Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Réunion à Abuja pour trouver une réponse à la crise humanitaire

Des femmes observent une patrouille militaire camerounaise à Kerawa, au Cameroun, à la frontière avec le Nigeria, le 16 mars 2016.

Des ministres, des experts et des partenaires des pays affectés par le conflit dans le nord-est du Nigeria sont réunis à Abuja pour trouver une réponse à la crise humanitaire dans la région du lac Tchad.

La crise humanitaire dans la région du lac Tchad est l’une des plus graves au monde et les besoins humanitaires sont estimés à 848 millions de dollars.

Réunion à Abuja pour trouver une réponse à la crise humanitaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:34 0:00

La région du bassin du Lac Tchad est régulièrement la cible d’attaques sanglantes de Boko Haram depuis 2009.

Dans le nord-est du Nigéria, dans la région du Diffa au Niger, dans le nord du Cameroun et dans l’est du Tchad, des millions de personnes ont été contraintes de fuir leurs villages. D’autres ont été victimes des massacres, de malnutrition et de maladies.

Djibril Bintou est inspectrice générale des services au ministère de l’Action humanitaire et de gestion des catastrophes du Niger.

Au Nigeria, les Nations unies estiment qu’il y a plus de 7 millions de déplacés dans les États de Borno, Adamawa et Yobé. Plus d’un million de Nigérians ont fui leur pays pour échapper à la violence et se sont réfugiés dans les pays voisins.

Parmi ces pays, le Tchad qui continue à enregistrer de nouveaux arrivants, selon son ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Mahamat Abali Salas, parle de la nécessité d’une synergie d’action pour résoudre la crise.

Pour faire face à la crise, le gouvernement du Nigéria, les Nations unies et des partenaires sont réunis à Abuja.

L'objectif, lancer conjointement la stratégie de réponse humanitaire pour 2019-2021 et le plan de réponse régional pour les réfugiés 2019-2020.

C’est au Nigéria, en 2002, que le groupe militant islamique Boko Haram est apparu, revendiquant l’instauration d’un califat dans le nord du pays.

Les combattants de Boko Haram sont à l’origine de nombreuses attaques terroristes ayant déjà engendré la mort de plus de 20 000 personnes et des déplacements massifs de populations.

Toutes les actualités

Au moins 43 personnes tuées près de Maiduguri

Au moins 43 personnes tuées près de Maiduguri
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:01 0:00

Enterrement des 43 fermiers tués dans l'État nigérian de Borno

Enterrement de masse à Zabarmari, dans la zone du gouvernement local de Jere, dans l'État de Borno, au nord-est du Nigeria, le 29 novembre 2020.

Les populations de l'État de Borno, au nord-est du Nigeria, ont enterré dimanche 43 fermiers tués lors d'une attaque perpétrée la veille par de militants islamistes présumés.

Les forces de sécurité recherchent encore des dizaines d’autres personnes, portées disparues.

Environ 30 des hommes tués ont également été décapités lors de l'attaque, qui a débuté samedi matin dans le village de Zabarmari, dans le nord-est de l'État de Borno. Les habitants ont déclaré que l'on craignait la mort de 70 personnes au total.

Bien qu'aucun groupe n'ait revendiqué cette attaque, de tels massacres ont été perpétrés dans le passé par Boko Haram ou par l'État islamique de la province d'Afrique de l'Ouest. Ils sont tous deux actifs dans la région, où les militants islamistes ont tué au moins 30 000 personnes au cours de la dernière décennie.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a condamné ces meurtres et a déclaré que "le pays tout entier est blessé".

À Zabarmari, des dizaines de personnes en deuil ont entouré les corps, qui ont été enveloppés dans des linceuls blancs et placés sur des palettes en bois, tandis que des religieux menaient les prières pour les défunts.

Un habitant du village et l’ONG Amnesty International ont déclaré que dix femmes figuraient parmi les disparus.

Le gouverneur de l'État de Borno, Babagana Zulum, s'exprimant lors des funérailles, a appelé le gouvernement fédéral à recruter davantage de soldats, de membres de la Force opérationnelle interarmées civile et de combattants de la défense civile pour protéger les agriculteurs de la région.

Il a décrit les choix désespérés auxquels les gens sont confrontés. "D'un côté, ils restent chez eux, ils peuvent être tués par la faim et la famine, de l'autre, ils vont sur leurs terres agricoles et risquent de se faire tuer par les insurgés", a-t-il déploré.

Les prix des denrées alimentaires au Nigeria ont augmenté de façon spectaculaire au cours de l'année dernière, en raison des inondations, de la fermeture des frontières et de l'insécurité dans certaines zones de production agricole.

COVID-19 : Des salles de sport en mode virtuel

COVID-19 : Des salles de sport en mode virtuel
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:38 0:00

Des activistes demandent un registre des délinquants sexuels dans les 36 États nigérians

Des activistes demandent un registre des délinquants sexuels dans les 36 États nigérians
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Ouverture du procès en appel de deux Nigérians condamnés pour blasphème

Ouverture du procès en appel de deux Nigérians condamnés pour blasphème
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:21 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG