Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tunisie

Le groupe État Islamique menace la Tunisie dans une vidéo

Les Tunisiens manifestent contre le retour des jihadistes dans les rues de Tunis, Tunisie, le 8 janvier 2017.

Le groupe Etat islamique (EI), auteur de multiples attentats sanglants en Tunisie, a appelé à de nouvelles attaques dans ce pays, dans une vidéo attribuée à l'organisation jihadiste et présentée comme filmée en Tunisie.

La vidéo montrant des hommes cagoulés et armés et diffusée dans la nuit de mardi à mercredi sur le compte du groupe EI de la messagerie Telegram, ne pouvait être authentifiée dans l'immédiat.

Signé du "bureau médiatique de l'EI en Tunisie", cet enregistrement de propagande est présenté comme filmé dans ce pays, un fait très rare.


Sa diffusion est intervenue trois semaines après un double attentat suicide contre la police à Tunis revendiqué par l'EI et qui a fait deux morts -un policier et un civil.

Dans la vidéo, le groupe d'hommes armés prêtent allégeance au chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi, le "commandeur des croyants".

"Vos soldats et vos fils en terre de Kairouan se portent bien", a déclaré l'un d'eux, surnommé "Abou Omar al-Tounsi (le Tunisien)", s'adressant à Abou Bakr al-Baghdadi. La région de Kairouan (centre) est un haut lieu de l'islam en Tunisie.

Un autre jihadiste surnommé "Abou Khaled al-Tounsi", appelle à "semer la terreur" en Tunisie.

Après la révolution de 2011, la Tunisie a été confrontée à un essor de la mouvance jihadiste, responsable de la mort de dizaines de soldats et de policiers, mais aussi de nombreux civils et touristes étrangers.

Même si la sécurité s'est sensiblement améliorée ces dernières années, l'état d'urgence, instauré en novembre 2015, a sans cesse été renouvelé dans le pays.

Toutes les actualités

Afrotech avec Arzouma: une Tunisienne lance une école d'animation 3D

Afrotech avec Arzouma: une Tunisienne lance une école d'animation 3D
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:04:51 0:00

Minute Eco: Moratoire sur le confinement des employés des sites miniers en RDC

Minute Eco: Moratoire sur le confinement des employés des sites miniers en RDC
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:30 0:00

Identifier les migrants décédés en mer, un travail minutieux pour la Tunisie

Identifier les migrants décédés en mer, un travail minutieux pour la Tunisie
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:56 0:00

Grève sur des sites pétroliers tunisiens dans le sud

Des travailleurs tunisiens lors d'une manifestation devant le siège du syndicat national dans la capitale Tunis, le 17 janvier 2019.

Des employés de sites pétroliers dans le Sahara tunisien se sont mis en grève ouverte samedi à l'appel du puissant syndicat UGTT pour appuyer les demandes des habitants de la région réclamant des emplois, ont indiqué le ministère de l'Energie et le syndicat.

La production de pétrole est "partiellement affectée", a indiqué à l'AFP Hamed Elmatri, conseiller chargé des hydrocarbures au ministère de l'Energie, tout en soulignant que des négociations étaient en cours.

Cette grève intervient après des troubles sociaux fin juin à Tataouine (sud), aux portes du désert, lorsque la police avait tenté de disperser par la force des sit-in de chômeurs réclamant les emplois promis par le gouvernement en 2017.

Cette année-là, après plusieurs semaines de blocage de la production pétrolière sur le site d'El Kamour, le gouvernement avait signé un accord sous la médiation de l'UGTT, prévoyant d'importants investissements dans cette région marginalisée et des milliers de recrutements dans des structures publiques.

Mais en trois ans, moins de la moitié de cet accord a été concrétisé, selon l'ONG anti-corruption I Watch.

A l'issue de deux conseils ministériels spéciaux, le gouvernement a annoncé mercredi la concrétisation de 500 embauches d'ici 2020.

Le Premier ministre Elyes Fakhfakh, fragilisé par des luttes de pouvoir, a assuré jeudi que "l'Etat tiendra ses engagements envers la région de Tataouine", tout en s'excusant "pour les excès et les injures" commis par les policiers à Tataouine.

Face à ces annonces jugées insuffisantes, la plupart des services publics se sont mis en grève vendredi à Tataouine, à l'appel de la puissante centrale syndicale UGTT.

La production de pétrole tunisienne est de 38 à 40.000 barils par jours en moyenne, dont 55% environ est produit dans la région de Tataouine, où sont implantés l'Autrichien OMV, l'Italien ENI et l'Anglais Atog, selon le ministère de l'Enrgie.

A Tunis, les femmes se mettent au vélo, brisant la barrière du genre

A Tunis, les femmes se mettent au vélo, brisant la barrière du genre
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:58 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG