Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Coronavirus au Nigeria: Lagos rend le port du masque obligatoire

Distribution de nourriture aux personnes vulnérables pendant le confinement à Lagos, Nigéria, le 9 avril 2020.

Le gouverneur de l'Etat de Lagos, capitale économique du Nigeria, a imposé le port du masque pour lutter contre le coronavirus, a indiqué dimanche à l'AFP son porte-parole.

"Le gouverneur Babajide Sanwo-Olu a proclamé samedi le port du masque obligatoire dans l'Etat" de la mégalopole de 20 millions d'habitants, a déclaré le porte-parole, Gboyega Akosile.

Lagos, l'Etat voisin d'Ogun et la capitale fédérale Abuja sont placés depuis fin mars sous confinement total afin d'enrayer la propagation du virus qui a officiellement fait à ce jour 35 morts pour 1.182 cas confirmés au Nigeria, dont 19 morts pour 689 cas à Lagos.

Une décision du président Muhammadu Buhari sur la levée ou la prolongation de ce confinement qui arrive à échéance lundi est attendue d'un moment à l'autre.

Le gouverneur de Lagos a menacé de peines et de sanctions tout contrevenant à l'obligation de porter un masque, alors que le virus est en phase de propagation au sein de la population, selon son porte-parole.

"Nous avons pris des dispositions pour la production en grande quantité de masques pour les habitants de l'Etat de Lagos", a-t-il affirmé, soulignant l'opportunité offerte au secteur privé de contribuer à la lutte contre le Covid-19 tout en s'assurant une activité lucrative, selon la même source.

L'Afrique dans son ensemble reste encore moins touchée que la plupart des autres régions du monde, avec 1.330 décès pour plus de 29.000 cas confirmés, selon un bilan compilé par l'AFP.

Le bilan est particulièrement lourd en Algérie et en Egypte, avec respectivement 419 morts pour plus de 3.200 cas confirmés et 307 morts pour plus de 4.300 cas.

L'Afrique du Sud, première puissance industrielle du continent, est le pays d'Afrique subsaharienne le plus touché, avec 86 morts sur plus de 4.300 cas.

Toutes les actualités

Manifestation à Londres en soutien au mouvement nigérian "End SARS"

Manifestation à Londres en soutien au mouvement nigérian "End SARS"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Des Nigérians saccagent un entrepôt alimentaire gouvernemental

Des Nigérians saccagent un entrepôt alimentaire gouvernemental
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:06 0:00

Déception après la sortie du président Buhari

Déception après la sortie du président Buhari
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:46 0:00

Le chef de l’État nigérian a reconnu que les manifestations des jeunes sont légitimes

Le chef de l’État nigérian a reconnu que les manifestations des jeunes sont légitimes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:51 0:00

Buhari consulte les anciens présidents nigérians pour trouver une solution aux manifestations

Le président nigérian Muhammadu Buhari préside une réunion du gouvernement à Abuja, au Nigeria, le 13 mai 2020. (Photo: Nigeria Presidency/Handout via REUTERS)

Le président nigérian Muhammadu Buhari est en consultation avec ses prédécesseurs et les chefs des services de sécurité lors d’une réunion par visioconférence, a-t-on appris vendredi de source officielle.

Même si l’agenda de cette réunion sans précédent n’a pas été communiqué, les analystes s’accordent à dire que le locataire d’Aso Villa, élu en 2015, consulte ses prédécesseurs pour trouver une solution à la crise qui secoue le pays le plus peuplé d’Afrique née de manifestations contre la brutalité policière.

Parmi les anciens dirigeants qui ont répondu présent figurent son ex-adversaire Goodluck Jonathan, mais aussi Olusegun Obasanjo, Abdulsalami Abubakar, Ernest Shonekan et Yakubu Gowon, précise Bashir Ahmad, porte-parole de la présidence nigériane, via Twitter.

La veille, le président Buhari avait appelé les manifestants du mouvement "END SARS" à mettre fin à leurs manifestations et à s’engager dans un dialogue avec le gouvernement.

Dans une allocution télévisée, M. Buhari a déclaré que les manifestants avaient le droit, en vertu de la Constitution, de s’exprimer pacifiquement. Cependant, a-t-il ajouté, leurs intentions ont été détournées par des voyous déterminés à semer la pagaille dans tout le pays.

Le président nigérian Muhammadu Buhari se prépare à prononcer un discours télévisé à Abuja, au Nigeria, le 22 octobre 2020.
Le président nigérian Muhammadu Buhari se prépare à prononcer un discours télévisé à Abuja, au Nigeria, le 22 octobre 2020.

Le président Buhari a aussi rappelé à ses concitoyens que le gouvernement fédéral avait déjà accepté les revendications en cinq points des manifestants et qu'il s'était engagé à réformer davantage la police.

Le sommet virtuel de vendredi a lieu après que la violente répression des manifestants ait suscité de vives critiques à travers le monde.

L'ancien président Obasanjo était sorti de sa réserve habituelle pour appeler le gouvernement et les manifestants à "éviter la violence et à embrasser le dialogue" dans une déclaration lue en personne et diffusée sur la chaîne Channels Television.

Mobilisées via les réseaux sociaux, les manifestations menées par les jeunes dans plusieurs régions du pays ont initialement ciblé la Brigade spéciale fédérale de lutte contre les vols (SARS), une unité de police notoire longtemps accusée de harcèlement, d'extorsion et d'exécutions extrajudiciaires. Ces manifestations ont progressivement pris la tournure de revendications plus larges.

Voir plus

XS
SM
MD
LG