Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

NBA : Philadelphie sur sa planète


Joel Embiid, pivot des Philadelphia Sixers, Detroit, le 15 octobre 2016.

Pour la première fois depuis 1982-83, Philadelphie a remporté 14 matches de suite après sa victoire dimanche contre Dallas (109-97).

Même l'absence de leur pivot et meilleur marqueur Joël Embiid, opéré fin mars d'une fracture du plancher orbital gauche, ne perturbe pas les Sixers.

Ils sont invaincus depuis le 13 mars et vont aborder leurs premiers play-offs depuis 2012 en trouble-fêtes de la conférence Est.

Contre les Mavericks, Philadelphie, portée par Ben Simmons (16 points) et J.J. Redick (18 pts), a toujours fait la course en tête.

>> Lire aussi : LeBron James et les stars de la NBA présélectionnées de l’équipe américaine pour les JO 2020

Les Sixers ont signé leur 50e victoire de leur saison, une première depuis 2002-03, et ont égalé leur plus grande période d'invincibilité avec 14 victoires de suite comme leurs devanciers de 1982-83 menés à l'époque par le légendaire Julius Erving.

Plus important encore, Philadelphie a consolidé sa 3e place, au nez et à la barbe de LeBron James et de ses Cavaliers (4e, 49 v-31 d).

Autre motif de satisfaction pour les Sixers qui collectionnaient les saisons décevantes depuis 2013, ils sont désormais assurés de finir 3e ou 4e et donc de disputer les deux premiers matches, ainsi que l'éventuel match N.7, du 1er tour à domicile.

>> Lire aussi : NBA : LeBron James sauve Cleveland

"Gagner 50 matches en saison régulière, dont 14 de suite, c'est fantastique, notre saison est exceptionnelle", s'est félicité leur entraîneur Brett Brown.

"On a traversé des périodes difficiles, mais on a beaucoup progressé, c'est vraiment enthousiasmant", a admis Simmons.

- Golden State réagit -

Les deux meilleures équipes de la conférence Est, Toronto et Boston, étaient également sur le pont ce dimanche.

Les Raptors, déjà assurés de terminer à la première place pour la première fois dans leur histoire, ont dominé Orlando 112 à 101 en l'absence de DeMar DeRozan et de Jonas Valanciunas, laissés au repos.

Les Celtics ont eux aussi ménagé leurs titulaires, durant le 4e quart-temps, et se sont inclinés à domicile face à Atlanta (112-106) alors qu'ils menaient de 14 points en début de l'ultime période.

"On aurait pu gagner ce match si on avait utilisé tous nos joueurs, mais il était important de donner du temps de jeu à nos remplaçants en vue des play-offs", a expliqué Brad Stevens qui sera privé de son meneur Kyrie Irving, opéré du genou gauche samedi pour la deuxième fois en deux semaines.

A l'Ouest, Utah s'est imposé sur le parquet des Los Angeles Lakers (112-97) et disputera les play-offs pour la deuxième année consécutive.

Donovan Mitchell, candidat au titre de meilleur rookie de la saison, a marqué 28 points et a frôlé le "triple double" (trois catégories de statistiques à dix unités et plus) avec neuf rebonds et huit passes décisives.

Enfin, le champion en titre Golden State a réagi après sa défaite à domicile la veille contre La Nouvelle-Orléans (126-120), le sixième revers en dix matches.

Les Warriors, toujours privés de Stephen Curry, blessé au genou gauche, se sont imposés 117 à 100 à Phoenix avec 34 points en 34 minutes de Klay Thompson

"On a retrouvé de l'énergie, alors que nous avions été un peu paresseux lors de nos derniers matches", s'est réjoui Steve Kerr, l'entraîneur de Golden State.

Avec AFP

Votre avis

Voir les commentaires

XS
SM
MD
LG