Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Pas de parti pris politique dans l'enquête russe du FBI

L'inspecteur général du Département américain de la Justice, Michael Horowitz (Archives-Reuters)

Le FBI a commis des erreurs lors de l'ouverture de l'enquête sur les soupçons de collusion entre l'équipe de campagne de Donald Trump et la Russie, mais aucun parti pris politique ne peut lui être reproché, a dit l'inspecteur général du département de la Justice dans un rapport publié lundi.

Le document rédigé par Michael Horowitz devrait apporter de l'eau au moulin du président mais aussi à celui de ses détracteurs démocrates dans le débat sur la légitimité de ces investigations.

L'inspecteur général a jugé que le FBI avait une raison légalement acceptable de demander à un juge l'autorisation de placer Carter Page, un conseiller de campagne de Donald Trump, sous surveillance.

Il a toutefois répertorié 17 erreurs et omissions "essentielles et fondamentales" dans la demande initiale présentée à la Cour de surveillance du renseignement étranger (FISA) et dans celles qui ont suivi. Ces erreurs, souligne-t-il, ont donné à l'affaire une tournure plus grave qu'elle ne le méritait.

Un avocat du FBI a notamment modifié un e-mail fourni dans le cadre d'une demande de renouvellement de l'autorisation, dans lequel il était écrit que Carter Page n'était "pas une source" de renseignement pour une autre agence gouvernementale américaine, or il agissait bien en tant que "contact opérationnel" d'une autre instance, explique l'inspecteur sans nommer l'agence en question.

Le FBI a ouvert son enquête pendant l'été 2016, avant l'élection de novembre que Donald Trump a remportée face à la démocrate Hillary Clinton. Elle a été reprise en mai 2017 par le procureur spécial Robert Mueller, ancien directeur du FBI, lorsque le président a limogé James Comey, son successeur à la tête de l'agence.

Ses investigations, dont les conclusions ont été remises en mars au secrétaire à la Justice William Barr, ont révélé que les autorités russes s'étaient effectivement ingérées dans la présidentielle de 2016 pour tenter de discréditer Hillary Clinton, mais les éléments qu'il a recueillis ne lui ont pas permis de confirmer les soupçons de collusion entre Moscou et le candidat républicain.

"Le rapport de l'inspecteur général indique maintenant clairement que le FBI a ouvert une enquête intrusive sur la campagne présidentielle américaine en se fondant sur les soupçons les plus minces", écrit William Barr dans un communiqué publié lundi.

Le rapport Horowitz ne sera pas le dernier sur le sujet. En mai, Barr a chargé John Durham, procureur fédéral du Connecticut, de vérifier si l'enquête était légalement justifiée.

Avec Reuters

Toutes les actualités

L'otage américain détenu au Niger a été libéré

Des soldats dans le camps militaire de Bosso, dans la région du Niger, près des combats contre Boko Haram, le 17 juin 2016.

Un citoyen américain qui avait été kidnappé par des hommes armés au Niger en début de semaine a été libéré par les forces américaines, selon une déclaration du Pentagone samedi.

L'otage, Philip Walton, avait été enlevé lundi soir dans la banlieue de Massalata, un village situé à environ 10 kilomètres de la frontière avec le Nigeria.

"Les forces américaines ont mené une opération de sauvetage d'otage aux premières heures du 31 octobre dans le nord du Nigeria pour récupérer un citoyen américain détenu par un groupe armé", a écrit le porte-parole en chef du Pentagone, Jonathan Hoffman, dans une déclaration qui est parvenue à VOA Afrique. "Ce citoyen américain est sain et sauf et est désormais sous la garde du Département d'État américain. Aucun militaire américain n'a été blessé au cours de l'opération", a-t-il précisé.

"Je confirme que l'otage américain a été libéré hier soir", a déclaré pour sa part Issoufou Katambe, le ministre de la défense du Niger.

Durant la semaine, les autorités locales avaient déclaré que les ravisseurs avaient appelé le père de M. Walton pour demander une rançon, mais la famille n’avait pas confirmé cette information.

M. Walton vivait à Massalata avec sa femme et son enfant depuis deux ans, selon son père, qui est lui-même au Niger depuis près de 30 ans.

La vaste région du Sahel est aux prises avec une insurrection djihadiste qui a fait des milliers de victimes et chassé des centaines de milliers de personnes de leurs foyers.

Plusieurs Occidentaux sont actuellement retenus en otage dans la région.

Moscou suit de près les élections présidentielles américaines

Moscou suit de près les élections présidentielles américaines
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

Présidentielle américaine: le symbolisme des couleurs rouge, bleu et violet

Présidentielle américaine: le symbolisme des couleurs rouge, bleu et violet
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:31 0:00

Les militaires retraités ont tendance à voter républicain

Les militaires retraités ont tendance à voter républicain
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:33 0:00

Ce que les Sud-Africains pensent de la présidentielle américaine

Ce que les Sud-Africains pensent de la présidentielle américaine
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:05 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG