Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Burkina-Faso

Un nouveau Premier ministre

Un nouveau Premier ministre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Qu’attendent les Burkinabè de leur futur gouvernement?

La facade de la primature à Ouagadougou, Burkina Faso, le 21 janvier 2019. (VOA/Issa Napon)

Le cabinet dirigé par Paul Kaba Thiéba a rendu le tablier vendredi. Et son successeur devrait former une équipe pour relever de nombreux défis dont notamment celui de la sécurité.

La démission vendredi du Premier ministre Paul Kaba Thiéba et de son gouvernement semble avoir soulagé de nombreux Burkinabè.

Ces dernières années, l’autorité de l’Etat a été réduite, les attaques terroristes sont devenues quasi quotidiennes et la situation économique est moins reluisante.

Qu’attendent les Burkinabè de leur futur gouvernement ?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:11 0:00

Un citoyen apprécie la démission du gouvernement Thiéba :"Le fait d’avoir démissionné, c’est bien. Il aurait même dû le faire depuis trop longtemps déjà. Je crois que la prochaine équipe sera meilleure que celle de Paul Kaba Thiéba."

Siaka Coulibaly à Ouagadougou, Burkina Faso, le 21 janvier 2019. (VOA/Issa Napon)
Siaka Coulibaly à Ouagadougou, Burkina Faso, le 21 janvier 2019. (VOA/Issa Napon)

Le docteur Siaka Coulibaly, président du Conseil d’administrationdu centre de suivi et d’analyses citoyens des politiques publiques, pense que le nom du nouveau Premier ministre n’aurait pas dû attendre.

"Ce qui peut être retenu sur la question est le temps mis à reconduire une nouvelle équipe, qui peut présager de tractations qui se dérouleraient en dessous afin de trouver l'homme qu'il faut pour remplacer Paul Kaba Thiéba. Mais surtout l'équipe qu'il faut pour pouvoir donner l'impulsion à la question sécuritaire et aux questions de développement".

Nommé pour la première la primature fois en janvier 2016, Paul Kaba Thiéba va remanier à deux reprises, en février 2017, puis en janvier 2018 avant la présente démission.

Le départ du Premier ministre intervient dans un contexte marqué par un climat social des plus délétères, une insécurité devenue préoccupante, liée aux attaques jihadistes ayant causé le déplacement de milliers de personnes et la fermeture d’environ 600 à 800 écoles selon plusieurs sources.

La démission du précédent gouvernement dirigé par Paul Kaba Thiéba avait été annoncé vendredi soir par un communiqué de la présidence.

Aucune explication n'avait été donnée mais selon des sources proches de la présidence, le président Kaboré souhaitait donner un nouveau souffle à l'action du gouvernement, confronté à des menaces terroristes et à une fronde sociale croissantes, avec des mouvements d'humeur récurrents dans les différents services publics.

Mama Africa, conductrice de camion poids lourds

Mama Africa, conductrice de camion poids lourds
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:51 0:00

Nomination d'un nouveau Premier ministre

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kabore, arrive au musée d'Orsay à Paris, le 10 novembre 2018.

Le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré a nommé lundi un nouveau Premier ministre, Christophe Dabiré, après la démission du gouvernement il y a trois jours dans un contexte d'attaques islamistes et de mouvements sociaux croissants.

"M. Christophe Joseph Marie Dabiré est nommé Premier ministre", a déclaré à la télévision d'État le secrétaire général du gouvernement, Stéphane Sanou, lisant un décret présidentiel.

Christophe Dabiré, précédemment commissaire représentant du Burkina Faso à l'Uemoa (Union économique et monétaire ouest-africaine), a été ministre sous le régime de l'ex-président Blaise Compaoré, avec Roch Marc Christian Kaboré comme Premier ministre (1994 à 1996).

Il a dirigé le département de la Santé (1992- 1997) puis celui de l'Enseignement secondaire et supérieur et de la recherche scientifique (1997-2000).

Il a également été député à l'Assemblée nationale de 1997 à 2007 sous la bannière de l'ancien parti au pouvoir, le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP).

La démission du précédent gouvernement dirigé par Paul Kaba Thiéba avait été annoncé vendredi soir par un communiqué de la présidence.

Aucune explication n'avait été donnée mais selon des sources proches de la présidence, le président Kaboré souhaitait donner un nouveau souffle à l'action du gouvernement, confronté à des menaces terroristes et à une fronde sociale croissantes, avec des mouvements d'humeur récurrents dans les différents services publics.

Des acteurs de la société et des partis politiques de l'opposition demandaient depuis plusieurs mois la démission de plusieurs membres du gouvernement, particulièrement des ministres chargés de la Sécurité et de la Défense nationale, alors que les forces de sécurité burkinabè se montrent incapables de stopper les attaques des groupes jihadistes, de plus en plus fréquentes et meurtrières depuis près de quatre ans.

Avec AFP

Qu’attendent les Burkinabè de leur futur gouvernement ?

Qu’attendent les Burkinabè de leur futur gouvernement ?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:11 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG