Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

RDC

Le nord de Goma paralysé après le meurtre de quatre personnes

Des policiers à Goma, Nord-Kivu, DRC, 29 décembre 2018.

Des habitants d'un quartier de Goma, dans l'est de la République démocratique du Congo, ont barricadé mercredi les routes, paralysant toutes les activités, pour protester contre le meurtre de quatre personnes, dont deux adolescents, tués dans la nuit par des bandits armés.

Des poteaux électriques ont été arrachés pour bloquer toute possibilité de circulation des taxis-motos et des bus dans ce quartier de la capitale du Nord-Kivu, ont constaté deux journalistes de l'AFP.

Des jeunes en colère occupaient les rues en condamnant "l'inaction des autorités face à ces tueries qui durent" depuis le début de l'année et qui ont fait au moins sept morts en six jours, sans que l'identité des assaillants ne soit connue.

"Le soir, un véhicule a déposé des gens qui sont entrés dans un point de recharge de téléphone, ont tiré sur le propriétaire, un adolescent qui tentait de fuir a été atteint à la tête, ensuite ils ont tiré sur une femme qui vendait ses légumes à l'extérieur", a témoigné à l'AFP Yannick Choukourou présent lors de la fusillade.

"Dans leur fuite, un adolescent qui a crié +au voleur+ dans une maison voisine a été criblé de balles", a-t-il encore ajouté. Trois autres témoins présents interrogés par l'équipe de l'AFP ont donné une version semblable des faits.

"Comment peut-on faire preuve d'autant d'incapacité à maitriser des criminels qui tuent des enfants ?", a tempêté entre deux sanglots Janvier Katembo, l'oncle d'un des adolescents tués.

"La police est arrivée après trente minutes. Ils n'ont pas osé poursuivre les bandits armés et ont rebroussé chemin", a encore déploré M. Katembo. Aucune autorité n'était disponible pour répondre aux sollicitations de l'équipe de l'AFP.

Au moins dix personnes ont été tuées par des bandits armés dans des braquages ou au hasard dans les rues de Goma depuis mars. Les autorités n'ont arrêté ni donné l'identité des assaillants.

Repaire de milices et groupes armés, la province du Nord-Kivu est en proie à une forte insécurité depuis plus de deux décennies.

Toutes les actualités

Hausse des prix de la viande dans les marchés maliens

Hausse des prix de la viande dans les marchés maliens
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:33 0:00

Les déplacements des diplomates en RDC soumis à des nouvelles règles

Le président Félix Tshisekedi conduisant à distance une réunion gouvernementale à la Cité de l'Union africaine, Kinshasa, le 26 juin 2020 (Facebook / Présidence de la RDC)

Les diplomates accrédités à Kinshasa sont désormais obligés de faire connaître au préalable aux autorités leurs déplacements à l'intérieur de la République démocratique du Congo, après l'assassinat lundi de l'ambassadeur italien dans l'est du pays, selon la télévision publique mercredi.

A l'issue de la réunion présidé mardi par le chef de l’État Félix Tshisekedi, il a été décidé que "tous les diplomates, présents sur le territoire national sont désormais, obligés de signaler tout déplacement à l'intérieur du pays auprès du gouvernement", a indiqué la présidence congolaise dans un communiqué.

Les diplomates "doivent absolument informer le ministère des Affaires étrangères" avant tout déplacement et "se signaler" aux responsables locaux à leur arrivée dans une entité, a déclaré la cheffe de la diplomatie congolaise Marie-Thérèse Tumba Nzeza à la télévision d’État, RTNC.

L'ambassadeur italien Luca Attanasio, 43 ans, est décédé après avoir été blessé par balles lorsque le convoi du Programme alimentaire mondial (PAM) dans lequel il circulait a été pris dans une embuscade dans la province du Nord-Kivu (est), près de la frontière avec le Rwanda.

Son garde du corps italien, le carabinier Vittorio Iacovacci et un chauffeur congolais du PAM, Moustapha Milambo, ont aussi été tués.

Les corps des deux diplomates ont été rapatriés mardi à Rome. M. Milambo a été inhumé le même jour à Goma, capitale du Nord-Kivu.

L’Italie a demandé mercredi à l'ONU l'ouverture d'une enquête et des "réponses claires" après ce drame.

"Nous avons formellement demandé au PAM et à l'ONU l'ouverture d'une enquête pour faire la lumière sur ce qui s'est passé, les raisons justifiant le dispositif de sécurité mis en place et à qui incombe la responsabilité de ces décisions", a déclaré Luigi Di Maio devant les députés italiens.

La province troublée du Nord-Kivu est considérée comme une des zones les plus dangereuses de la RDC, à la lisière du parc national des Virunga.

Selon des responsables humanitaires, la route sur laquelle circulait le convoi ne nécessitait toutefois pas d'escorte.

Le corps de l'ambassadeur italien et celui de son garde du corps ont été rapatriés

Le corps de l'ambassadeur italien et celui de son garde du corps ont été rapatriés
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:00 0:00

L'ONU escorte la dépouille de l'ambassadeur italien à l'aéroport

L'ONU escorte la dépouille de l'ambassadeur italien à l'aéroport
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:09 0:00

La mort de l'ambassadeur italien "va ralentir le travail du PAM", selon l'analyste Henri Désiré N’Zouzi

La mort de l'ambassadeur italien "va ralentir le travail du PAM", selon l'analyste Henri Désiré N’Zouzi
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:44 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG