Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Côte d'Ivoire

Démission imminente de Guillaume Soro

Démission imminente de Guillaume Soro
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

La tension Ouattara-Bédié surprend-elle?

La tension Ouattara-Bédié surprend-elle?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

Soro démissionnera de la présidence de l'Assemblée nationale en février

Soro démissionnera de la présidence de l'Assemblée nationale en février
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:22 0:00

Les avocats réclament "l'indépendance" des juges ivoiriens

Le président ivoirien Ouattara et le nouveau président du RHDP prent la parole, à Abidjan, le 16 juillet 2018.

Les avocats de Côte d'Ivoire ont "demandé" lundi à Abidjan "aux juges ivoiriens d'accomplir leur mission en toute indépendance", en regrettant que "le droit et la politique s'entrechoquent".

"Le Barreau de Côte d'Ivoire demande solennellement aux juges ivoiriens d'accomplir leur mission en toute indépendance et impartialité", a affirmé le bâtonnier Me Thomas Zé N'Dri, dans une déclaration lue en public.

"L'actualité de ces derniers mois donne aux Ivoiriens des raisons d'une réelle inquiétude, tant le droit et la politique s'entrechoquent", a-t-il déclaré.

"Le juge ne doit recevoir d'ordre que de la loi", souligne le barreau de Côte d'Ivoire.

Un député de l'opposition Alain Lobognon, proche du président l'Assemblée nationale Guillaume Soro est emprisonné depuis le 15 janvier, pour des faits présumés de "propagation de fausses nouvelles".

Les avocats notent que "la Constitution prévoit que la détention ou la poursuite d'un membre du parlement est suspendue, si la chambre dont il est membre le requiert".

Dans une lettre ouverte, le député a déclaré entamer, il y a une semaine, une grève de la faim pour réclamer sa libération immédiate, se qualifiant de "prisonnier politique".

Cette déclaration des avocats intervient, deux semaines après la protestation de deux syndicats de magistrats ivoiriens, déplorant une "dégradation progressive de leurs conditions morales et psychologiques de travail en raison (...) de menaces, d'intimidations et d'immixtions dans l'exercice de leurs fonctions".

L'Union nationale des magistrats de Côte d'Ivoire (Unamaci) et l'Association syndicale de la magistrature (ASM), les deux syndicats du pays, ont condamné "avec la dernière énergie, ces immixtions intolérables dans l'exercice de leurs fonctions" et ont exhorté "tous les magistrats à resserrer leurs rangs en vue de faire face à toutes les agressions d'où qu'elles viennent".

Enfin les magistrats ont appelé le président ivoirien Alassane Ouattara, "garant constitutionnel de l'indépendance du pouvoir judiciaire, à prendre des mesures propres à faire respecter la séparation des pouvoirs et à faire cesser, par voie de conséquence, les graves intrusions de nature à ébranler les fondements de l'Etat de droit".

Avec AFP

Soro démissionnera de la présidence de l'Assemblée nationale en février, assure Ouattara

Le président de l'Assemblée nationale de Côte d'Ivoire Guillaume Soro à Abidjan, Côte d’Ivoire, 17 novembre 2017.

L'ancien chef de la rébellion ivoirienne Guillaume Soro, à qui l'on prêtre des ambitions présidentielles, démissionnera de son poste de président de l'Assemblée nationale en février, a annoncé le président ivoirien Alassane Ouattara, lors de la cérémonie des voeux à la presse lundi.

"Soro Guillaume démissionnera en février. C'est entendu. c'est réglé", a affirmé de manière lapidaire M. Ouattara, en répondant à une question d'un journaliste au palais présidentiel.

M. Soro s'était mis vendredi en congé jusqu'au 20 février, déléguant ses pouvoirs au vice-président, selon un document diffusé à la presse. Le motif exact de cette "absence" n'était pas précisé.

Agé de 46 ans, Guillaume Soro préside l'Assemblée nationale depuis 2013. Il avait été auparavant le premier chef du gouvernement du président Alassane Ouattara, après son arrivée au pouvoir en 2011.

De 2002 à 2011, il a été le chef de la rébellion qui a contrôlé la moitié nord de la Côte d'Ivoire, pendant la présidence de Laurent Gbagbo. Cette rébellion avait soutenu militairement Alassane Ouattara contre Laurent Gbagbo lors de la crise post-électorale meurtrière de 2010-11, où les deux hommes revendiquaient la victoire à l'élection présidentielle.

M. Soro est réputé en froid avec le chef de l'Etat. Très discret sur le plan médiatique depuis plusieurs mois, voyageant beaucoup à l'étranger, il est jusqu'à présent resté muet sur ses intentions pour la prochaine présidentielle de 2020.

Henri Konan Bédié, le président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), principale formation d'opposition, a évoqué récemment une possible alliance avec Guillaume Soro pour la présidentielle.

Voir plus

XS
SM
MD
LG