Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Les femmes brisent le plafond de verre au FBI

Photo d'illustration - FBI

Le FBI tend à se féminiser pour rétablir l’équilibre des genres au sein de ses équipes d’agents spéciaux et mieux répondre à sa mission. VOA Afrique a rencontré deux femmes cadres de la fameuse police fédérale, rendue célèbre dans le monde à travers d’innombrables productions hollywoodiennes.

Le FBI augmente son personnel de femmes cadres
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:06:07 0:00

Au cours de plus d’un siècle d’existence, le FBI n’a jamais été dirigé par une femme, dans un milieu largement masculin depuis la création en 1908 du BOI, le Bureau d’Enquête d’alors, devenu une agence fédérale en 1935.

De même que la promotion d’Agent Spécial sera très rarement accordée à une femme, après la première femme admise à ce titre en 1922, Alaska Davidson, pionnière qui ouvrira la voie à une lente féminisation du Bureau sur plusieurs décennies.

Alaska Davidson, première femme agent spéciale du FBI en 1922
Alaska Davidson, première femme agent spéciale du FBI en 1922

Il faudra attendre ce début de 21ème siècle pour que les chiffres commencent à décoller, sous l’impulsion d’un renouveau du féminisme ; et depuis 2015, les femmes parviennent à s’imposer en plus grand nombre, notamment à des postes à responsabilité.

C’est le cas de Jill Tyson, nommée en 2019 directrice-adjointe du Bureau des affaires du Congrès au FBI, qui se souvient de sa première réunion entre hauts cadres: «Mon premier jour de travail, je suis entrée dans cette pièce et j'étais la seule femme. J'étais nerveuse, intimidée car toute nouvelle, mais j'ai essayé de canaliser cette nervosité pour la transformer en motivation», a-t-elle avoué. «Je travaille très dur pour m'assurer d'être à cette table. C'est aussi ce qui me motive ici, à faire des discours, à encadrer des femmes plus jeunes, car je pense qu'elles peuvent aussi gagner une place à cette table», affirme Mme Tyson.

Un an après la publication par le ministère de la Justice d’un rapport détaillant les préjugés sexistes au sein des principales agences américaines de maintien de l’ordre, plusieurs femmes ont engagé, début 2019, un recours collectif contre le FBI pour discrimination basée sur le genre.

Jill Tyson, Directrice adjointe du Bureau des affaires du Congrès au FBI, le 15 janvier 2020 au quartier général du FBI à Washington
Jill Tyson, Directrice adjointe du Bureau des affaires du Congrès au FBI, le 15 janvier 2020 au quartier général du FBI à Washington

L’agence fédérale, qui n’est pas en mesure de commenter les litiges, a transmis une déclaration à VOA Afrique affirmant que la diversité est l'une de ses valeurs fondamentales. «Pour accomplir efficacement notre mission de protéger le peuple américain, nous avons besoin de personnes de genres, d'horizons, d'expériences et de perspectives différentes», indique la direction du Bureau.

Mme Tyson, ancienne procureure ayant occupé divers postes à responsabilité au ministère de la Justice, met un point d’honneur à promouvoir l’égalité des chances en tant que membre du Conseil exécutif de la diversité du FBI. «Nous travaillons vraiment sur le message de l'inclusion, du respect et de l'égalité. C'est quelque chose dont je parle à mon personnel. Mes pairs et nos collègues en parlent également, tout comme le directeur du FBI, qui s’en soucie vraiment», souligne-t-elle, avant de préciser qu’elle est justement engagée dans le recrutement des femmes. «Pour ce qui est d'avoir plus de femmes, nous en sommes certainement ravis. Nous n'avons pas assez de femmes. C'est l'une des choses que j'aime vraiment dans mon travail, aider à recruter des femmes, les encadrer et les développer professionnellement à travers l'organisation», relève Mme Tyson.

Agents du FBI enquêtant sur la tuerie à San Bernardino, Californie, 3 décembre 2015.
Agents du FBI enquêtant sur la tuerie à San Bernardino, Californie, 3 décembre 2015.

En 2019, les femmes représentaient 36% des postulants au statut d’Agent spécial. Au final, elles représentent un cinquième des quelques 13.500 agents du FBI ; ce qui peut paraitre peu au prime abord, mais représente une évolution remarquable, surtout au cours des quatre dernières années, où l’on observe une diminution du nombre d’agents hommes, tandis que celui des femmes augmente rapidement depuis 2017.

En revanche, les femmes chefs de service et de secteur restent minoritaires. Au nombre de 70, elles représentaient 24% des cadres supérieurs au 9 janvier 2020. Keri Farley, agent spécial depuis douze ans, chef de section à la Division Antiterrorisme, est l’une de ces femmes. Pour elle, la question du plafond de verre ne se pose pas.

«En fait, ma nouvelle patronne, c’est la première femme directrice adjointe de la lutte contre le terrorisme. Ce n'est qu'un exemple parmi d’autres de la façon dont les femmes excellent au sein du FBI (…) Les femmes ont certainement la possibilité de réussir à tous les niveaux du FBI», pense l’experte en lutte anti-terrorisme.

Mme Farley, qui dit privilégier l’esprit d’équipe, avoue qu’elle a toujours voulu entrer au FBI, sans jamais se soucier de quelque considération basée sur le genre. Comme Jill Tyson, elle adhère totalement au principe de féminisation du Bureau ; d’autant plus que la touche féminine est indispensable, estime-t-elle, notamment dans la gestion de l’approche des victimes.

«Je dirais simplement qu'il est très important d'avoir des perspectives diverses dans tout ce que nous faisons. Qu’il s’agisse d’enquêter sur un crime ou de la réponse vis-à-vis des victimes, il est important de pouvoir communiquer avec tout le monde. Et dans certaines circonstances, vous savez, une femme peut avoir de meilleurs rapports avec une femme victime. De même qu’il est important d’avoir la diversité des religions et des races lorsque nous traitons de sujets et de personnes sur lesquels nous enquêtons », considère Mme Farley.

Le FBI a un Comité consultatif des femmes conçu pour renforcer les potentialités du personnel féminin et atteindre l’équilibre entre les genres. Sur cette question, un point marquant ressort des statistiques : les femmes dominent d'autres secteurs des agences fédérales anti-criminalité. En effet, selon le rapport du ministère de la Justice, 84% des spécialistes des ressources humaines sont des femmes, et elles représentent plus de la moitié des analystes du renseignement.

Keri Farley, chef de section à la Division Antiterrorisme, au QG du FBI à Washington, lors d'une interview avec VOA Afrique, le 15 janvier 2020.
Keri Farley, chef de section à la Division Antiterrorisme, au QG du FBI à Washington, lors d'une interview avec VOA Afrique, le 15 janvier 2020.

A la question de savoir quel pouvait être le principal défi d’un haut cadre du FBI, les deux femmes ont évoqué le bras de fer entre le gouvernement américain et Apple. Cette affaire, largement commentée par la presse américaine depuis cinq ans, est revenue au-devant de la scène le 13 janvier, lorsque le procureur général William Barr a appelé la marque à la pomme à aider le FBI à débloquer deux iPhones liés au meurtre de trois Américains sur une base navale de Floride en décembre.

«L'un des problèmes dont nous parlons beaucoup au Congrès en ce moment est ce que nous appelons l'accès légal. Sur certains téléphones portables, vous pouvez communiquer par des moyens cryptés. Cela signifie que, même si nous allons devant un tribunal pour demander un processus approprié et que cela est approuvé, nous ne sommes pas en mesure de déverrouiller ces téléphones pour voir les communications», déplore la directrice-adjointe du Bureau des affaires du Congrès au FBI.

Jill Tyson précise que cette problématique se pose notamment pour des cas tels qu’une fusillade de masse, une attaque terroriste ou le trafic des personnes et l’exploitation des enfants. «Nous devons voir quel type de communication, quelles images, quelles photos ils ont sur leurs téléphones afin de progresser dans notre enquête, de les poursuivre et de les traduire en justice pour aider les victimes», souligne-t-elle.

Le FBI est compétent pour enquêter en matière de terrorisme, contre-espionnage, corruption et crime organisé, parmi d’autres menaces pesant sur les Etats-Unis. Pour parfaire sa mission de protection des citoyens américains, l’agence a une soixantaine de bureaux à l’étranger, dont neuf en Afrique, et effectue des opérations avec ses partenaires qui conduisent à des arrestations de masse et démantèlements d’organisation criminelles tels que les réseaux de pédopornographie, de cybercriminalité ou de traite humaine.

Un agent du FBI s'entretient avec un témoin près de la scène de la tuerie du 8 novembre 2018, à Thousand Oaks, en Californie, où un homme armé a ouvert le feu à l'intérieur d’un bar lors d’une soirée universitaire, tuant 12 personnes et en blessant plusieurs autres.
Un agent du FBI s'entretient avec un témoin près de la scène de la tuerie du 8 novembre 2018, à Thousand Oaks, en Californie, où un homme armé a ouvert le feu à l'intérieur d’un bar lors d’une soirée universitaire, tuant 12 personnes et en blessant plusieurs autres.

Jill Tyson et Keri Farley soulignent qu’il est crucial de collaborer à l’échelle mondiale. «Notre personnel travaille avec les forces de l'ordre africaines pour prévenir les attaques et résoudre les problèmes locaux. De plus, nous avons des formations inter-Etats avec plusieurs pays qui viennent ici aux États-Unis dans le cadre de notre école nationale de formation, l’Académie du FBI à Quantico, en Virginie», explique Mme Farley, ajoutant que cette interaction se caractérise par «d'excellentes relations dans toute la région».

Jill Tyson, la plus jeune cadre du FBI, invite les femmes à se lancer dans les carrières du secteur sécuritaire et judiciaire: «Nous encourageons les femmes et les filles en Afrique qui pourraient être intéressées à rejoindre les forces de l'ordre ou une organisation similaire en Afrique, que ce soit au niveau étatique ou local, au niveau de la police ou des autorités fédérales. Plus nous aurons de femmes dans le domaine de l'application des lois à travers le monde, plus nous serons efficaces ; car grâce à cette perspective diversifiée au travail, et en ayant des points de vue féminins et masculins, ensemble, nous ferons un meilleur travail pour prévenir et résoudre le crime.»

Sylvia Elizabeth Mathis, la première femme afro-américaine agent spéciale - FBI
Sylvia Elizabeth Mathis, la première femme afro-américaine agent spéciale - FBI

Le 2 juin 1976, Sylvia Elizabeth Mathis, une avocate de 26 ans, est devenue la première femme afro-américaine agent spécial du FBI, qui lui avait alors remis «un attaché-case en cuir, un sac discret et un revolver avec canon retroussé assez court pour tenir dans le petit sac», commente le FBI. Comme Alaska Davidson en 1922, Jill Tyson et Keri Farley aujourd’hui, Sylvia Mathis a juré de faire preuve de Fidélité, Bravoure et Intégrité, les trois piliers de la devise du FBI.

Toutes les actualités

Correspondant VOA: manifestations à la Maison Blanche

Correspondant VOA: manifestations à la Maison Blanche
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:05:11 0:00

Affaire George Floyd: des critiques de tous les coins du monde

Affaire George Floyd: des critiques de tous les coins du monde
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:19 0:00

Affaire George Floyd: l'État du Minnesota aggrave les chefs d'accusation contre le principal accusé

Le procureur général du Minnesota, Keith Ellison, lors d'une conférence de presse à St Paul (Minnesota) sur l'enquête relative à la mort de George Floyd. (Photo: AP)

Le procureur général de l'État du Minnesota, Keith Ellison, a augmenté mercredi les charges pénales contre l'ancien policier de Minneapolis accusé d’avoir causé la mort de George Floyd.

Ainsi Derek Chauvin, l’ex-policier en question, est désormais accusé de meurtre au second degré ; par ailleurs, les trois autres policiers présents sur les lieux — Tou Thao, J. Alexander Kueng and Thomas Lane — ont été inculpés de complicité de meurtre.

La nouvelle a été révélée lors d'une conférence de presse durant laquelle M. Ellison, qui est lui-même Afro-Américain, a expliqué son raisonnement.

"Nous croyons fermement que ces développements sont dans l'intérêt de la justice pour M. Floyd, sa famille, cette communauté et notre État", a-t-il déclaré. "George Floyd est important. Il était aimé, c’était un être cher pour sa famille et sa vie avait de la valeur", a ajouté M. Ellison.

Ces charges supplémentaires sont autorisées par la jurisprudence américaine car, pour tout crime présumé, plusieurs autorités peuvent se déclarer compétentes.

À l'origine, M. Chauvin n'avait été inculpé que par le procureur du comté. Désormais, le procureur général de l'État, qui est élu séparément du gouverneur, a ajouté ses propres chefs d’accusations. Une enquête fédérale est également en cours, bien qu'elle ne porte que sur les éventuelles violations des droits civils.

Selon Pioneer Press, le procureur général démocrate a pris l'affaire en main il y a seulement deux jours, à la demande du gouverneur Tim Walz, qui est aussi du parti démocrate.

M. Ellison, 56 ans, est un avocat de formation. Il a pris le poste de procureur général du Minnesota en 2019 après avoir servi pendant 12 ans comme membre élu du Congrès fédéral. Homme pieux qui souscrit à la foi musulmane, M. Ellison a également occupé les fonctions de vice-président du parti démocrate de 2017 à 2018.

Rallye Black Lives Matter au Cap

Rallye Black Lives Matter au Cap
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:37 0:00

Mort de Georges Floyd: l'auto-critique de l'ambassadeur américain en RDC

Mike Hammer, ambassadeur des États-Unis à Kinshasa, RDC, le 24 décembre 2018. (Facebook/Henri Mova)

"Le racisme est inacceptable, nous devons faire mieux" a écrit mercredi l'ambassadeur des États-Unis en République démocratique du Congo, Mike Hammer, dans une longue déclaration sur la mort de George Floyd où il cite Martin Luther King.

"Le système a échoué à protéger un de nos citoyens comme il l'a trop souvent fait à l'égard de tant d'Afro-Américains", ajoute l'ambassadeur dans sa déclaration sur son compte Twitter, reprise sur le compte de l'ambassade américaine.

"Je partage votre peine, je partage votre colère, je partage votre indignation concernant cette mort et je partage votre désir de justice", ajoute-t-il aux nombreux Congolais choqués qui l'ont interpellé sur les réseaux sociaux.

"Une injustice où qu'elle soit menace la justice partout", poursuit-t-il, affirmant citer le leader des droits civiques Martin Luther King, assassiné en 1968.

"Quand nous, en tant qu'Américains, dévions des idéaux de liberté et d'égalité qui ont fondé notre nation, nous devons nous engager (...) à identifier nos failles, à corriger notre trajectoire", ajoute le représentant de Donald Trump, qui plaide régulièrement pour la lutte contre l'impunité et la corruption en RDC.

"Alors que nous nous efforçons de parfaire notre démocratie américaine et d'atteindre nos idéaux, nous continuerons de rechercher le même engagement de la part de nos amis et de nos partenaires dans le monde entier", conclut ce fervent soutien des réformes amorcées par le nouveau président congolais Félix Tshisekedi.

George Floyd, un homme noir de 46 ans, est décédé le 25 mai à Minneapolis (États-Unis) en répétant "I can't breathe" ("Je ne peux pas respirer"), gisant par terre, menotté et avec le cou sous le genou d'un policier dont les collègues sont restés passifs. Les autopsies ont confirmé que la mort était due à la pression au niveau de son cou.

Depuis lors, un mouvement de colère contre le racisme et les brutalités policières s'est propagé à travers les États-Unis et le monde.

Voir plus

XS
SM
MD
LG