Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Une centrale électrique solaire bientôt construite à Niamey

Une centrale électrique solaire sera mise en service en 2021 à Niamey, qui connaît des pannes chroniques d'approvisionnement, selon la télévision nigérienne et l'Agence française de développement (AFD) jeudi.

Une centrale électrique solaire sera mise en service en 2021 à Niamey, qui connaît des pannes chroniques d'approvisionnement, selon la télévision nigérienne et l'Agence française de développement (AFD) jeudi.

Cette centrale sera financée par l'AFD et l'Union européenne (UE), pour un montant total de 18,7 milliards de francs CFA (28,5 millions d'euros), de mêmes sources.

La convention de financement de la centrale a été signée mercredi à Niamey par le ministre nigérien des Finances, Hassoumi Massoudou, et Marcel Escure, ambassadeur de France au Niger, selon la télévision.

La future centrale photo-voltaïque, d'une puissance de 20 mégawatts, sera construite près de la capitale, et devrait entrer en service en 2021, selon l'AFD.

L'entreprise retenue pour les travaux n'a pas été précisée.

Sa réalisation "viendra renforcer l'offre en l'énergie à Niamey", a salué Alassane Halid, le directeur de la Société nigérienne d'électricité (Nigelec) qui importe depuis plusieurs décennies l'essentiel de son électricité du Nigeria voisin.

En cas de perturbations au Nigeria, Niamey, ville de plus d'un million d'habitants, subit des coupures répétées pouvant durer des journées entières.

Au Niger, le taux d'électrification n'est que de 12% actuellement d'après la Nigelec, qui veut le porter à 25% à l'horizon 2021 grâce à d'importants investissements.

Par ailleurs, l'UE et l'AFD ont annoncé un cofinancement pour la construction d'une autre centrale électrique hybride (thermique-photovoltaïque) d'un coût de 32 millions d'euros à Agadez, la grande ville du nord du Niger constamment plongée dans le noir.

La centrale d'une capacité de production de 21 mégawatts doit satisfaire en électricité la ville d'Agadez et ses 145.000 habitants dont les besoins sont estimés à 8 mégawatts, selon l'UE.

Sa construction permettra à Agadez, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, de revivre un essor économique et social, après le déclin du tourisme dû aux attaques jihadistes dans le Sahel, et récemment la chute du flux de migrants, pourvoyeurs de fonds, en route vers l'Europe.

Avec AFP

Toutes les actualités

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:34 0:00

Les obsèques de l'ancien président Mamadou Tandja ont eu lieu jeudi

Les obsèques de l'ancien président Mamadou Tandja ont eu lieu jeudi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:14 0:00

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja

Retour sur le parcours de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Décès de l'ancien président nigérien Mamadou Tandja

Le 27 mars 2009, le président du Niger, Mamadou Tandja, à l'aéroport Diori Hamani de Niamey.

L'ancien président du Niger Mamadou "Baba" Tandja, est décédé mardi à Niamey à l'âge de 82 ans, selon un communiqué de la présidence lu à la télévision publique nigérienne.

M. Tandja avait dirigé le pays de 1999 à 2010, date de son renversement par un putsch.

"Le président de la République et le gouvernement ont le regret de vous annoncer le décès de son Excellence Tandja Mamadou, ancien président de la République du Niger, décès survenu ce jour 24 novembre à Niamey", selon le texte, qui ne précise pas la cause de la mort.

"Un deuil de trois jours sera observé sur toute l'étendue du territoire national", conclut le texte. Il sera enterré ce jeudi 26 novembre dans son village natal de Maine Soroa, dans la région de Diffa.

Une figure populaire au Niger

Ancien militaire ayant participé au putsch contre le président Diori Hamani au profit du général Seyni Kountché (mort au pouvoir en 1987), Tandja avait ensuite été ministre à plusieurs reprises avant d'être élu président en 1999.

Renversé en 2010 par un putsch militaire après avoir voulu s'accrocher au pouvoir après les deux mandats auxquels lui donnait droit la Constitution, M. Tandja restait une figure populaire au Niger.

Avec le temps la rue semblait avoir oublié les derniers mois de son régime pour ne retenir que l'image de "Baba" Tandja, le père de la nation, qui luttait contre la pauvreté.

Alors que ses partisans ont longtemps espéré son retour sur la scène politique, M. Tandja s'était définitivement retiré, après des soins médicaux en France en 2015, faisant de rares apparitions publiques.

On le savait malade depuis des années jusqu’à cette journée du 24 novembre 2020 où sa mort est annoncée à l’âge de 82 ans.

Suspension des programmes

Plusieurs télévisions dont la télévision publique ont suspendu leurs programmes pour diffuser en boucle des chants religieux et des photos du défunt chef de l'État.

"Le Président Tandja vient de nous quitter après avoir vaillamment lutté contre la mort. Je présente mes condoléances émues à sa famille. C'était un grand homme. Il nous laisse le souvenir d'un Président au patriotisme chevillé au corps. Qu’il repose en paix!", a tweeté l'ancien ministre Mohamed Bazoum, candidat du parti au pouvoir à la présidentielle de décembre.

Le président Mahamadou Issoufou, qui quittera le pouvoir après deux mandats en décembre, a lui fait part de "sa profonde émotion".

"La sécurité du Niger est liée à celle de la France"

"La sécurité du Niger est liée à celle de la France"
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:52 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG