Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Le Monde Aujourd’hui

Le Monde Aujourd’hui
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:30:00 0:00

Les avocats de Laurent Gbagbo demandent sa mise en liberté immédiate

Laurent Gbagbo et ses avocats à la CPI, à La Haye aux Pays-Bas le 15 janvier 2019.

Les avocats de l'ex-président ivoirien Laurent Gbagbo, acquitté mardi d'accusations de crimes contre l'humanité, ont demandé jeudi à la Cour pénale internationale (CPI) de permettre sa mise en liberté.

Dans la foulée de son acquittement, la CPI s'est prononcée mardi pour la mise en liberté de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes.

Mais les procureurs de la Cour ont fait appel mercredi de la décision de mise en liberté et demandé le maintien en détention des deux hommes le temps de recevoir les motivations des juges concernant l'acquittement. Leur mise en liberté a été suspendue par la CPI dans l'attente que la chambre d'appel ne se prononce pour ou contre une libération immédiate.

L'avocat de Laurent Gbagbo demande sa libération
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

En attendant cette décision, les deux hommes "resteront sous la garde de la CPI", avait indiqué un porte-parole de la Cour basée à La Haye.

Les équipes de défense de MM. Gbagbo et Blé Goudé ont appelé jeudi la chambre à "rejeter la demande présentée par le procureur visant à obtenir l'effet suspensif" de leur mise en liberté immédiate. Les représentants légaux des victimes ont quant à eux demandé à la chambre d'appel de répondre favorablement à la requête du procureur.

La chambre d'appel devrait se prononcer "dans peu de temps", selon Emmanuel Altit, avocat de M. Gbagbo.

En détention depuis plus de sept ans, Laurent Gbagbo était jugé pour des crimes commis pendant la crise de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son rival, l'actuel président ivoirien Alassane Ouattara.

Il avait finalement été arrêté en avril 2011 par les forces du président Ouattara, soutenues par l'ONU et la France. Il est le premier ancien chef d'État à avoir été remis à la CPI.

Les procureurs insistent pour que les deux hommes restent en détention, craignant qu'ils ne comparaissent pas devant la Cour si leur présence est requise dans le futur.

Dans un document public, l'accusation a déjà déterminé "son intention de faire appel" sur le fond de la décision d'acquittement de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé.

L'avocat de Laurent Gbagbo demande sa libération

L'avocat de Laurent Gbagbo demande sa libération
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:50 0:00

Manifestations contre la libération de Laurent Gbagbo dans le Nord

L'ancien président de la Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, comparaît devant la Cour Pénale Internationale à La Haye, aux Pays-Bas, le 15 janvier 2019.

Des manifestations contre la libération de l'ex-président Laurent Gbagbo se sont déroulées jeudi dans deux grandes villes du Nord de la Côte d'Ivoire, traditionnellement favorable à son rival Alassane Ouattara, selon des correspondants de l'AFP.

Une centaine de personnes se présentant comme des victimes de la crise postélectorale ivoirienne de 2010-2011 ont paralysé la circulation dans le centre de Korhogo, la grande ville du Nord, pour protester contre la décision d'acquittement et de libération de M. Gbagbo et de son coaccusé Charles Blé Goudé par la Cour pénale internationale (CPI).

Encadrés par la police, ils brandissaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire "Si la CPI libère Laurent Gbagbo la guerre va reprendre en Côte d'Ivoire".

"Le peuple senoufo ne veut pas la guerre mais si on libère Laurent Gbagbo nous sommes prêts pour la guerre", a déclaré à l'AFP un manifestant, Kanigui Soro.

A Bouaké, deuxième ville ivoirienne avec un million d'habitants, et qui fut le siège de la rébellion contre la présidence Gbagbo entre 2002 et 2011, une centaine de manifestants ont paralysé pendant deux heures la circulation en brûlant des pneus sur un rond-point central, en colère contre "l'impunité".

"On nous dit qu'il (Laurent Gbagbo) est innocent. Et les 3.000 morts, qu'on nous dise qui en est l'auteur!", a déclaré à l'AFP Adama Koné, un étudiant.

"Si la CPI veut la paix en Côte d'Ivoire, alors qu'elle garde Laurent Gbagbo là-bas", a lancé un apprenti chauffeur, Drissa Coulibaly.

"Tout le monde sait que c'est Charles Blé Goudé qui donnait des instructions aux Jeunes patriotes, pourquoi nous dit-on qu'il est innocent?" s'est interrogé une étudiante, Amoin Konan.

Mercredi, une manifestation de personnes se présentant comme des victimes avait perturbé la circulation à Abobo, une grande commune populaire d'Abidjan, également réputée pro-Ouattara.

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes, ont été acquittés mardi par la CPI. Ils comparaissaient pour quatre chefs de crimes contre l'humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupable.

La CPI a suspendu mercredi soir leur remise en liberté, après un nouvel appel déposé par le procureur.

La crise postélectorale ivoirienne de 2010-11, qui a fait 3.000 morts, était née de la contestation du résultat de l'élection présidentielle, M. Gbagbo refusant de reconnaître sa défaite face à Alassane Ouattara.

L’analyse politique d'Ismaël Diallo sur la décision de la CPI

L’analyse politique d'Ismaël Diallo sur la décision de la CPI
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:39 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG