Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

Polémique sur l'usage de la moustiquaire imprégnée

L'ambassadeur des Etats-Unis Todd Haskel remet la moustiquaire à une famille, à Kinkala, le 15 octobre (VOA/Arsène Séverin)

Le préfet du Pool, le colonel Georges Kilebe a appelé les populations de son département à accepter les moustiquaires imprégnées d'insecticide distribuée gratuitement pour se mettre à l'abri du paludisme. Ce message vise à mettre fin à la rumeur qui parle d'empoisonnement de ces moustiquaires.

A la suite d'un message posté sur les réseaux sociaux, les populations, surtout celle de Brazzaville, sont restées réticentes aux moustiquaires imprégnées d'insecticide.

Les rumeurs de moustiquaires empoisonnées dénoncées par les autorités
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:18 0:00


Elles redoutent un empoisonnement en masse qui serait organisé par les autorités, selon la rumeur. Pourtant, sur financement des Etats-Unis, le gouvernement a obtenu plus de trois millions de moustiquaires, à distribuer gratuitement.

L'ambassadeur des Etats-Unis à Brazzaville, Todd Haskel a dû se rendre à Kinkala dans le Pool, pour dissiper la rumeur.

"C'est une partie importante de l'engagement des Etats-Unis dans le Pool. J'utilise la moustiquaire, les autres membres de l'ambassade l'utilisent également. C'est notre engagement avec le gouvernement et les partenaires de corriger (ce qui se dit) et de faire la distribution", a indiqué le diplomate américain.

Georges Kileba, le préfet du Pool appelle les populations à accepter la moustiquaire imprégnée, à Kinkala, le 15 octobre (VOA/Arsène Séverin)
Georges Kileba, le préfet du Pool appelle les populations à accepter la moustiquaire imprégnée, à Kinkala, le 15 octobre (VOA/Arsène Séverin)


Le préfet du Pool, Georges Kilebe, dit aussi qu'il utilise la même moustiquaire. "Plusieurs personnes ont tenté de torpiller cette opération en distillant des nouvelles mensongères. Je peux vous rassurer que moi-même je ne dors que sous la moustiquaire imprégnée d'insecticides depuis longtemps et je suis encore débout, j'ai 64 ans", a témoigné le préfet, encourageant les populations à vaincre la rumeur.

Ce message a permis à plusieurs familles de prendre les moustiquaires pour se mettre à l'abri de l'anophèle, le moustique vecteur du paludisme, première cause de mortalité dans le pays.

Les habitants de Kinkala, favorables à la moustiquaire imprégnée, reconnaissent qu’ils sont sans défense face au paludisme. "Le paludisme menace Kinkala. Dans les réunions avec le comité de santé, on nous dit que le paludisme est une menace", a-t-il dit.

Un autre a ajouté : "C'est bien de dormir sous la moustiquaire imprégnée, c'est pour nous protéger contre les moustiques".

Fulgence Mayela, chef du quartier Mabi à Kinkala, déplore les cas de paludisme, le 15 octobre (VOA/Arsène Séverin)
Fulgence Mayela, chef du quartier Mabi à Kinkala, déplore les cas de paludisme, le 15 octobre (VOA/Arsène Séverin)


Par ailleurs, Fulgence Mayela, le chef des quartiers Mabi et Kinkala avoue son impuissance à faire respecter l'opération d'assainissement des habitations.

"C'est une population semi-rurale. En fait l'opération se fait chaque premier mercredi du mois, mais les populations préfèrent vaquer à leurs occupations champêtres. Ce sont des maraîchers, des malafoutiers... Donc pour elles perdre une journée à ne faire de l'assainissement, c'est embêtant", a-t-il déploré.

Selon le programme national de lutte contre le paludisme, l'utilisation des moustiquaires réduit les cas de malaria.

Jean Mermoz Youndouka parle de l'incidence considérable de la moustiquaire imprégnée sur la réduction des cas de paludisme, à Kinkala, le 15 octobre (VOA/Arsène Séverin)
Jean Mermoz Youndouka parle de l'incidence considérable de la moustiquaire imprégnée sur la réduction des cas de paludisme, à Kinkala, le 15 octobre (VOA/Arsène Séverin)


Dr Jean Mermoz Youndouka, coordonnateur du programme. "L'opération qu'on avait réalisée en 2011-2012, on avait réduit l'incidence de 75%", a rappelé le médecin.

L'opération de distribution en masse des moustiquaires se poursuit normalement dans les quartiers de Kinkala. La durée d'efficacité de ces moustiquaires imprégnées est de trois ans. La dernière distribution de masse des moustiquaires imprégnées dans le pays remonte à 2011.

Toutes les actualités

Les femmes congolaises contre le mauvais traitement pendant les rites de veuvage

Les femmes congolaises contre le mauvais traitement pendant les rites de veuvage
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:40 0:00

Les veuves dénoncent des rites rétrogrades et une tradition antisociale

Des femme s'organisent pour lutter contre les rites du veuvage, Brazzaville le 6 décembre 2019. (VOA/Arsène Séverin)

Les femmes congolaises se plaignent du mauvais traitement dont elles sont victimes pendant les rites de veuvage. Elles estiment que leur dignité est souvent bafouée et demandent que les autorités mettent fin à cette situation, en interdisant ces pratiques dans le prochain Code de la famille.

Les pleurs et autres cris de déchirement pendant le décès de l'époux ne symbolisent pas seulement la douleur de la veuve, mais également et surtout la crainte de vivre le pire des moments de sa vie.

Le veuvage est un ensemble de rites et de dures épreuves que redoute la femme congolaise. Anne Marie Paule Bakana, veuve depuis quelques années, se souvient de durs moments passés pendant le deuil de son époux.

"On barricade la porte de ta chambre, tu ne peux pas te laver, tu ne peux pas manger à l'heure où tu as faim. Et puis pour l'inhumation de ton mari, on te demande beaucoup d'argent, entre 400.000 et 2 millions de francs CFA, surtout quand tu travailles. On dénonce ça", déplore-t-elle.

Très souvent, après le deuil du conjoint, la femme est mise dehors avec ses enfants. Une double douleur que dénonce également la veuve Berthe Makita. "On te met dehors avec les enfants. Mais qu'est-ce que va devenir cette famille dans la rue ?", témoigne la veuve.

Ces épreuves relevant de la tradition sont appliquées avec vigueur par les femmes contre les femmes. Madeleine Miankaba en témoigne : "Oui hélas, par les femmes ! Mais nous serons là à conscientiser les femmes, surtout nous qui sommes déjà veuves, celles qui vont venir et nos propres filles qui seront les veuves de demain. Il faut arrêter tout cela", plaide-t-elle.

Les veuves se plaignent de leur situation au Congo, Brazzaville, le 4 décembre 2019. (VOA/Arsène Séverin)
Les veuves se plaignent de leur situation au Congo, Brazzaville, le 4 décembre 2019. (VOA/Arsène Séverin)

Pourquoi dans une société moderne comme le Congo le poids de la tradition contraint encore les femmes à vivre un cauchemar qui remonte aux années 50 ?

Pour le professeur Auguste Miabeto, spécialiste des langues et traditions congolaises à l'université Marien Ngouabi de Brazzaville, "il y a une décantation des traditions qui doit se faire. Il y a des choses du passé qu'on ne peut plus récupérer. Les valeurs vivantes peuvent demeurer, mais les antivaleurs sont à écarter", souligne l'universitaire.

Pour aider les femmes à faire entendre leur voix, le CUDHOC, une ONG de défense des droits humains, a initié une démarche envers les autorités pour que le futur Code de la famille abolisse clairement ces traitements inhumains et dégradants.

Le président du CUDHOC, Gasparad Mienantima, indique que "l'objectif visé est de permettre à la veuve de connaître ses droits et qu'elle sache les défendre, ensuite elle doit s'investir pour sortir la veuve congolaise de ce que nous qualifions d'esclavage".

En attendant les réformes législatives, les pleurs qui s'élèvent dans les veillées mortuaires au Congo, traduiront toujours l'amertume d'une veuve maltraitée par sa belle-famille.

Plusieurs critiques sur le CHU de Brazzaville fusent sur les réseaux sociaux

Le CHU de Brazzaville critiqué par les populations pour mauvaise prestation, le 5 décembre 2019. (VOA/Arsène Séverin)

La mort de Borgia Samba, journaliste de la télévision nationale, a provoqué plusieurs critiques sur internet, illustrant les mauvaises prestations du CHU de Brazzaville.

Décédé des suites d'un AVC, le journaliste Borgia Samba a passé trois jours aux soins intensifs du CHU, et les populations indexent l'incompétence des médecins et l'absence du plateau technique médical de ce plus grand hôpital du pays.

Depuis la mort de Borgia Samba, directeur de l'information de la télévision nationale, des suites d’un AVC, les commentaires fusent sur les réseaux sociaux, dénonçant la mauvaise prise en charge des malades au CHU.

"Le CHU-TUE n'a pas pu sauver Borgia Samba", dit un poste sur Facebook qui a suscité des dizaines de commentaires, alors qu'une vidéo montrant la grande insalubrité du CHU, circule toujours sur la toile.

Charlin Kinouani du mouvement Ras-le-Bol dénonce qualifie le CHU de Mouroir, le 4 décembre 2019. (VOA/Arsène Séverin)
Charlin Kinouani du mouvement Ras-le-Bol dénonce qualifie le CHU de Mouroir, le 4 décembre 2019. (VOA/Arsène Séverin)


Le CHU de Brazzaville vient de passer 28 mois sans subvention et connaît beaucoup de faiblesse. Ceci provoque de l'indignation des usagers. "Le CHU est devenu un mouroir, les Congolais y meurent comme des mouches. Le CHU est la dernière étape de nos hôpitaux, malheureusement on va là-bas pour trouver la mort", déplore Charlin Kinouani, dont le mouvement, Le Ras-le-bol, a organisé des sit-in devant cet établissement hospitalier pour dénoncer ces pratiques.

De son côté Alphonse, la quarantaine révolue, témoigne des circonstances difficiles dans lesquelles il a perdu sa femme au CHU. "En août 2018, ma femme a été brusquement attaquée par un AVC. C'est à ma surprise générale que je constate qu'ils n'ont rien. Ils n'ont pas de respirateur, la salle de réanimation ne fonctionne quasiment pas, parce que parfois il manque d'oxygène et c'était le cas ce jour-là", témoigne-t-il.

Alphonse poursuit : "Ils ont fait une longue ordonnance qui allait dans les 200.000 francs CFA. Je suis allé acheter les médicaments dans une pharmacie voisine, car la pharmacie du CHU n'a même pas un cachet d'aspirine. A mon retour, mon épouse était déjà décédée".

Pour administrer une thérapeutique de choc au plus grand centre hospitalier du pays avec ses 700 lits et près de 2000 agents, les autorités ont confié la relance du CHU à une équipe d'experts canadiens. Mais, huit mois après, l'intersyndicale du CHU qui dénonce plusieurs griefs, trouve que la direction n'améliore pas la situation de l'hôpital .

"Qu'on nous donne deux subventions à l'hôpital et qu'il n'y ait pas de respirateur où on prend en charge les malades d'AVC. Depuis huit mois, et j'insiste, la situation du CHU ne fait que dépérir, ne fait que se désagréger. C'est ce que nous dénonçons. Nous ne sommes pas contre la venue des Blancs, non ! Nous ne sommes pas contre la venue des Canadiens", indique Victor Bienvenu, président de l'Intersyndicale du CHU de Brazzaville.

Sylvain Villiard, DG du CHU de Brazzaville, a trois ans pour sauver cet hôpital (VOA/Arsène Séverin)
Sylvain Villiard, DG du CHU de Brazzaville, a trois ans pour sauver cet hôpital (VOA/Arsène Séverin)


Et pourtant, le Canadien Sylvain Villiard, directeur général du CHU dit que les choses commencent à bouger. Encore un peu de temps et suffisamment d'argent, les Congolais vivront la rénovation, dit-il

"Nous allons améliorer la situation à la hauteur de l'argent qui nous est donné, et nous dans les prochaines étapes nous allons aménager l'accueil, car quand vous arrivez ici, l'accueil n'est pas trop bon", promet-il.

Les syndicats s'opposent également, dans un communiqué, à l'octroi d'un éventuel crédit de 12 milliards de francs CFA, que le CHU sollicite auprès de la Banque de développement des Etats de l'Afrique centrale, BDEAC. Une démarche que ne comprend pas Sylvain Villiard.

Des populations victimes d'inondations attendent toujours l'aide du gouvernement

Un village au bord de l'Oubangui englouti par les eaux, à Brazzaville le 24 novembre 2019. (VOA/Arsène Séverin)

Plus de 100.000 personnes victimes des inondations dans le nord du Congo continuent d'attendre l'assistance des autorités. Le gouvernement a lancé un appel à l'aide internationale, et le Programme alimentaire mondial (PAM) a commencé à apporter les premiers secours.

Ces inondations, dues aux récentes pluies diluviennes, touchent les départements de la Likouala, de la Sangha, de la Cuvette et des Plateaux, dans le nord du pays. Les autorités n'ont pas hésité à décréter l'état d'urgence dans ces régions.

100.000 personnes victimes des inondations en attente d'assistance
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00


Les rescapés des eaux, environ 100.000 personnes, sont dans la détresse. Au ministère en charge de l'Action humanitaire, on attend toujours l'argent pour intervenir, deux semaines après la catastrophe.

Le directeur général de l'Action humanitaire, Clément Essieke, à Brazzaville le 27 novembre 2019 (VOA/Arsène Séverin)
Le directeur général de l'Action humanitaire, Clément Essieke, à Brazzaville le 27 novembre 2019 (VOA/Arsène Séverin)


Clément Essieke, directeur général de l'Action humanitaire, parle des députés qui sont venus le voir pour trouver une solution aux plaintes des populations.

"Certains élus sont venus nous voir, ayant constaté que la réponse ne venait pas alors qu'on parle d'une inondation, un phénomène jamais vécu dans la zone depuis plus de 20 ans. Ils avaient l'impression que le ministère en charge de l'Action humanitaire ne faisait rien. Nous avons reçu plus de sept élus", indique le directeur de l'Action humanitaire, précisant que son département était toujours en attente d'argent pour se déployer.

Sur le terrain, les populations se sont réfugiés dans les forêts et sur quelques mottes de terre épargnées par les eaux.

Bernadette Ondze la députée de Makotimpoko plaide pour l'aide aux populations sinistrées, à Brazzaville le 24 novembre 2019 (VOA/Arsène Séverin)
Bernadette Ondze la députée de Makotimpoko plaide pour l'aide aux populations sinistrées, à Brazzaville le 24 novembre 2019 (VOA/Arsène Séverin)


Bernadette Ondze, une députée de Makotompoko, localité sous les eaux, affirme que les populations ont besoin d'une assistance. "Le district en lui-même, c'est plus de 25.000 personnes, et ajouter les déplacés de la RDC, nous sommes à 30.000 habitants. Eux aussi, ils ont besoin d'une assistance, et là, ils sont vraiment dans le doute", dit-elle.

Le gouvernement est à la recherche de l'argent pour intervenir. A son appel, certaines organisations internationales comme le PAM, l'UNICEF ou le HCR agissent.

Jean Martin Baeur, le représentant du PAM au Congo a visité les villages inondés le long de l'Oubangui, à Brazzaville le 27 novembre 2019 (VOA/Arsène Séverin)
Jean Martin Baeur, le représentant du PAM au Congo a visité les villages inondés le long de l'Oubangui, à Brazzaville le 27 novembre 2019 (VOA/Arsène Séverin)


Le PAM a déjà assisté près de 13.000 personnes, selon Jean Martin Beaur, son représentant.

"Nous avons réussi à ce jour à assister 12.800 personnes. Chaque jour ça change et la zone est très difficile d'accès. Il s'agit des villages qui sont construits au bord de l'Oubangui, des endroits pour pratiquer la pêche et les terres basses pour faire l'agriculture, malheureusement cette position a fait qu'ils ont été affectés par cette dernière inondation", témoigne-t-il.

Le présentant du PAM ajoute : "L'accès se fait par l'eau et ils se déplacent par pirogue pour venir aux 13 points de distribution que nous avons mis en place. Sur place, il y a le HCR, il y a le PAM, il y a des ONG, ce qui nous a permis de déclencher les premiers secours".

Ces inondations ne touchent pas que le nord du pays. Brazzaville et Pointe-Noire, les deux principales villes, sont également dans la zone d'expansion des crues. De nombreux dégâts humains et matériels sont à déplorer, mais ce n'est encore que le début de la saison pluvieuse qui va durer jusqu'en mai prochain.

Les réfugiés du Sudan du Sud peinent à se réinstaller après les inondations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:26 0:00

100.000 personnes victimes des inondations en attente d'assistance

100.000 personnes victimes des inondations en attente d'assistance
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:30 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG