Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Sports

CAN 2017 : "Fimbu !", la danse du fouet des Léopards congolais

Les Léopards de la RDC exécutent des pas de la danse "Fimbu" (chicotte) après le troisième but marqué contre les Eperviers du Togo lors d’un match de la CAN 2017 Groupe D au stade Port-Gentil, Gabon, 24 janvier 2017.

"Fimbu ! Fimbu ! Fimbu ! Chicotte !" Après la célèbre danse du derrière de leur ancien gardien Robert Kidiaba, les Léopards de la RDC font entrer au stade celle de la chicotte, fouet de triste mémoire au Congo.

Le rituel des joueurs de la République démocratique du Congo a déjà pu s'exprimer à six reprises pendant les poules de la phase finale de la CAN-2017 qui se joue au Gabon jusqu'au 5 février.

Dès qu'ils envoient le ballon dans les filets adverses, les joueurs congolais vont trouver des supporters pour exécuter avec eux, face à face, cette danse en fouettant l'air dans un mouvement diagonal de haut en bas avec leur bras droit.

"Tout est facile dans cette danse-là", dit à l'AFP le chanteur et compositeur congolais Félix Wazekwa, créateur du "Fimbu", "mais ce qu'elle exprime, par contre, est majeur: c'est le fait qu'on a gagné."

Fimbu, "ça veut dire chicotte ! Tout simplement, on chicotte nos adversaires", explique Neeskens Kebano, le numéro 10 des Léopards.

"Tout le monde se prend au jeu [...] on s'amuse beaucoup", renchérit son coéquipier Youssouf Mulumbu. Mais "dans ce geste il n'y a pas du tout d'arrogance, c'est bon enfant."

Dans l'espace francophone, la chicotte est surtout connue au Congo-Kinshasa. Dans la mémoire collective congolaise, ce fouet est associé aux violences coloniales du temps de l'État indépendant du Congo (1885-1908), quand le pays était propriété personnelle du roi des Belges Léopold II.

La chicotte ("fimbu" en lingala) était alors le moindre des châtiments administré aux autochtones lorsque n'étaient pas atteints les objectifs de récolte de caoutchouc imposés par l'administration coloniale d'un souverain ayant englouti sa fortune dans un investissement qu'il voulait voir fructifier.

- Contamination nationale -

Aujourd'hui, la chicotte est encore utilisée dans bien des écoles et des foyers en dépit de l'interdiction des châtiments corporels.

En matière de football, le "phénomène fimbu" est né lors du dernier CHAN (Championnat d'Afrique des Nations), début 2016 au Rwanda.

"Les Léopards étaient dans le doute", se souvient Kabulo mwana Kabulo, directeur des sports à la télévision nationale congolaise (RTNC), "on ne les attendait pas".

Mais dès son premier match, le onze congolais défait l'Éthiopie 3-0. Les joueurs se prennent au jeu des supporters et reprennent la danse en vogue dans leurs rangs. Les Léopards reviendront au Congo avec la coupe.

Depuis lors, le "fimbu" a "contaminé tout le pays", note M. Kabulo, jusque dans les cours de récréation. "Mais je commence à me rendre compte maintenant que ça prend une allure internationale."

"Vous avez des garçons comme Cédric Bakambu, qui joue à Villaréal, même là-bas en Espagne, quand il marque, il y a la chicotte", relève Wazekwa, "et j'étais très content de voir une vidéo où [l'international français Blaise] Matuidi est en train d'exhiber la danse fimbu".

Si le clip "Léopards fimbu na fimbu" loue les exploits des joueurs de la RDC au dernier CHAN, Wazekwa a lancé le premier "Fimbu" dans le cadre d'un conflit l'opposant au célèbre musicien congolais Koffi Olomide, rappellent M. Kabulo et le député Zacharie Bababaswe.

Ancien chroniqueur musical et présentateur vedette de télévision, M. Bababaswe revendique la paternité du "phénomène fimbu". "C'est une idée qui a germé dans ma tête en 1998 alors que j'étais basé en Belgique", dit-il.

- Obama, c'est du "fimbu" -

A l'époque, M. Bababaswe anime de Bruxelles une émission consacrée à la musique et lance "Fimbu !" qu'il emploie "comme une interjection dans le sens de vouloir défier, de vouloir corriger" des confrères avec qui il est en bisbille.

L'usage a fait florès et correspond à un art très prisé des Kinois (les habitants de Kinshasa) consistant à résumer une pensée ou à concentrer plusieurs idées en un seul "mot-slogan".

Mais comment peut-on en arriver là à partir d'un symbole de l'oppression coloniale ? Pour M. Bababaswe, c'est toute la force de l'humour kinois que de pouvoir opérer de tels détournements de sens.

Mais "c'est une façon de nous exorciser aussi [...] en voulant banaliser tout cela", reconnaît-il. "Nous voulons aussi rééquilibrer l'histoire [...] Aujourd'hui, qu'on ait eu un président américain qui soit noir, c'est une façon aussi de fimbu, de fouetter, de chicotter, de coloniser à notre manière".

M. Kabulo, lui, croit à l'effet "motivant" du "fimbu" : "Imaginez-vous en finale. Avec la chicotte, qu'est-ce que ça va donner comme résultat !"

Pour cela, il faut d'abord que les Léopards chicottent les Étoiles noires du Ghana dimanche en quarts de finale.

Wazekwa voit encore plus loin. "Je suis en pourparlers avec Maître Gims, avec Youssoupha, je verrai entre les deux qui sera disposé pour qu'on puisse faire la version internationale de fimbu, dit-il. "Parce que mon souci à moi, c'est que dans la prochaine Coupe du Monde (Russie-2018), il y ait encore la chicotte là-bas."

Avec AFP

Toutes les actualités

Vahid chez les Lions de l'Atlas

Vahid chez les Lions de l'Atlas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Foot : Vahid Halilhodzic nommé sélectionneur du Maroc

Foot : Vahid Halilhodzic nommé sélectionneur du Maroc
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:34 0:00

Vahid Halilhodzic nommé sélectionneur du Maroc

Vahid Halilhodzic lors de sa présentation comme sélectionneur du Maroc, Rabat, le 15 aout 2019

C'est officiel: "Coach Vahid" reprend son costume de sélectionneur. Deux semaines après son départ du FC Nantes, il débarque au Maroc avec pour mission première de qualifier les Lions de l'Atlas pour la Coupe du monde 20

Des Canaris, où l'alliage n'avait jamais vraiment pris, Vahid Halilhodzic arrive aux Lions de l'Atlas en remplacement du Français Hervé Renard, parti sur une énorme désillusion le mois dernier, éliminé en huitièmes de finale de la Coupe d'Afrique des nations (CAN) par le Bénin.

"La participation à la Coupe du monde est pour moi le premier objectif", a annoncé le nouveau sélectionneur lors d'une conférence de presse jeudi, pendant laquelle il a été présenté par la Fédération marocaine de football (FRMF).

"C'est la quatrième fois que je tente d'emmener une équipe à la Coupe du monde (...), pour moi, c'est le premier objectif", a continué le technicien de 67 ans, surnommé "Coach Vahid".

Le franco-bosnien, qui vient de démissionner du FC Nantes où il était en poste depuis fin 2018, poursuit sa navigation entre clubs et nations. Avant le Maroc, il avait déjà entraîné la Côte-d'Ivoire (2008-2010), l'Algérie (2011-2014) et le Japon (2015-2018). Lors de cette expérience en Asie, il avait été licencié à deux mois de la Coupe du monde, malgré une qualification de l'équipe nippone, après un mandat tumultueux.

"Reprendre une équipe nationale, c'est vraiment un challenge, un honneur et une grande responsabilité", a relevé l'ancien buteur du FC Nantes et du Paris Saint-Germain. "C'est aussi un retour aux sources (...), je n'ai jamais oublié mon passage au Maroc", où il y a eu "quelques succès quand même", s'est-il remémoré.

Halilhodzic y a, en effet, déjà soulevé un trophée en remportant la Ligue des champions d'Afrique en 1997 avec le Raja Casablanca et conserve depuis une belle cote de popularité au Maroc. Plus récemment, c'est de l'autre côté de la frontière qu'il a fait soulever les foules, en menant l'Algérie en huitièmes de finale de la Coupe du monde pour la première fois de son histoire en 2014.

- Mission reconstruction -

Avant de viser une telle ambition avec le Maroc, l'objectif sera déjà de faire oublier la défaite surprise, le mois dernier, des Lions de l'Atlas en huitièmes de finale de la CAN-2019 en Egypte.

Finaliste de la CAN-2004 et quart de finaliste lors de l'édition 2017, le Maroc avait été éliminé le 5 juillet par le Bénin (1-1, 4 tab 1), pourtant réduit à dix et novice à ce stade de la compétition. Deux semaines après cette élimination précoce pour une des places fortes du foot africain, le sélectionneur Hervé Renard avait annoncé sa démission. Il aura passé au total 41 mois avec les Lions, avant de devenir sélectionneur de l'Arabie saoudite fin juillet.

Pour le remplacer, Halilhodzic a été préféré à d'autres options prestigieuses. Selon la presse locale, des contacts ont notamment été pris avec Laurent Blanc, qui serait venu sur place la semaine dernière pour discuter avec l'encadrement de la FRMF, sans cependant parvenir à un accord.

Avec cette nouvelle expérience, l'entraîneur au caractère volcanique tire un trait définitif sur son expérience à Nantes, qu'il a quitté le 2 août en démissionnant "la tête haute" après une relation pleine de désaccords avec les dirigeants canaris.

Real Madrid: "Zizou" tout-puissant ... avec tout à refaire

Zinedine Zidane avec sa femme Véronique et son fils Théo, à Kiev, le 26 mai 2018.

Page blanche à la "Maison blanche": revenu au Real Madrid avec des pouvoirs élargis, Zinédine Zidane repart de zéro samedi à Vigo pour la reprise du Championnat d'Espagne (17h00/15h00 GMT). Pré-saison inquiétante, stars conflictuelles, le mandat de l'entraîneur français s'annonce semé d'embûches.

Lorsqu'il a accepté de retrouver le banc du Real, le 11 mars, "Zizou" a reconnu qu'il relevait "un plus gros défi" que lors de son premier mandat (2016-2018).

En 2016, il avait hérité en cours d'année d'une équipe sacrée championne d'Europe un an et demi plus tôt, alors qu'il était l'adjoint de Carlo Ancelotti. Il l'avait très peu retouchée lors des mercatos successifs, faisant une confiance absolue à ses grognards - avec le succès que l'on sait: neuf trophées sur treize possibles, dont trois Ligues des champions.

Mais, cette fois, la mission est bien plus large: Zidane a été chargé de rebâtir une équipe en fin de cycle. Et, pour prix de son retour, il a obtenu les moyens de ses ambitions.

Dans un club où le président Florentino Pérez et le directeur général José Angel Sanchez ont la haute main sur le recrutement, la voix de "ZZ" a été écoutée, signe d'une influence accrue.

- Patron sportif -

Zidane réclamait "plus de force" en attaque ? Il a obtenu les venues d'Eden Hazard (pour plus de 100 M EUR) et de Luka Jovic (60 M EUR) pour épauler Karim Benzema, seul attaquant à avoir donné satisfaction la saison dernière.

Zidane disait avoir des profils "clairs" en tête pour le mercato ? Ses dirigeants ont dépensé au total plus de 300 millions d'euros et ont tenté en vain ces dernières semaines de recruter le milieu français Paul Pogba (Manchester United), adoubé publiquement par l'entraîneur merengue ("c'est un joueur différent, capable de tout faire").

Bref, avec un contrat jusqu'en 2022, "ZZ" est revenu pour être le patron sportif du Real, où il a aussi fait venir un préparateur physique français, Grégory Dupont, qui officiait auprès des Bleus lors de la victoire au Mondial-2018.

Sur le banc pour les 11 derniers matches de la saison dernière, de mars à mai, Zidane a eu tout le temps de passer en revue son effectif et d'analyser les lacunes de l'équipe, qui a terminé la saison en roue libre (3e de Liga, éliminations précoces en Coupe et en C1).

Et il a tranché dans le vif: il ne compte ni sur le Gallois Gareth Bale, ni sur le Colombien James Rodriguez. Deux stars mal-aimées qui n'ont néanmoins pas encore trouvé de porte de sortie, au grand dam du Français qui avait déclaré que la vente de Bale serait "le mieux pour tout le monde".

- Casse-têtes -

Ces deux casse-têtes ont escorté le Real pendant toute sa campagne de pré-saison, jugée pas très rassurante: 18 buts encaissés en sept rencontres, dont un humiliant 7-3 subi dans un derby en amical contre l'Atlético fin juillet.

De quoi raviver certains fantômes de la saison dernière, entre fragilité défensive persistante et créativité trop limitée. Réactif, Zidane a changé son système, mettant en place une défense à trois (3-5-2) pour consolider ses ailes, notamment dans le dos du latéral brésilien Marcelo, au replacement trop aléatoire...

"Nous allons y remédier, nous allons travailler", a promis Zidane après une victoire 5-3 contre Fenerbahçe, ternie par trois buts encaissés. "Je sais que nous allons nous en sortir, nous allons faire une très bonne saison", a ajouté le Français.

Face au Barça et à l'Atlético, qui ont dépensé sans compter cet été pour se renforcer, la priorité numéro 1 de Zidane est de reconquérir la Liga, que le Real n'a remporté qu'une fois sur les sept dernières années (en 2017, avec "ZZ").

C'est l'heure de vérité: longtemps protégé par son aura d'icône du football, "ZZ" n'aura cette fois pas d'état de grâce. Et il sera jugé sur ses choix et sur ses résultats ... La rançon du pouvoir.

Le franco-béninois Olivier Verdon arrêté en Espagne pour violences conjugales

Olivier Verdon lors d'un match de la CAN 2019 entre le Bénin et le Sénégal, Egypte, le 30 juin 2019

Le défenseur franco-béninois Olivier Verdon, recruté cet été par le Deportivo Alavés en Championnat d'Espagne, a été arrêté mercredi par la police espagnole après une rixe conjugale puis remis en liberté en attente de jugement, a-t-on appris de source policière.

Selon la presse basque, le joueur de 23 ans a été arrêté mercredi après une violente dispute dans les couloirs d'un hôtel de Vitoria (Pays basque espagnol), où des témoins l'ont vu agrippant sa compagne par les cheveux.

"Il est accusé d'un délit présumé de violence de genre (contre un individu du sexe opposé, NDLR) pour avoir agressé sa partenaire", a déclaré à l'AFP une source policière.

Après avoir passé la nuit en détention, l'international béninois a été relâché jeudi matin en attente de comparution. Sa compagne n'a pour sa part pas été arrêtée mais elle a été elle aussi mise en examen "pour un délit de violences domestiques", a précisé cette source.

Olivier Verdon, passé par Bordeaux (2017-2018) et Sochaux (2018-2019), a rejoint Alavés à l'intersaison, après avoir disputé la Coupe d'Afrique des nations avec le Bénin.

Le Deportivo Alavés a publié un communiqué pour condamner "fermement tout type de violences" et promis d'adopter le cas échéant "les mesures nécessaires" à l'égard du joueur.

Voir plus

XS
SM
MD
LG