Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

République du Congo

Le Congo rouvre ses frontières aériennes

Un avion à l'aéroport de Brazzaville, le 19 juin 2006.

La République du Congo rouvrira lundi ses frontières aériennes, fermées depuis mars comme l'ensemble des frontières du pays pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, ont annoncé jeudi les autorités.

La Coordination nationale de gestion de la pandémie du coronavirus a décidé de "rouvrir les frontières aériennes à partir du lundi 24 août 2020", a déclaré le ministre de la Communication Thierry Moungalla à l'issue d'une réunion.

Les frontières terrestres, fluviales et maritimes restent fermées, sauf pour le transport de fret qui était resté autorisé.

Dans une circulaire, le ministère des Affaires étrangères demande par ailleurs aux agents nommés et affectés dans les missions diplomatiques et consulaires de prendre les dispositions nécessaires pour rejoindre leurs lieux d’affectation à compter de ce lundi 24 août, à la faveur de la réouverture des frontières aériennes.

"Les titres de transport des agents sont à la charge des intéressés. Ils ne feront l’objet d’aucun remboursement", indique également la circulaire, signée par Cyprien Sylvestre Mamina, secrétaire général du ministère.

Une source au ministère des Finances a expliqué à l’AFP que cette disposition (inhabituelle) s’explique par la double crise économique et sanitaire que connaît le petit pays pétrolier de cinq millions d’habitants contraint de signer en 2019 un accord avec le Fonds monétaire international (FMI) pour sortir son économie du gouffre.

Mais, le Congo peine à appliquer les 48 drastiques mesures qui lui ont été imposées.

"Les agents qui n’auront pas rejoint leur poste d’affectation, à partir du moment où les conditions seront réunies, s’exposeront à des sanctions disciplinaires", lit-on encore dans la circulaire.

Le Congo-Brazzaville a enregistré son premier cas de contamination par le nouveau coronavirus le 14 mars et avait fermé l'ensemble de ses frontières aux voyageurs fin mars.

Le dernier bilan de l’épidémie établi par le ministère de la Santé est de 3.850 personnes contaminées, dont 1.628 sont déclarées guéries et 77 sont décédées.

Toutes les actualités

Plus de 25.000 autochtones sont menacés d'apatridie au Congo

Plus de 25.000 autochtones sont menacés d'apatridie au Congo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:54 0:00

La déforestation fait disparaître les chenilles, aliment cher aux populations autochtones

Femmes pygmées à Sembe, dans la Sangha, au nord Congo, le 30 octobre 2021.

Dans les villages des districts de Sembe, de Souanké et de Mokeko, dans la Sangha, au nord Congo, les populations autochtones constatent la rareté des chenilles suite au changement climatique. Faute de solution, il se plaignent de la déforestation.

La population autochtone, considérée comme gardienne de la forêt, subit depuis un moment les effets du changement climatique. Cela impacte leur mode de vie, notamment dans la production de la nourriture où les saisons deviennent de plus en plus courtes.

La situation inquiète. Les pygmées de la Sangha regrettent les temps anciens où il y avait de la nourriture pour tous.

"Aujourd’hui, tout a changé. On court après la pluie. On est souvent surpris par le rythme des pluies qui s’arrêtent", témoigne Simon Koumou, autochtone de Sembé.

Les pygmées du nord Congo vivent particulièrement de la collecte des chenilles, "Mbinzo". Cet aliment riche en protéine est quasiment en voie de disparition, à cause de la déforestation. C’est ce que rapportent les femmes autochtones du village Mokeko.

"La présence humaine au cœur de nos forêts fait disparaître de la nourriture ", affirme Jacqueline Moutoukou, autochtone.

Même constat fait par Bastos, un autochtone de Sembe. " Avant, la collecte des chenilles était bonne. Mais, je n’arrive pas à expliquer pourquoi il y a ce changement. Aujourd’hui, il n’est pas facile d’avoir les chenilles, parce qu’il y a la déforestation", dit-il.

" La nuit à la maison, il y a une grande chaleur, il y a un changement vraiment. Aujourd’hui, on peut faire le tour de la forêt sans trouver une petite quantité de chenilles pour manger avec les enfants", déplore Frédéric Tadinga, autochtone de Mokeko.

Il demande aux sociétés forestières qui exploitent le bois dans leur contrée de respecter les forêts communautaires.

Le président Denis Sassou N’Guesso devrait rentrer bientôt de Glasgow, en Écosse, où il participe à la conférence sur le climat. Avec son homologue de la République démocratique du Congo voisine, Félix Tshisekedi, il tente d'attirer plus d’attention sur la nécessité d'investir dans la préservation des forêts du Bassin du Congo.

Le Festival Congo in Harlem marque son retour à New York

Le Festival Congo in Harlem marque son retour à New York
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:39 0:00

Décès en France de l'ancien Premier ministre Clément Mouamba

Décès en France de l'ancien Premier ministre Clément Mouamba
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:22 0:00

Brazzaville: les ministres ont déclaré leur patrimoine à la Cour suprême

Brazzaville: les ministres ont déclaré leur patrimoine à la Cour suprême
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:50 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG