Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tunis estime la situation sécuritaire stabilisée un an après les attaques à Ben Guerdane


Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed dépose une couronne de fleurs en mémoire des victimes des attaques de Ben Guerdane près de la frontière avec la Libye, Tunisie, 7 mars 2018.

Le chef du gouvernement Youssef Chahed s'est félicité de la stabilisation de la situation sécuritaire en Tunisie, en commémorant "la victoire contre le terrorisme" des forces de sécurité lors d'attaques jihadistes sans précédent il y a deux ans.

"Dieu soit loué, la situation sécuritaire s'est stabilisée en Tunisie", a déclaré M. Chahed à Ben Guerdane (sud), ville frontalière de la Libye théâtre le 7 mars 2016 d'une triple attaque contre des installations sécuritaires.

>> Lire aussi : L'état d'urgence prolongé jusqu'à la fin de l'été en Tunisie

"Nous sommes ici pour (...) ne pas oublier ce qui s'est passé le 7 mars et pour consacrer ce jour comme journée nationale de la victoire contre le terrorisme, et Ben Guerdane comme la ville de la victoire contre le terrorisme", a ajouté le chef du gouvernement, qui a aussi inauguré un monument aux victimes.

Le 7 mars 2016 à l'aube, les habitants de Ben Guerdane avaient été réveillés par des tirs nourris. Plusieurs dizaines de jihadistes lourdement armés venaient de lancer des attaques "synchronisées" contre un poste de police, un poste de la Garde nationale (gendarmerie) et une caserne militaire.

Les attaques avaient été repoussées, et 13 membres des forces de sécurité et sept civils avaient péri. Au moins 55 jihadistes ont été abattus dans la riposte des forces de sécurité.

>> Lire aussi : La Tunisie annonce avoir tué un cadre d'Al-Qaïda au Maghreb islamique

Ces attaques visaient selon les autorités tunisiennes à établir un "émirat" du groupe Etat islamique (EI) en Tunisie. Elles étaient intervenues après trois attentats de grande ampleur en 2015, qui avaient tué des dizaines de touristes étrangers et d'agents des forces de l'ordre au musée du Bardo à Tunis, dans un hôtel à Sousse (centre-est) et contre la garde présidentielle dans la capitale.

L'état d'urgence en vigueur depuis cette série d'attentats vient d'être prolongé de sept mois, la présidence tunisienne affirmant vouloir assurer la sécurité durant les municipales du 6 mai, le mois de ramadan et la saison touristique.

Avec AFP

Facebook Forum

XS
SM
MD
LG