Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Togo

64.000 dollars pour 17 projets communautaires

Les représentants de la coopérative la Semence Divine, recevant la convention de financement de l’Ambassadeur Eric Stromayer, Lomé, le 1er octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)

L’ambassade des Etats-Unis au Togo soutient le financement de 17 projets communautaires pour un coût de 35 millions de francs CFA. Cette contribution a été accordée dans le cadre du programme d’assistance visant à répondre aux besoins urgents des communautés pour un développement local harmonieux.

17 projets communautaires soutenus par les Etats-Unis au Togo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:16 0:00

Que ce soit l’équipement, la construction des infrastructures sanitaires et scolaires ou l’achat de matériels de transformation de produits agricoles, le programme self-help de l’ambassadeur des Etats-Unis met à la disposition des communautés de petits financements qui contribuent à l’amélioration des conditions de vie des populations à la base.

A Kolo Hliboè, à environ 50 kilomètres au nord de Lomé, le manque de moulin de maïs constitue un facteur favorisant la déscolarisation des filles.

Koami Kpogo, natif de Hliboè, Lomé, le 1er octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Koami Kpogo, natif de Hliboè, Lomé, le 1er octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)

"Dans le milieu de Hliboè, nous avons un problème de moulin. Donc les femmes sont obligées de se déplacer dans le village de Kolo, à trois kilomètres. Ce qui crée des problèmes; surtout les jeunes filles sont obligées d’aider leur mère pour aller écraser le maïs et arrivent en retard à l’école", explique Koami Kpogo, natif de Hliboè, soulignant que certaines filles abandonnent l’école.

Ainsi, un projet de moulin a été monté pour permettre aux filles d’avoir les mêmes chances que les garçons. Ce programme a bénéficié d’une enveloppe de 1,8 million de francs CFA.

"Un moulin avantagerait nos jeunes filles à aller régulièrement à l’école. Car parfois, s’il n’y a pas de farine de maïs à la maison, nos fillettes sont obligées d’aller au moulin et toute la matinée, elles restent à la maison", a commenté Afi Doudji, revenant sur ce que ce moulin peut changer dans la communauté de Hliboè. "C’est un bon départ pour l’avenir de nos jeunes filles", conclut-elle.

Les bénéficiaires avec l'ambassadeur américain, Lomé, le 1er octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Les bénéficiaires avec l'ambassadeur américain, Lomé, le 1er octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)

A Anfoin, c’est la santé des élèves qui préoccupe. Le projet de l’Association C7 consiste à doter cinq établissements scolaires de la localité de dispositifs sanitaires.

"La saleté n’assure pas la santé", a laissé entendre Koffi Kodjo, Directeur exécutif de l’Association C7, soulignant que faute d’infrastructures sanitaires, les élèves trainent des microbes et germes qui peuvent être préjudiciables à leur santé.

Le programme "Self help" tient aussi compte des minorités, notamment les personnes en situation d’handicap.

L’Association des personnes handicapées de la préfecture de Haho (APHAPH) a reçu 2,5 millions de francs CFA pour implémenter son projet de formation.

Kafui Amouzou, membre de l’APHAPH, Lomé, le 1er octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)
Kafui Amouzou, membre de l’APHAPH, Lomé, le 1er octobre 2019. (VOA/Kayi Lawson)

"Notre projet consiste à aider les personnes handicapées de la préfecture de Haho qui veulent faire une formation en cordonnerie, en accessoires en perles et en mécanique", a indiqué Kafui Amouzou, membre de l’APHAPH.

Elle a fait noter que les personnes en situation d’handicap ont du mal à trouver un emploi décent.

"A cause de notre handicap, il y a des sociétés qui n’aiment pas nous engager. C’est pourquoi nous avons élaboré ce projet", confie-t-elle avec amertume.

La coopérative la Semence Divine, qui produit du riz à Kovié, à une trentaine de kilomètres de Lomé, va pouvoir étendre son exploitation grâce à l’appui américain.

Revenant sur les motivations du projet, Essobiyou Awouli, membre de cette coopérativ, a fait savoir qu’ils ont beaucoup de difficultés tant pour la main d’œuvre que pour le traitement, une fois le riz récolté.

"L’appui qu’on a demandé consistait à acheter plus d’équipement. L’effet immédiat, c’est l’extension de l’exploitation. Plus on va étendre l’exploitation, plus on va embaucher", a dit Essobiyou Awouli.

Le programme "Self help" ne finance pas que des projets sociaux, il vient aussi en appui aux jeunes entreprises à caractère social, comme l’a affirmé l’ambassadeur des Etats-Unis au Togo, Eric Stromayer.

"Ce sont les petites initiatives d’entrepreneuriat qui ont besoin de quelque chose pour les démarrer. Ce sont de petites choses qui avancent l’économie, qui avancent l’avenir des jeunes à travers le pays et qui peuvent mener à la croissance économique", a soutenu le diplomate américain.

Ces deux dernières décennies, plus de 400 projets ont été financés par le programme d’auto-assistance de l’ambassadeur. Des projets qui encouragent l’amélioration des conditions de vie des populations à la base sur le plan de l’économie, de l’éducation, de la santé et du bien-être social.

Toutes les actualités

L’opposition coincée entre candidature unique et transparence du scrutin

Agbéyomé Kodjo, assiste à la conférence de presse du Candidat de l’ANC à Lomé, le 21 janvier 2020. (VOA/Kayi Lawson)

Au Togo, à un mois du premier tour de la présidentielle du 22 février prochain, l’opposition togolaise est toujours à la recherche de la stratégie gagnante. Si d’un côté, on estime que seule une candidature unique de l’opposition peut garantir l’alternance dans le pays en cette année 2020. De l’autre, on mise sur l’invalidation de la candidature de Faure Gnassingbé doublée à des conditions de transparence.

Avec le choix d'Agbéyomé Kodjo, le 30 décembre, comme candidat unique de l’opposition, par un comité mis en place par l’archevêque émérite de Lomé, Mgr Philippe Kpodzro, toutes les tentatives sont bonnes pour faire rallier les 5 autres candidats de l’opposition.

Les difficultés d'une stratégie commune pour l'opposition
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00


Les Togolais se posent la question de savoir le nombre candidats qui affrontera Faure Gnassingbé le 22 février prochain? Pour Mgr Philippe Kpodzro, la question ne se pose pas. Il estime que le candidat Agbéyomé Kodjo, à qui il a donné son onction, doit être le seul. Ainsi, le prélat appelle les 5 autres candidats de l’opposition à s’aligner derrière Agbéyomé Kodjo, pour donner le coup de grâce au président sortant.

"Cette année 2020, aucune défaite n’est envisageable et seule l’union peut nous l’assurer. Car un seul candidat contre Faure Gnassingbé est la meilleure garantie de l’alternance pacifique au Togo", a déclaré Mgr Kpodzro, insistant sur l’unicité de la candidature de l’opposition. Selon lui, la présidentielle doit être considérée comme un référendum contre Faure Gnassingbé, sa gouvernance et le régime en place depuis des décennies.

Un appel du prélat porter Agbéyomé Kodjo irrite visiblement le candidat de l’Alliance nationale pour le changement (ANC). Jean Pierre Fabre a fait savoir, au cours d’une conférence de presse, ce mardi 21 janvier 2020 à Lomé, que l’heure n’est plus aux négociations pour une éventuelle candidature unique de l’opposition.

"On a perdu combien de temps à parler de candidature unique ? Vous avez constaté, depuis qu’on en discute, qu’il arrivera un moment où on trouvera un accord ? Si vous ne l’aviez pas constaté, abandonnez", a-t-il déclaré comme une réponse à la requête de l’Archevêque émérite de Lomé.

"Jean Pierre Fabre et l’ANC ne renonceront jamais", a laissé entendre l’homme qui est candidat pour la troisième fois, avant d’ajouter "vous ne pouvez pas prétendre faire la démocratie et choisir des candidats. Les candidats c’est le peuple qui les choisit. Les Béninois ont eu 33 candidats contre le candidat du parti au pouvoir et ils l’ont battu".

Si le consensus autour d’une candidature unique de l’opposition fait défaut. Les candidats sont d’accord à œuvrer ensemble pour arracher des conditions électorales démocratiques, pour l’avènement de l’alternance. Agbéyomé Kodjo, présent à cette conférence de presse de l’ANC, a mentionné qu’à un mois du premier tour, ils se battent pour des conditions de transparence qui concourent à la vérité des urnes.

"Nous nous soutenons tous avec un seul objectif, l’alternance. Ce qui nous lie nous, c’est de tout faire pour donner à la population togolaise son alternance en 2020. Là-dessus entre nous candidats, nous sommes prêts à faire tous les sacrifices", a souligné le candidat Kodjo.

Dix candidats à la présidentielle de fin février
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:56 0:00

Il est à noter que le candidat Jean-Pierre Fabre a déposé ce 20 janvier un recours auprès de la cour constitutionnelle pour l’annulation de la candidature de Faure Gnassingbé.

Le candidat de l'ANC estime que cette candidature du président sortant, qui brigue un 4e mandat, viole l'article 59 de la constitution togolaise, qui dispose que le président est élu pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule fois.

En plus, il fustige les conditions dans lesquelles la révision constitutionnelle s’est opérée en mai 2019, pour permettre à Faure Gnassingbé d’être candidat.

Les difficultés d'une stratégie commune pour l'opposition

Les difficultés d'une stratégie commune pour l'opposition
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:23 0:00

Sept candidats à la Présidentielle de fin février

Sept candidats à la Présidentielle de fin février
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:11 0:00

Dix candidats à la présidentielle de fin février

Dix candidats à la présidentielle de fin février
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:56 0:00

Dix candidats à la présidentielle du 22 février

Dix candidats à la présidentielle du 22 février
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG