Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

Jugement d'un néonazi américain pour meurtre

Premiers secours autour d’un véhicule qui a foncé sur un groupe de manifestants lors d’un rassemblement à Charlottesville, Virginie, 11 août 2017.

Les avocats d'un néonazi américain jugé pour le meurtre d'une manifestante à Charlottesville l'an dernier ont assuré qu'il était "mort de peur" lorsqu'il a foncé dans la foule avec son véhicule, alors que l'accusation a pointé du doigt sa "colère".

Le procès de James Fields, 21 ans, poursuivi pour assassinat, s'est ouvert lundi. Il est accusé d'avoir tué une militante anti-raciste de 32 ans, Heather Heyer, et blessé plusieurs personnes lors d'un rassemblement de l'extrême droite américaine en août 2017 dans cette petite ville de Virginie.

Si le fait qu'il ait été au volant de la Dodge Challenger n'est pas contesté, ses intentions sont au coeur des argumentaires de la défense et de l'accusation.

L'un de ses avocats, John Hill, a ainsi décrit le 12 août 2017 comme une journée de chaos où "des disputes éclataient" entre manifestants et contre-manifestants, dont certains étaient armés.

Selon lui, James Fields a exprimé des remords après son arrestation. Il a confié à la police qu'il "avait craint pour sa sécurité et qu'il était mort de peur", a assuré Me Hill.

L'accusation a au contraire argué que le jeune homme avait agi de manière préméditée, et qu'un monceau de preuves (photos et vidéos) le montraient.

"Regardez ce qu'il a fait ce jour-là. Ecoutez les mots qu'il scande. Regardez les expressions sur son visage", a lancé la procureure Nina Antony.

Peu avant que le jeune homme ne lance sa voiture sur la foule de contre-manifestants, il s'est "mis complètement à l'arrêt à une certaine distance du groupe" et a fait vrombir son moteur tout en regardant le groupe, a-t-elle poursuivi.

La procureure a également évoqué deux images publiées par James Fields sur Instagram en mai 2017.

"Sur ces deux images, on peut voir un groupe décrit comme étant composé de manifestants être percuté", a-t-elle dit.

"Le 12 août, James Alex Fields Junior était ici à Charlottesville avec de la colère et des images de violence imprimées dans la tête", a-t-elle martelé.

Le rassemblement à Charlottesville avait été organisé par des nationalistes blancs pour protester contre le déboulonnement annoncé d'une statue du général sudiste Robert Lee.

Au second jour des manifestations, le 12 août 2017, des heurts avaient éclaté entre des néonazis et des manifestants antifascistes, culminant avec l'attaque à la voiture.

Toutes les actualités

Un nouveau documentaire braque les projecteurs sur les infirmiers

Un nouveau documentaire braque les projecteurs sur les infirmiers
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

Trump donne finalement le feu vert à la transition

Trump donne finalement le feu vert à la transition
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:38 0:00

Les présidents américains ont souvent recours aux décrets

Les présidents américains ont souvent recours aux décrets
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:30 0:00

Snapchat lance Spotlight, un fil public de vidéos sur le modèle de TikTok

Une bannière géante de Snap Inc affichée devant la bourse de New York. 2 mars 2017. (AP Photo/Mark Lennihan)

Ses "stories" éphémères ont été largement copiées par les autres réseaux, mais c'est au tour de Snapchat de s'inspirer de ses jeunes concurrents : l'appli au logo fantôme lance "Spotlight", un fil public de contenus produits par ses utilisateurs, sur le modèle de TikTok.

Les utilisateurs de Snapchat - en majorité des ados et jeunes adultes - ne postaient jusqu'à présent leurs photos et vidéos que pour leurs contacts ou dans des messages privés... Ou sur des réseaux concurrents.

A partir de lundi, dans 11 pays dont les États-Unis et la France, ils pourront diffuser leurs créations plus largement, en restant sur l'appli, sur un fil public, personnalisé automatiquement par l'algorithme en fonction des goûts des spectateurs.

Cette formule a fait le succès de TikTok, avec, pour les influenceurs, l'espoir de créer une vidéo virale, et, pour les utilisateurs, la possibilité de faire défiler une sélection sur mesure de contenus courts.

Mais Snapchat, qui travaille sur Spotlight depuis un an et demi, a tiré des leçons des modèles existants, comme TikTok ou Reels, la version d'Instagram.

Pour commencer, les contenus devront être approuvés par les modérateurs de la plateforme. Au début, chaque vidéo publiée aura été vue par une personne au préalable, a expliqué la société à l'AFP. Par la suite, ce sera sans doute une combinaison d'intervention humaine et d'intelligence artificielle.

No comment

L'appli fréquentée par près de 250 millions de personnes au quotidien n'a pas révélé combien de modérateurs travaillent à cette tâche potentiellement gargantuesque, mais estime que l'enjeu en vaut la chandelle.

Les dirigeants préfèrent choisir les contenus qui seront vus par des millions de personnes plutôt que de devenir une plateforme ouverte qui doit sans cesse se préoccuper de retirer les contenus problématiques.

Facebook (sur son réseau principal et sur Instagram), TikTok, Youtube et les autres se voient régulièrement reprocher de ne pas lutter suffisamment contre la désinformation, les incitations à la violence ou les discours de haine.

Snapchat connaît aussi ce genre de problèmes, qui nuisent à la confiance des utilisateurs et des annonceurs publicitaires. Il y a quelques jours, dans la ville française d'Annecy (est), un lycéen a été mis en examen pour avoir menacé de mort une enseignante sur le réseau.

Autre différence majeure avec les fils rivaux : il n'y aura pas de commentaires publics sur Spotlight. Tout au plus les utilisateurs pourront-ils faire des remarques privées aux créateurs, s'ils n'ont pas publié leurs contenus de façon anonyme et acceptent d'être contactés.

La plateforme entend ainsi créer un environnement positif, où il n'est pas possible d'être désagréable, contrairement à TikTok où même les influenceurs suivis par des millions de personnes se retrouvent à partager leurs vidéos sur un espace où ils font face à beaucoup de négativité, selon un porte-parole de Snapchat.

Le million

N'importe quel créateur, qu'il soit suivi par des dizaines ou des milliers de personnes, pourra cliquer sur la case Spotlight après avoir réalisé une vidéo avec (ou sans) les célèbres filtres de l'appli, des oreilles de chat aux visages et voix déformés.

Snapchat insiste sur l'égalité entre utilisateurs, qui se disputeront d'éventuels gains financiers sur la base de l'intérêt suscité par leurs contenus. Plus d'un million de dollars seront distribués chaque jour.

"Les 'snaps' sont évalués sur la base des interactions avec les gens, comme le temps passé à regarder une vidéo ou les cœurs attribués. Les revenus sont déterminés en fonction du nombre de visionnages uniques", précise un communiqué.

Plus de deux ans après son entrée en Bourse, Snapchat n'a toujours pas réussi à dégager de profits. Au troisième trimestre, la société a ainsi perdu 200 millions de dollars.

Mais elle a doublé son chiffre d'affaires en rythme annuel, à 680 millions, notamment grâce au lancement réussi de nouveaux outils, pour inciter ses utilisateurs à passer toujours plus de temps sur l'application, et de nouveaux produits publicitaires, pour "essayer" des accessoires en réalité augmentée ou s'immerger dans l'univers d'une marque.

En 2013, Snapchat avait inventé les "stories", des histoires qui disparaissent 24 heures après avoir été mises en ligne. Ultra populaires, elles ont été copiées par Facebook (d'abord sur Instagram, en 2016) et plus récemment par Twitter qui vient de lancer les "fleets".

Décrets présidentiels: Biden, comme Trump, ne s'en privera pas

Décrets présidentiels: Biden, comme Trump, ne s'en privera pas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:03:16 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG