Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Mali

Massacre de Peuls au Mali : l'ONU envoie des enquêteurs

Ravina Shamdasani, porte-parole du Bureau des droits de l'Homme de l'ONU à Genève.

L'ONU a annoncé mardi l'envoi d'une équipe d'enquêteurs au Mali, après la tuerie perpétrée dans un village peul du centre du pays par de présumés chasseurs dogons, qui a fait 160 morts.

Le massacre s'est déroulé samedi dans le village d'Ogossagou, non loin de la frontière avec le Burkina Faso.

Nouvelle tuerie au Mali : à qui la faute ?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:05:20 0:00

Il s'inscrit dans une série d'attaques dans la région de Mopti, qui a fait "quelque 600 morts et provoqué le déplacement de milliers de personnes depuis mars 2018 dans cette seule région", a déclaré à la presse la porte-parole du Bureau des droits de l'Homme de l'ONU à Genève, Ravina Shamdasani.

L'ONU a envoyé une équipe de 13 enquêteurs, dont des experts des scènes de crime dans la région de Mopti, a-t-elle annoncé.

"Nous sommes en contact direct avec les autorités", a-t-elle poursuivi, en expliquant que l'ONU avait offert son aide pour l'enquête afin de "traduire les coupables devant la justice et rompre le cercle de l'impunité".

Depuis l'apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l'agriculture, qui ont créé des "groupes d'autodéfense".

Cette tuerie est la plus sanglante depuis la fin des principaux combats de l'opération lancée en 2013, à l'initiative de la France, pour chasser les groupes jihadistes qui avaient pris le contrôle du nord du pays.

Toutes les actualités

Prestation de serment des nouveaux juges de la Cour constitutionnelle malienne

Prestation de serment des nouveaux juges de la Cour constitutionnelle malienne
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:54 0:00

Les Maliens veulent "un nouveau départ", selon Ramata Sissoko Cissé

Des manifestants maliens exigent la démission du président malien Ibrahim Boubacar Keita sur la place de l'Indépendance à Bamako, au Mali, le 19 juin 2020. REUTERS/Matthieu Rosier

Les forces d'opposition maliennes prévoient une grande manifestation mardi pour exiger le départ immédiat du président Ibrahim Boubacar Keïta, élu en 2013 puis réélu en 2018.

"Nous sommes arrivés à la conclusion que la seule façon d'apporter la paix et la sécurité au Mali est qu'il démissionne", a confié Dr Ramata Sissoko Cissé à James Butty du service anglophone de la VOA.

Cette nouvelle manifestation intervient alors qu'il semble que les efforts de médiation de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) n'aient pas encore porté leurs fruits.

Lundi le médiateur Goodluck Jonathan, ancien président du Nigeria, a de nouveau atterri à Bamako où il a assisté à la prestation de serment de la nouvelle Cour constitutionnelle. Il devrait poursuivre ses consultations mardi.

Mais selon Dr Cissé, la médiation de la CEDEAO n’ira nulle part vu que ni le gouvernement malien ni l'opposition n'ont respecté les recommandations issues du sommet des chefs de l’État sur la question malienne. Par exemple, a-t-elle expliqué, les 31 députés que la CEDEAO avait sommés de démissionner ont refusé de le faire.

La Cour constitutionnelle malienne va se saisir du contentieux électoral d'avril-mai
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:27 0:00


"Toutes leurs recommandations sont anticonstitutionnelles, elles ne respectent pas la constitution malienne, donc nous ne pouvons pas les suivre", a-t-elle affirmé.

"Mardi 11 août 2020, nous aurons une manifestation au Mali et dans toutes les communautés maliennes du monde", a-t-elle ajouté. "Nous voulons un nouveau départ".

La Cour constitutionnelle malienne va se saisir du contentieux électoral d'avril-mai

La Cour constitutionnelle malienne va se saisir du contentieux électoral d'avril-mai
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:27 0:00

Mali: 9 membres de la Cour constitutionnelle ont pris leurs fonctions

Mali: 9 membres de la Cour constitutionnelle ont pris leurs fonctions
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Imam Mahmoud Dicko: le peuple malien n'est pas un peuple soumis

Imam Mahmoud Dicko: le peuple malien n'est pas un peuple soumis
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:05 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG