint d'autres migrants dans le centre d'accueil situé au coeur de cette petite île sicilienne et conçu pour accueillir moins de cent personnes en attente d'un éventuel transfert vers d'autres installations.

Certains ont dormi dehors, dans une chaleur étouffante, a dit à l'AFP une source au sein de ce centre.

Après une inspection en compagnie de policiers et de deux médecins, le procureur d'Agrigente, Luigi Patronaggio, a décidé mardi que les rescapés devaient débarquer sur cette île très touristique située entre l'Italie et la Tunisie.

Le navire de l'Open Arms, de l'organisation humanitaire espagnole du même nom, a appareillé dans la nuit et a accosté mercredi midi dans le port sicilien de Porto Empedocle, où il est mis sous séquestre par le procureur d'Agrigente, selon une porte-parole de l'association. Son commandant est resté à son bord tandis que la plupart des membres de l'équipage, soulagés mais épuisés, sont repartis dans la journée.

Mardi, l'annonce du débarquement avait suscité des explosions de joie sur l'Open Arms. Après en être descendus un à un, parfois en boitant, et avoir subi un bref contrôle médical, les migrants avaient été conduits au centre d'accueil dans des camionnettes.

"C'est une victoire parce que les institutions italiennes ont finalement décidé de respecter ces personnes", a déclaré à l'AFP le responsable italien d'Open Arms, Riccardo Gatti. "Mais c'est surtout une honte parce qu'on les a laissés en mer pendant près de 20 jours, alors que leur détresse était connue".

- Envoi d'une délégation française -

Paris a annoncé mercredi l'envoi en Italie d'une délégation de l'Office français de protection des réfugiés (Ofpra) pour étudier la situation de "la quarantaine" de migrants de l'Open Arms qu'elle s'est engagée à accueillir.

Les personnes secourues présentes à bord de ce navire s'étaient vu refuser par les autorités italiennes l'accès à Lampedusa, bien que six pays européens (France, Allemagne, Luxembourg, Portugal, Roumanie et Espagne) se soient engagés à les accueillir.

Certains ont passé 19 jours à son bord, égalant ainsi le record des migrants recueillis par le SeaWatch3 fin décembre avant leur débarquement à Malte le 9 janvier dernier.

Face au refus du ministre italien de l'Intérieur sortant Matteo Salvini de les laisser descendre à terre, Madrid a fini mardi par envoyer un bâtiment de guerre vers Lampedusa pour y prendre directement en charge des migrants et les emmener à Majorque, à environ mille kilomètres de la Sicile.

Ce navire est parti à 18H30 (16H30 GMT) de la base de Rota (sud) pour un voyage de trois jours vers Lampedusa.

- L'Ocean Viking encore en mer -

Le procureur italien a pris la décision de mettre préventivement sous séquestre l'Open Arms, dans le cadre d'une enquête contre X pour séquestration de personnes, omission et refus d'actes officiels. Matteo Salvini a affirmé, sur Facebook, qu'elle le visait directement.

Il ne reste plus qu'un bateau humanitaire, l'Ocean Viking, capable d'aller secourir les embarcations de fortune qui s'élancent régulièrement à partir des côtes libyennes, avec des migrants à leur bord.

L'Ocean Viking, affrété par les ONG SOS Méditerranée et Médecins sans frontières, cherche-lui aussi à débarquer dans un port sûr 356 migrants.

Il se trouve dans le canal de Sicile entre Malte et Lampedusa. Interdit par les autorités maltaises au dernier moment de se ravitailler, à l'aller, en eau et en carburant, il est contraint d'économiser ces ressources. L'homme fort du gouvernement italien sortant Matteo Salvini lui avait interdit d'approcher des côtes de son pays.

Faute de consensus européen pour accueillir les migrants secourus par les navires d'ONG, leur sort fait régulièrement l'objet de longues et difficiles négociations entre Etats.

"Ces situations nous rappellent avec acuité l'importance d'avoir un mécanisme de gestion des questions migratoires qui se fasse à l'échelle européenne parce que sans cela ces situations se répèteront et ne sont évidemment pas acceptables pour les migrants" qui tentent des traversées de la Méditerranée, a souligné la porte-parole du gouvernement français, Sibeth Ndiaye.

L'adjoint de Pompeo pressenti comme ambassadeur américain en Russie

John Sullivan, 59 ans, est secrétaire d'Etat adjoint depuis mai 2017, et a assuré l'intérim à la tête de la diplomatie américaine pendant un mois au printemps 2018 après le limogeage de Rex Tillerson.

Le numéro deux du département d'Etat américain, John Sullivan, est pressenti pour être nommé par Donald Trump comme nouvel ambassadeur des Etats-Unis en Russie, un poste ultrasensible tant les relations du président américain avec Moscou sont ambivalentes.

Le New York Times a fait état mardi de l'intention du locataire de la Maison Blanche de choisir l'adjoint du chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo en remplacement de Jon Huntsman, qui a récemment annoncé sa démission.

"C'est quelqu'un dont le nom a été cité et qui est très respecté", a reconnu Donald Trump, interrogé par des journalistes.

"Je sais que Mike Pompeo l'apprécie beaucoup", "il pourrait tout à fait" être désigné comme ambassadeur à Moscou, a-t-il ajouté, sans dire quand il annoncerait son choix définitif, qui devra ensuite être confirmé par le Sénat américain.

John Sullivan, 59 ans, est secrétaire d'Etat adjoint depuis mai 2017, et a assuré l'intérim à la tête de la diplomatie américaine pendant un mois au printemps 2018 après le limogeage de Rex Tillerson.

Ce juriste affable mais très discret passé par les ministères de la Justice, de la Défense et du Commerce sous de précédentes administrations, ainsi que par le privé, n'est pas considéré comme un spécialiste de la Russie.

Mais il a dirigé la délégation américaine mi-juillet lors d'un "dialogue stratégique américano-russe sur la sécurité". Washington avait alors exprimé son "inquiétude" face au "développement et déploiement d'armes nucléaires non stratégiques" par la Russie, avant le retrait américain, confirmé début août, du traité sur les arsenaux de portée intermédiaire (INF), actant la fin de ce texte emblématique conclu pendant la Guerre froide.

Le poste d'ambassadeur des Etats-Unis à Moscou, toujours sensible, l'est d'autant plus depuis l'arrivée à la Maison Blanche de Donald Trump.

Les agences de renseignement américaines accusent la Russie de Vladimir Poutine d'ingérences dans l'élection présidentielle de 2016 remportée par le milliardaire républicain, et de vouloir de nouveau s'immiscer dans celle de 2020. Et, malgré la fin d'une longue enquête tentaculaire sur des soupçons de collusion entre l'équipe du candidat Trump et le Kremlin, le sujet reste au coeur d'une vive controverse politique avec le camp démocrate.

Donald Trump a affiché à plusieurs reprises sa volonté de rapprochement avec Vladimir Poutine. Encore mardi, il s'est dit favorable à un retour aux réunions du G8 avec la réintégration de la Russie, qui avait été écartée de ce groupe de grandes puissances en 2014 à la suite de l'annexion de la Crimée.

En dehors du président Trump, pourtant, l'administration américaine continue d'afficher une grande fermeté à l'égard de Moscou.

Avec AFP

Voir plus

XS
SM
MD
LG