Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Nigeria

Réunion à Abuja pour trouver une réponse à la crise humanitaire

Des femmes observent une patrouille militaire camerounaise à Kerawa, au Cameroun, à la frontière avec le Nigeria, le 16 mars 2016.

Des ministres, des experts et des partenaires des pays affectés par le conflit dans le nord-est du Nigeria sont réunis à Abuja pour trouver une réponse à la crise humanitaire dans la région du lac Tchad.

La crise humanitaire dans la région du lac Tchad est l’une des plus graves au monde et les besoins humanitaires sont estimés à 848 millions de dollars.

Réunion à Abuja pour trouver une réponse à la crise humanitaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:34 0:00

La région du bassin du Lac Tchad est régulièrement la cible d’attaques sanglantes de Boko Haram depuis 2009.

Dans le nord-est du Nigéria, dans la région du Diffa au Niger, dans le nord du Cameroun et dans l’est du Tchad, des millions de personnes ont été contraintes de fuir leurs villages. D’autres ont été victimes des massacres, de malnutrition et de maladies.

Djibril Bintou est inspectrice générale des services au ministère de l’Action humanitaire et de gestion des catastrophes du Niger.

Au Nigeria, les Nations unies estiment qu’il y a plus de 7 millions de déplacés dans les États de Borno, Adamawa et Yobé. Plus d’un million de Nigérians ont fui leur pays pour échapper à la violence et se sont réfugiés dans les pays voisins.

Parmi ces pays, le Tchad qui continue à enregistrer de nouveaux arrivants, selon son ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Mahamat Abali Salas, parle de la nécessité d’une synergie d’action pour résoudre la crise.

Pour faire face à la crise, le gouvernement du Nigéria, les Nations unies et des partenaires sont réunis à Abuja.

L'objectif, lancer conjointement la stratégie de réponse humanitaire pour 2019-2021 et le plan de réponse régional pour les réfugiés 2019-2020.

C’est au Nigéria, en 2002, que le groupe militant islamique Boko Haram est apparu, revendiquant l’instauration d’un califat dans le nord du pays.

Les combattants de Boko Haram sont à l’origine de nombreuses attaques terroristes ayant déjà engendré la mort de plus de 20 000 personnes et des déplacements massifs de populations.

Toutes les actualités

Des personnes déplacées suivent avec attention les Super Eagles

Des personnes déplacées suivent avec attention les Super Eagles
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:58 0:00

Production record de riz au Nigeria après l'interdiction des importations

Production record de riz au Nigeria après l'interdiction des importations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:49 0:00

Le Nigeria s'affiche en prétendant sérieux, l'Égypte se tire d'affaire

Le Nigeria s'affiche en prétendant sérieux, l'Égypte se tire d'affaire
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:05:14 0:00

La mort d'un collégien de 11 ans dans des circonstances troubles agite le Nigeria

Un camion de police est stationné devant la porte des quartiers du personnel de l'Université d'Abuja où des hommes armés inconnus ont enlevé deux professeurs d'université, des conférenciers et des membres de leur famille à Abuja, au Nigeria, le 2 novembre 2021.

L'enquête sur la mort d'un collégien de onze ans fait scandale au Nigeria, la famille affirmant que leur enfant scolarisé dans un pensionnat d'élite à Lagos a été empoisonné par cinq de ses camarades et dénonçant une tentative de dissimulation d'un homicide.

La mort le 30 novembre de Sylvester Oromoni a ému le pays le plus peuplé d'Afrique, et pris une tournure nationale après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une insoutenable vidéo montrant le garçon hurlant sur son lit d'hôpital, faisant réagir jusqu'à la présidence.

La famille affirme que leur enfant a été forcé par ses camarades à ingurgiter un liquide toxique, et que les responsables sont protégés. L'école affirme qu'il n'y a pas eu de dissimulation et qu'elle coopère avec les enquêteurs.

Les autorités locales ont fermé le pensionnat, où sont scolarisés des enfants de familles riches et influentes, jusqu'à nouvel ordre et le président Muhammadu Buhari a appelé dans un communiqué la police "à faire toute la lumière" sur la mort du garçon.

Cette affaire commence le 22 novembre, quand les responsables du Collège Dowen, à Lagos, appellent les parents de Sylvester et leur demandent de venir récupérer leur fils, blessé la veille à la cheville au cours d'un match de football, raconte à l'AFP sa famille.

Initialement, le garçon affirme s'être blessé lui-même mais alors que son état de santé se détériore sur la route le menant à Warri, sa ville natale dans le sud-est du Nigeria où il est finalement admis à l'hôpital, sa famille commence à douter.

Sylvester a été victime de harcèlement un mois plus tôt, battu par des camarades qui ont menacé "de le tuer", affirme à l'AFP son grand frère Keyness Oromoni.

"Je lui ai demandé: 'ça ne peut pas être que le football, qu'est ce qu'il t'es arrivé, dis-moi!' mais il n'a rien dit, il pleurait juste et avait l'air de tellement souffrir", poursuit le grand frère.

"Problème récurrent"

Le 29 novembre, un jour avant son décès, il soutient finalement que cinq garçons sont entrés dans sa chambre la nuit, le brutalisant et le forçant à boire un liquide chimique, toujours selon sa famille.

Dans un communiqué, les responsables du pensionnat affirment que la famille les a appelés le jour même pour les informer de ses accusations.

"Nous avons alors immédiatement lancé une enquête interne... Malheureusement, nous avions à peine avancé que la frénésie des réseaux sociaux a commencé", a déclaré la commission scolaire dans un communiqué, ajoutant qu'elle coopérait avec les autorités et qu'elle s'engageait à ce que justice soit faite.

Les cas de harcèlement scolaire entraînant la mort ne sont pas rares au Nigeria, et les auteurs de ces actes sont rarement traduits en justice.

La presse se fait souvent l'écho de cas d'élèves et d'étudiants qui engagent ou contraignent d'autres personnes à des pratiques violentes pour rejoindre des sectes, appelées localement "cultes".

"Si cet incident découle vraiment de l'intimidation ou du cultisme", a déclaré un porte-parole du président Buhari dans un communiqué, "il doit servir de déclencheur pour répondre de façon permanente à ce problème récurrent".

Dissimuler un crime ?

Le 7 décembre, cinq adolescents ainsi que trois surveillants ont finalement été arrêtés, mais ils ont tous été libérés sous caution quelques jours plus tard.

Les conclusions d'une autopsie conduite à Lagos affirme qu'il "n'y a aucune preuve pouvant établir un cas de torture, d'intimidations et d'ingurgitation forcée de substances toxiques", a affirmé la semaine passée le chef de la police locale, Hakeem Odumosu.

Mais les conclusions d'une autre autopsie conduite elle dans l'Etat du Delta, où le collégien est décédé, diffèrent.

Une copie de ce rapport d'autopsie, consultée par l'AFP, fait état de "flancs et dos meurtris" et décrit la cause du décès comme étant "une lésion pulmonaire aiguë" due à "une intoxication chimique dans un contexte de traumatisme contondant".

Contactés par l'AFP, les avocats représentant les cinq adolescents n'étaient pas joignables et l'école a refusé de répondre.

L'enquête a repris le 15 janvier, et la justice a demandé aux différentes parties de s'abstenir de faire de déclarations à la presse jusqu'à la fin de l'instruction.

Mais contactée la semaine passée, la famille du collégien, s'appuyant sur le rapport d'autopsie réalisé à Delta, a affirmé qu'il y a eu une tentative de couvrir un crime.

"Avec cinq familles qui se réunissent pour essayer de tuer l'affaire, avec l'école et le gouvernement empêtrés, il n'y a presque aucune chance pour nous de nous battre", déclare à l'AFP la soeur du collégien, Annabel Oromoni, jointe au téléphone au Canada où elle réside.

"Mon frère était en train de mourir parce que tout le monde a essayé de se couvrir", dénonce-t-elle en larmes.

L'enquête sur la mort de Sylvester n'est toutefois pas terminée, et le père du garçon dit lui garder espoir: "Je pense que nous allons y arriver, ce n'est pas la fin".

Que faut-il attendre du procès de Nnamdi Kanu?

Que faut-il attendre du procès de Nnamdi Kanu?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG