Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Togo

Une app pour aider à la gestion des déchets à Lomé

Une app pour aider à la gestion des déchets à Lomé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:05 0:00

Au Togo, une application baptisée Zéro Déchet, tente de former les ménages sur la gestion des déchets en milieu urbain. Un problème auquel est confrontée la ville de Lomé.

La culture du soja ancrée dans les habitudes des agriculteurs togolais

Des champs de soja à Atitsohoé, Togo, le 28 septembre 2022. (VOA/Kossi Woussou)

Au Togo, la culture du soja est désormais ancrée dans les habitudes agricoles. Sa production connaît une hausse substantielle atteignant les 200 000 tonnes en 2021. La construction d’une usine de transformation dans la banlieue de la capitale va renforcer la culture de la céréale.

Dans le village d’Atitsohoé dans la préfecture de Haho, à 115 km de la capitale du Togo, les habitants ne jurent que par la culture du soja. Pour Togbui Djaka Komi Woglo II, le chef du village, leur vie a changé avec l’adoption de la culture du soja.

"Avant que nous ne fassions la culture du soja, je peux vous affirmer que la vie était un peu dure pour nous. Mais depuis que nous cultivons le soja, on note une vraie différence. A Atitsohoé, nombreux sont ceux qui ont fait des réalisations ces deux dernières années avec le soja : construire une maison, mettre les enfants à l’école, acheter une moto et bien d’autres choses encore", fait-il savoir.

La culture du soja se répand dans de nombreux villages togolais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

Malgré la pluviométrie qui peut poser quelques fois des problèmes, l’espoir d’une production plus grande anime beaucoup de sojaculteurs avec le soutien du Mécanisme incitatif de la finance agricole (MIFA), une structure mise en place par le Gouvernement pour soutenir le secteur agricole.

Selon Aristide Agbossoumonde, le directeur général du MIFA, la filière soja est l’une des filières porteuses du pays. L’une des préoccupations est le financement des producteurs. C’est ainsi que l’année dernière le MIFA a injecté plus de 7 milliards de francs CFA dans la filière en s’appuyant essentiellement sur les agrégateurs. "Pour cette campagne-ci, nous sommes en train d’évaluer les besoins avec les agrégateurs pour que ces derniers puissent nous dire réellement leur besoin en collecte", dit-il.

Bèrè Aklesso, agrégateur travaillant avec une centaine de coopératives de sojaculteurs, témoigne de l’apport du MIFA dans le développement de la culture du soja. "Il faut dire qu’en 2020, nous n’avons distribué que 5 tonnes de semences. En 2022, avec l’aide du MIFA, nous avons reçu 30 tonnes de semences et nous-mêmes, avec nos propres moyens, nous avons acheté 12 tonnes de semences, le tout équivaut à 900 ha de surface emblavée. On attend environ 1800 tonnes de soja", renseigne-t-il.

Ces milliers de tonnes de soja viendront rejoindre celles de l’ensemble du pays pour être transformées sur place dans une usine d’une capacité annuelle de 250 000 tonnes nouvellement construite sur la plateforme industrielle PIA, au Nord de Lomé.

Idiola Sanda, administrateur général de l’autorité de coordination de la PIA, donne plus de précisions : "Il y aura deux unités. Il y a celle qui va transformer le soja conventionnel et la deuxième unité va transformer le soja bio. C’est une grande chance pour le Togo parce qu’à partir de maintenant, le soja que nous produisons et qui est très bien apprécié sur le plan international, nous allons le transformer sur place. Ça répond à la vision qui est de créer de l’emploi et de créer la richesse au pays."

Les premières bouteilles d’huile de soja et les produits dérivés comme les tourteaux, les biscuits, les chocolats, la farine de soja sont attendus au dernier trimestre de cette année.

La culture du soja se répand dans de nombreux villages togolais

La culture du soja se répand dans de nombreux villages togolais
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

Rentrée scolaire au Togo: plus de 3 millions d’élèves retrouvent les classes

Rentrée scolaire au Togo: plus de 3 millions d’élèves retrouvent les classes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:36 0:00

A Lomé, le restaurant Fruityfresh propose des menus uniquement à base de fruits

La démarche d'Aurélie Gniningan vise surtout à encourager les acteurs de la filière fruits au Togo.

A Lomé, la capitale togolaise, Fruityfresh est un restaurant qui propose des menus uniquement à base de fruits. L’initiative a été lancée en 2018 par Aurélie Gniningan. Non seulement le concept plait, mais il est un vrai plus pour les fruits locaux.

Jus de fruits, smoothies, salade de fruits, gâteaux de fruit et autres sont les délices qu'on peut savourer à Fruityfresh.

Didier est un inconditionnel de ce restaurant pas comme les autres. "Fruitifresh est l'un des meilleurs restaurant que j'ai découvert depuis 2019, je suis heureux d'y venir avec des amis, se réjouit-il. Sans compter que les fruits nous apportent beaucoup pour notre santé."

Pour Aurélie Gniningan la promotrice de ce projet, l'idée d’un restaurant fruitier est motivée par le désir d'apporter des changements dans les habitudes alimentaires de ses concitoyens. Mais comme elle l’explique, sa démarche vise surtout à encourager les acteurs de la filière fruits au Togo.

Aurélie Gniningan, la propriétaire de Fruityfresh à Lomé.
Aurélie Gniningan, la propriétaire de Fruityfresh à Lomé.

"C'est un projet qui vise à valoriser les fruits locaux, mais aussi à soutenir les producteurs de fruits, explique-t-elle. C'est pourquoi nous mêmes nous allons vers les producteurs, nous faisons les visites dans les champs. Nous suivons le processus de l'évolution à la maturité des fruits pour qu'il n'y ait pas de produits chimiques dans nos fruits. Du coup nous prônons vraiment les fruits locaux bio sans produits chimiques."

Un restaurant fruitier fait des merveilles à Lomé
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:51 0:00

Ananas, pastèques, oranges, papayes, mangues, tous ces fruits qui entrent dans la composition des menus du restaurant sont fournis chaque semaine par les producteurs de diverses régions du pays. Le père d'Aurélie, Denis Gniningan est aussi producteur de fruits, dans la préfecture des Lacs, à l'est de Lomé. Pour soutenir l’initiative de sa fille, il met aussi à disposition ses produits.

"En tant que producteur de fruits, j'essaye d'alimenter à temps le restaurant, cela me permet d'écouler rapidement mes produits, se félicite-t-il. Il est important de valoriser les fruits de chez nous, d'autant plus que nous arrivons à fournir du bio."

Depuis cinq ans, Aurélie s'attèle à faire aimer son concept aux togolais. Un concept inédit qui attire beaucoup de curieux et qui donne l'envie de ne plus se passer de fruits.

Jus de fruits, smoothies, salade de fruits, gâteaux de fruit et autres sont les délices qu'on peut savourer à Fruityfresh.
Jus de fruits, smoothies, salade de fruits, gâteaux de fruit et autres sont les délices qu'on peut savourer à Fruityfresh.

Voir plus

XS
SM
MD
LG