Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Fait rarissime, un dimanche sans assemblée de prière à Brazzaville


la cathédrale de Brazzaville vide, le 21 mars 2020. (VOA/Arsène Séverin)

Le Congo-Brazzaville a vécu dimanche sa première journée sans réunion de prière. Les autorités, qui avaient décidé de la fermeture de tous les lieux de culte, viennent également de fermer les frontières.

Le 22 mars était un dimanche calme, sans son de cloche ni chants de chorale, encore moins les habituels cris d'adoration ou bruits de tam-tam. Un fait rarissime. Depuis la confirmation de cas de coronavirus dans le pays, le gouvernement a décidé de fermer les lieux de culte.

A la Cathédrale du Sacré-Cœur de Brazzaville, la plus ancienne cathédrale d’Afrique centrale toujours en activité, les fidèles catholiques, en préparation de la fête de Pâques, expriment leur émoi face à cette situation inédite.

"Nous sommes frustrés parce qu'en pleine période de Pâques​, nous étions sensés adorer Dieu et prier", déplore un fidèle qui traîne devant la cour de la cathédrale.

Impossible d'y entrer.

"C'est complètement fermé, et cela dérange tout le monde. De temps en temps, on constate que les gens viennent même si c'est fermé. Moi je suis un maître de chants, je propose de la musique aux chrétiens et j'aime le silence de cet endroit", témoigne un autre fidèle.


Devant la chapelle du Ministère de la Voie du Salut, au quartier Moungali, aucune âme. Le pasteur a donné des consignes que les fidèles suivent avec rigueur.

"Mon pasteur, qui a compris le message gouvernemental, le respecte, et nous a demandé de faire avec lui la prière au téléphone. De temps en temps, quand j'ai un problème qui me dépasse, j'appelle mon pasteur, il prie pour moi", explique Laudes Martial Mbon, fidèle de cette église.

Même constat à Grand Ravin, au quartier Makelekele, où l'on retrouve les adeptes du Kingunza, un culte initiatique qui retrace ses origines à l'Egypte antique.

"Pas de culte, les paroisses sont fermées tel que c'est dit par le gouvernement", explique Antoine Malela Mayinga, le pasteur général de cette dénomination, plus connue sous le nom de l'Église Unie du Saint-Esprit au Congo​. "Nous avons laissé la latitude aux responsable des paroisses de s'organiser, mais en tenant compte des mesures qui sont prises par l'Etat et de la note circulaire que nous avons envoyée dans nos paroisses. Ils doivent aller vers les chrétiens, mais pas en grand nombre", précise-t-il.

"Ce qui nous manque, c'est l'ambiance habituelle, c'est la façon dont nous célébrons nos cultes selon notre liturgie. Mais en fait aussi, cela ne nous manque pas, parce que nous avons des illustrations dans la Bible qui nous indiquent que nous pouvons, dans certaines circonstances, vivre la Pâques de cette manière", souligne le pasteur Edouard Moukala, président de l'Église évangélique du Congo.


La classe politique saisit la gravité du moment et met de côté ses dissensions pour rallier la nation congolaise.

Samedi, la présidente de la Fédération de l'opposition congolaise, Claudine Munari, a appelé toutes les forces vives à soutenir l'action du gouvernement dans la lutte contre le coronavirus. Une trêve rendue nécessaire par l'urgence sanitaire en cours. "Les autres problèmes demeurent", clarifie-t-elle.

Le Congo compte désormais quatre cas confirmés de coronavirus, selon les données de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Les autorités ont procédé à la fermeture de toutes les frontières. Le quatrième cas a été détecté à Pointe-Noire, la cité pétrolière du pays.

Les autorités congolaises ont réquisitionné des centres de santé à Brazzaville, à Pointe-Noire et à Oyo (Nord) pour la prise en charge des malades du COVID-19.

Voir les commentaires (1)

XS
SM
MD
LG