Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Europe

Le sort du Brexit suspendu au vote du Parlement britannique

Les manifestants pro et anti-Brexit agitent leurs pancartes et leurs drapeaux devant le Parlement à Londres, le 18 décembre 2018.

Le sort du Brexit est suspendu au vote mardi des députés britanniques, qui se prononceront dans la soirée sur l'accord de divorce conclu avec Bruxelles, à moins de trois mois de la date prévue de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Si les députés se prononcent en faveur du texte, le Brexit sera effectif le 29 mars à 23H00 GMT, et Londres et Bruxelles pourront commencer à discuter de leur future relation commerciale après une période de transition prévue pour durer jusque fin 2020 et censée adoucir la rupture après 40 ans de mariage.

Mais dans l'éventualité, jugée plus que probable, d'un rejet, le pays entrera "en territoire inconnu", a prévenu de la Première ministre Theresa May. Elle a mis en garde contre une sortie sans accord ou même le maintien du pays au sein de l'UE.

Le vote, prévu à partir de 19H00 GMT, met fin à une période de tractations et d'agitation intenses dans la classe politique britannique. Celle-ci a été incapable de se mettre d'accord sur quel Brexit mettre en oeuvre, entre partisans d'une rupture nette et ceux qui souhaitent au contraire le maintien de liens étroits.

Initialement prévu en décembre, ce vote avait été reporté à la dernière minute par Mme May pour éviter une défaite annoncée et se laisser le temps d'obtenir des "assurances" supplémentaires de la part des dirigeants européens, destinées à convaincre les parlementaires britanniques de voter le texte.

Lundi, Downing Street a publié une lettre signée par le président du Conseil européen Donald Tusk et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, dans laquelle ils affirment que l'UE "ne souhaite pas" que la disposition controversée du "filet de sécurité" (ou "backstop" en anglais) entre en vigueur, et que dans l'éventualité ou celle-ci devait être appliquée, elle le serait "seulement de manière temporaire".

Cette option de dernier recours prévoit de maintenir le Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE pour éviter le rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord, si aucune solution alternative n'était trouvée à l'issue de la période de transition. Elle est particulièrement décriée par les "Brexiters", qui y voient une forme d'amarrage à l'UE pour une période indéfinie.

- "Rien n'a changé" -

Mais les assurances européennes n'ont pas convaincu. "Il n'y a rien de nouveau, rien n'a changé", a déploré Nigel Dodds, député du parti ultra-conservateur nord-irlandais DUP. Or le soutien du DUP est indispensable à Theresa May pour disposer d'une majorité absolue au Parlement.

Cette lettre "ne fournit pas les garanties juridiques qui avaient été promises à cette assemblée", a déploré le leader de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn, estimant que le texte était "exactement le même" que celui qui avait été soumis une première fois en décembre.

Son point de vue était partagé dans l'opposition par les libéraux-démocrates, et les nationalistes écossais du SNP.

Au sein du Parti conservateur de Mme May, les appels à rejeter l'accord se sont multipliés.

"La seule manière d'obtenir une modification de l'accord de retrait, une modification négociée, consiste à rejeter l'accord actuel", a soutenu l'ancien ministre du Brexit Dominic Raab, qualifiant le texte de "médiocre".

Dans une ultime tentative visant à convaincre les députés d'adopter l'accord, Theresa May a estimé lundi qu'un rejet du texte "causerait un préjudice catastrophique à la confiance du peuple dans le processus démocratique et dans ses responsables politiques".

- "Extension possible" -

Mais face à l'hostilité des députés, la dirigeante britannique n'a pas pu écarter totalement l'hypothèse d'un report de la date du Brexit.

"Je ne crois pas que la date du 29 mars doive être retardée", mais "certains ont l'intention de trouver un moyen d'empêcher" la mise en oeuvre du Brexit, a-t-elle concédé lundi au Parlement.

Cette éventualité, de plus en plus évoquée par des députés britanniques, bénéficierait de soutiens côté européen.

À Strasbourg, plus de 100 députés européens se sont engagés lundi à soutenir un report de la date si le Royaume-Uni le réclame, si cela peut éviter un divorce sans accord, dans un courrier destiné aux Britanniques.

"Partir sans un accord serait un désastre pour tous les partis impliqués, aussi bien pour les citoyens britanniques que les citoyens européens", écrivent les eurodéputés signataires du courrier, dont le président du groupe socialistes et démocrates (S&D), Udo Bullman, et l'écologiste belge Philippe Lambert.

Cependant, "une prolongation après le 29 mars est possible, mais pas au-delà du 30 juin car le nouveau Parlement européen sera constitué", a déclaré expliqué une source diplomatique, en référence aux prochaines élections européennes.

Avec AFP

Toutes les actualités

Giscard et l'affaire des "diamants de Bokassa"

Le président français Valery Giscard d'Estaing et le président de la République centrafricaine Jean-Bedel Bokassa assistent à une cérémonie à Bangui, lors de la visite officielle du président français, le 5 mars 1975.

L'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing, décédé mercredi, s'était retrouvé en 1979 au centre de l'affaire dite des "diamants de Bokassa", suscitant une polémique embarrassante avant la présidentielle de 1981 qu'il allait perdre.

Le 10 octobre 1979, l'hebdomadaire français Le Canard enchaîné révèle que Valéry Giscard d'Estaing (VGE), a reçu en 1973, alors qu'il était ministre des Finances, une plaquette de trente carats de diamants offerte par le président centrafricain Jean Bedel Bokassa

La semaine suivante, Le Canard affirme que la valeur de la plaquette est de 1 million de francs et précise que d'autres diamants lui ont été offerts à l'occasion des ses déplacements à Bangui entre 1970 et 1975.

Le 27 novembre, le président Giscard d'Estaing oppose un "démenti catégorique et méprisant" aux allégations concernant la valeur des cadeaux qu'il aurait reçus. "Il faut, dit-il, laisser les choses basses mourir de leur propre poison".

L'hebdomadaire satirique relance l'affaire un an plus tard, le 16 septembre 1980, en publiant un entretien téléphonique avec l'ancien "empereur" centrafricain Jean Bedel Bokassa, déposé de son trône le 20 septembre 1979.

Il affirme "avoir remis à quatre reprises des diamants au couple présidentiel". "Vous ne pouvez pas imaginer ce que j'ai remis à cette famille-là", ajoute Bokassa.

Le 10 mars 1981, VGE déclare à la télévision qu'il "n'y a aucun mystère dans l'affaire des diamants" et que "le produit de ces cadeaux a été versé à des œuvres humanitaires centrafricaines". Il précise que les diamants ont été vendus "au profit de la Croix rouge centrafricaine, d'une maternité, d'une pouponnière et d'une mission".

Selon l'hebdomadaire Le Point du 22 mars 1981, qui a consulté la comptabilité des cadeaux officiels à l'Élysée, les diamants ont été vendus pour une somme de 114.977 francs remise à des œuvres de bienfaisance centrafricaines.

Dans une interview au Washington Post du 8 mai 1981, l'empereur déchu réaffirme avoir offert des diamants à VGE, en présence de témoins, à quatre occasions en huit ans.

Contrairement aux indications du président français, pour qui les diamants reçus n'étaient que de petites pierres, Bokassa affirme lui avoir offert des diamants de 10 à 20 carats. Il soutient également avoir offert à la famille Giscard d'Estaing, dont deux cousins, plus de diamants qu'à n'importe qui d'autre. "Je les ai gâtés", déclare-t-il, ajoutant : "ils sont pourris".

Bokassa reconnaît accorder cette interview, à la veille du second tour de l'élection présidentielle, dans le but d'empêcher la réélection du président centriste VGE. "Je règle mes comptes avec ceux qui ont provoqué ma chute", termine-t-il. Le 10 mai, le socialiste François Mitterrand remporte l'élection présidentielle en France.

Vaccin COVID-19: les pays africains auront-ils suffisamment de doses?

Vaccin COVID-19: les pays africains auront-ils suffisamment de doses?
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

L'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing est mort

L'ancien président français Valery Giscard d'Estaing lors des funérailles d'État de l'ancien chancelier ouest-allemand Helmut Schmidt à l'extérieur de l'église Sankt Michaelis, à Hambourg, le 23 novembre 2015.

L'ancien président français Valéry Giscard d'Estaing, âgé de 94 ans, est décédé mercredi soir "entouré de sa famille" dans le centre de la France, a appris l'AFP auprès de son entourage, confirmant une information de la radio Europe 1.

Plus jeune président de la Ve République lors de son élection (48 ans) en 1974, le centriste Valéry Giscard d'Estaing avait été hospitalisé à plusieurs reprises ces derniers mois pour des problèmes cardiaques.

Pendant son mandat jusqu'en 1981, il a eu une action modernisatrice sur le pays, promulguant d'importantes réformes de société, comme l'autorisation de l'interruption volontaire de grossesse (IVG) ou l'abaissement du droit de vote à 18 ans. Il fut aussi le premier président non gaulliste de la Ve République, après l'emblématique général de Gaulle, et son héritier politique Georges Pompidou.

Il n'avait effectué qu'un seul mandat, battu par le socialiste François Mitterrand en 1981.

M. Giscard d'Estaing, qui séjournait depuis le début du confinement dans sa résidence de campagne à Authon (centre), avait été admis quelques jours dans le service de cardiologie de l'hôpital de Tours du 15 au 20 novembre pour une "insuffisance cardiaque".

Il avait auparavant été hospitalisé quelques jours mi-septembre à à Paris pour une légère infection aux poumons. Mais les médecins avaient écarté une infection au coronavirus.

M. Giscard d'Estaing, qui a fêté ses 94 ans le 2 février, a déjà été hospitalisé à Pompidou en cardiologie à plusieurs reprises il y a quelques années pour la pose de stents.

L'une de ses dernières apparitions publiques remonte au 30 septembre 2019 lors des obsèques à Paris d'un autre président de la République, Jacques Chirac, qui fut son Premier ministre de 1974 à 1976.

Il a aussi fait parler de lui en mai, visé par une enquête pour agression sexuelle après la plainte d'une journaliste allemande. Cette dernière l'accusait de lui avoir touché les fesses lors d'une interview plus d'un an plus tôt.

Le Royaume-Uni, premier pays au monde à approuver un vaccin anti-covid

Le Royaume-Uni, premier pays au monde à approuver un vaccin anti-covid
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:42 0:00

La Camerounaise Djaïli Amadou Amal récompensée par le Goncourt des Lycéens

L'écrivaine camerounaise Djaili Amadou Amal à Paris, le 17 novembre 2020.

L'écrivaine camerounaise Djaïli Amadou Amal a remporté le 33e Goncourt des Lycéens pour "Les Impatientes", roman poignant sur la condition des femmes au Sahel.

"L'écriture est simple et touchante et sonne juste, sans lyrisme superflu. C'est un livre subtil qui permet d'observer la question du mariage forcé par le prisme de ce témoignage émouvant", a déclaré par visio-conférence la présidente du jury lycéen Clémence Nominé.

"Les Impatientes", publiée par la maison d'édition Emmanuelle Colas, est la reprise d'un roman publié dans son pays en 2017 sous un autre titre, "Munyal", mot peul qui signifie patience. S'inspirant de sa propre expérience de femme mariée de force à 17 ans à un polygame, Djaïli Amadou Amal met en scène plusieurs de ces femmes contraintes comme elle d'accepter les codes d'une société patriarcale oppressante.

Emue, Djaïli Amadou Amal s'est dite "très sensible" au choix des lycéens. Pour elle, l'intérêt porté par les jeunes au sujet des violences faite aux femmes "signifie un espoir pour l'avenir".

Pour la phase finale, un jury national composé de 12 lycéens a débattu mercredi matin à huis clos et en distanciel. Créé il y a plus de 30 ans, Le Goncourt des Lycéens est un des prix qui entraîne les meilleures ventes de livres.

Voir plus

XS
SM
MD
LG