Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

L'ONU enquête sur des tortures par des hommes armés russes


Des soldats français en patrouille à Bambari, en Centrafrique, le 15 mai 2015.

Des militaires ou mercenaires russes auraient torturé au couteau au moins un civil en République centrafricaine (RCA), selon un rapport des Nations unies qui ont lancé une enquête.

Selon le rapport de l'ONU, daté du 15 janvier, un homme originaire de Bambari (centre) aurait été arrêté sur le marché de cette ville après avoir été dénoncé par la foule comme appartenant aux milices des ex-Séléka, ce qu'il nie, assurant n'être qu'un simple commerçant.

Des militaires ou para-militaires russes l'ont emmené dans leur base à Bambari et l'y ont torturé pendant cinq jours, lui tailladant le dos au couteau et lui coupant un auriculaire.

Le rapport onusien est accompagné de photos montrant la main mutilée de l'homme, ainsi que son dos portant de nombreuses cicatrices.

Mardi à Bangui, l'homme qui dit s'appeler Mahamat Nour Mamadou, a affirmé avoir été "arrêté le vendredi 11 janvier, dans la rue", par des soldats des Forces armées centrafricaines (Faca).

"Ils m'ont emmené à la mairie où les Faca et les Russes étaient installés. Les Russes m'ont questionné, ils m'ont demandé si j'étais un Séléka, si j'avais des armes", a-t-il ajouté.

La Séléka est le nom d'une ancienne coalition de groupes armés qui, venus du nord du pays, ont renversé le président François Bozizé en 2013. Ce putsch, et la riposte de milices autoproclamées d'autodéfense qui a suivi, ont plongé le pays dans une profonde crise.

Bambari, ville stratégique du centre de la Centrafrique, a été ces derniers mois le théâtre d'affrontements entre des groupes armés et les autorités. Le groupe Unité pour la paix en Centrafrique (UPC, membre de l'ex-Séléka) est notamment présent en ville.

"Après (...) ils m'ont attaché les mains et m'ont couvert la tête avec un blouson, et ils m'ont boxé. Ensuite ils m'ont attaché pendant la nuit. Puis ils m'ont emmené dans leur base, à 8h du matin environ, le samedi", selon Mahamat Nour Mamadou.

"Ils m'ont torturé de 8h à 17h, ils m'ont frappé avec des chaînes, des matraques en fer, ils m'ont fait des entailles dans le pied avec un couteau, et aussi sur les bras et l'épaule. Ils m'ont cassé une dent avec une brique", a-t-il dit, ajoutant: "Il y avait seulement un interprète des Faca et plusieurs russes".

Selon lui, "ils ont pris un grand couteau et m'ont coupé le doigt, en plusieurs fois (une phalange après l'autre), ils m'ont entaillé d'autres doigts aussi, puis ils m'ont étranglé avec une chaîne. Ils m'accusaient d'être un Séléka".

Mahamat Nour Mamadou présente de profondes cicatrices et des contusions au niveau des jambes, des bras et des épaules, ainsi que des traces de liens au niveau des poignets et des chevilles, a constaté l'AFP. Un auriculaire est coupé et les autres doigts sont striés de cicatrices.

Il aurait eu la vie sauve, précisent les Nations unies, grâce à l'intervention des Forces de sécurité intérieure (FSI), qui lui ont porté secours et l'ont libéré le 15 janvier, ce qu'il a confirmé.

Selon le rapport, au moins 28 militaires ou mercenaires russes seraient présents à Bambari, dont un seul parlerait français.

Ils entretiennent des rapports étroits avec les Faca mais "ne communiquent pas avec la Gendarmerie, ni la police et encore moins la Minusca (mission de l'ONU en Centrafrique)", ajoute le rapport onusien.

Le 23 janvier, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian a dénoncé devant le Sénat français la présence en Centrafrique de mercenaires russes du groupe Wagner, groupe militaire privé suspecté d'appartenir à un homme d'affaires proche du Kremlin, Evgéni Prigojnine.

En juillet 2018, trois journalistes russes enquêtant sur la présence de Wagner en RCA ont été assassinés dans des circonstances troubles.

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG