Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

États-Unis

L'abécédaire de Donald Trump, de "Amérique" à "zéro"

Le président Donald Trump à la base commune de Pearl Harbor Hickam, Hawaï, 3 novembre 2017.

Un an après l'élection de Donald Trump, voici l'action du 45e président des Etats-Unis résumée de A à Z.

AMÉRIQUE D'ABORD: le slogan de Donald Trump, qui résume son idéologie politique depuis son arrivée au pouvoir.

Steve Bannon
Steve Bannon

BANNON, Steve: Ancien conseiller stratégique du président, aux idées très droitières et nationalistes, qui continue de défendre le "trumpisme" depuis son éviction de la Maison Blanche en août. Il a repris la tête du site d'informations Breitbart.

CHANGEMENT CLIMATIQUE: le président climato-sceptique a annoncé le retrait des Etats-Unis de l'accord de Paris sur le changement climatique, faisant de son pays le seul à rester en marge de cette coalition mondiale, avec la Syrie.

Hillary Clinton
Hillary Clinton

CLINTON, Hillary: Près d'un an après sa victoire, le républicain continue de s'en prendre régulièrement à son adversaire démocrate, toujours surnommée "Hillary la crapule", accusée de bénéficier du soutien de la Silicon Valley, des Russes et des médias.

FILE - Kellyanne Conway, senior adviser to President Donald Trump, speaks during an interview outside the White House, in Washington, May 10, 2017. The White House Wednesday posted on its website ethics waivers granted to four ex-lobbyists and numerous ot
FILE - Kellyanne Conway, senior adviser to President Donald Trump, speaks during an interview outside the White House, in Washington, May 10, 2017. The White House Wednesday posted on its website ethics waivers granted to four ex-lobbyists and numerous ot

CONWAY, Kellyanne: une proche conseillère du président à l'origine de l'expression "faits alternatifs", utilisée pour défendre les affirmations - erronées - de la Maison Blanche qui assurait que l'investiture de Donald Trump avait rassemblé plus de spectateurs que celle de Barack Obama en 2009.

DREAMERS: 690.000 jeunes clandestins surnommés "Dreamers" (rêveurs) disposent d'un permis de séjour temporaire, en vertu d'un programme créé par Barack Obama, que Donald Trump a supprimé. Ils disposent de six mois de sursis avant que le Congrès ne légifère sur leur sort.

EXCLAMATION. point d': Le signe de ponctuation préféré de Donald Trump, qui vient souvent conclure ses tweets rageurs.

FAKE NEWS: fausses informations. La manière dont la Maison Blanche décrit la couverture médiatique de la presse quand elle n'est pas favorable à son locataire.

Neil Gorsuch
Neil Gorsuch

GORSUCH, Neil: Juge conservateur nommé à la Cour suprême par M. Trump en janvier. La décision a été approuvée par le Sénat, dans ce qui est l'une des rares victoires politiques de Donald Trump depuis le début de son mandat.

IRAK: pays du Moyen-Orient que le président a confondu avec la Syrie, lors d'une interview télévisée. Il évoquait les frappes sur une base aérienne de Bachar al-Assad, après l'attaque au gaz sarin de Khan Cheikhoun.

Jared Kushner
Jared Kushner

KUSHNER, Jared: gendre et haut conseiller du président, notamment impliqué dans le processus de paix israélo-palestinien. Il a reconnu avoir utilisé sa messagerie personnelle non sécurisée pour communiquer avec d'autres responsables de l'exécutif.

LIMOGEAGE: Sept membres importants de l'administration Trump ont démissionné ou ont été forcés de prendre la porte en un an (Tom Price, Sebastian Gorka, Steve Bannon, Anthony Scaramucci, Reince Priebus, Sean Spicer, Michael Flynn).

MUR: le président entend toujours construire un mur anti-immigration avec le Mexique. Le mur devra être transparent par endroits et sera également recouvert de panneaux solaires, pour financer sa construction, a précisé le chef de l'Etat.

NUCLÉAIRE: arme. La Corée du Nord la possède mais a été prévenue par le chef des armées américain: "le feu et la colère" s'abattront sur elle si elle continue de menacer les Etats-Unis.

OPIACÉS: la crise de dépendance aux opiacés, véritable fléau tuant près de 150 Américains par jour, a poussé le président à déclarer "l'urgence de santé publique d'ampleur nationale".

PORTO RICO: après l'ouragan Harvey qui a ravagé ce territoire américain en septembre, le milliardaire a notamment reproché à l'île de "déstabiliser" le budget des Etats-Unis, avant de distribuer des rouleaux de papier essuie-tout à des habitants à la manière d'un basketteur marquant un panier.

Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson s'est entretenu jeudi matin avec la Première ministre britannique Theresa May, première d'une série de rencontres sur la Libye et la Corée du Nord, à Londres, Royaume-Uni, 14 septembre 2017. (Twitter/Department
Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson s'est entretenu jeudi matin avec la Première ministre britannique Theresa May, première d'une série de rencontres sur la Libye et la Corée du Nord, à Londres, Royaume-Uni, 14 septembre 2017. (Twitter/Department

QI: Donald Trump ne croit pas la chaîne NBC News, qui a rapporté que son secrétaire d'Etat Rex Tillerson l'avait traité de "débile" à la fin d'une réunion au Pentagone. Mais, visiblement vexé, il a quand même déclaré: "S'il l'a dit, je pense qu'il faudra comparer nos tests de QI. Et je peux vous dire qui va gagner".

RUSSIE: le pays soupçonné de collusions avec la campagne du républicain pour remporter la victoire sur Hillary Clinton en 2016. L'affaire russe et les nombreuses enquêtes auxquelles elle a donné lieu empoisonnent la vie du président. En mai, ce dernier a renvoyé James Comey, le directeur du FBI, qui enquêtait sur ce dossier. Depuis un procureur spécial indépendant, Robert Mueller, a été nommé et il vient de mettre en accusation trois anciens membres de l'équipe de campagne de M. Trump, accusés notamment de complot contre les Etats-Unis, blanchiment et fausses déclarations.

Anthony Scaramucci
Anthony Scaramucci

SCARAMUCCI, Anthony : éphémère directeur de la communication de la Maison Blanche, il n'est resté en poste que 10 jours. La faute à une interview dans laquelle il a utilisé des insultes particulièrement ordurières à l'encontre d'autres responsables de la Maison Blanche.

TWITTER: Le moyen de communication préféré du président, qui multiplie coups de gueule et déclarations politiques sur le réseau social aux 140 caractères. Il y compte plus de 40 millions de "followers", aime-t-il à rappeler.

USA: bien détacher les lettres en le prononçant, en accentuant le "A". Chant de campagne répété par la foule pendant les discours de campagne de M. Trump.

VOLUPTUEUSE: Mot utilisé par l'ancien magnat de l'immobilier pour désigner sa fille Ivanka quand elle était plus jeune. Il avait également déclaré qu'il sortirait "totalement" avec elle si elle n'était pas sa fille, et était d'accord pour qu'on la qualifie de "bonne".

WASHINGTON: capitale des Etats-Unis, que Donald Trump avait qualifiée de "marigot". Il s'en échappe souvent les week-ends pour se rendre dans l'un de ses clubs de golf.

XÉNOPHOBIE: accusation portée contre Donald Trump par beaucoup de ses détracteurs après la signature de ses décrets migratoires, bloqués par la justice, interdisant l'entrée sur le territoire aux citoyens de plusieurs pays à majorité musulmane.

Chuck Schumer
Chuck Schumer

YO-YO: jouet que l'on fait monter et descendre le long d'un fil, dégageant une impression semblable à ce que ressentent les spécialistes qui tentent d'analyser la politique du président, qui manque souvent de fil conducteur. "Ce président zigzague en permanence, c'est impossible de gouverner", s'est ainsi plaint Chuck Schumer, chef de l'opposition démocrate au Sénat.

ZERO: chiffre souvent utilisé par le président dans ses tweets, parfois en majuscules pour accentuer sa démonstration. "Nous avons eu ZÉRO vote des démocrates", écrivait-il par exemple le 20 octobre.

Avec AFP

See all News Updates of the Day

Trump accueille son "ami" Netanyahu en pleine campagne

Le président Donald Trump lors d'une réunion avec le Premier ministre israélien Benjamin pendant l'Assemblée générale des Nations Unies, le mercredi 26 septembre 2018.

Deux "amis" qui devraient faire assaut d'amabilités: Donald Trump, revigoré par les conclusions de l'enquête Mueller, reçoit lundi à la Maison Blanche Benjamin Netanyahu à 15 jours d'élections législatives israéliennes à l'issue incertaine.

Cette visite, initialement prévue sur deux jours, sera toutefois écourtée, a annoncé le Premier ministre israélien à la suite d'un tir de roquette en provenance de la bande de Gaza dans la nuit de dimanche à lundi, qui a fait cinq blessés en Israël.

M. Netanyahu a indiqué qu'il rentrerait dans son pays aussitôt après sa rencontre avec Donald Trump, promettant de riposter "avec force" à cette "attaque criminelle".

Un tête-à-tête est prévu dans le Bureau ovale lundi en milieu de journée. Le président américain espère manifestement donner un coup de pouce au Premier ministre israélien, un homme "dur, intelligent, fort" selon ses propres termes.

Pour leur troisième rencontre à Washington, le président de la première puissance mondiale offrira au Premier ministre un cadeau de taille: l'officialisation de la reconnaissance de la souveraineté israélienne sur la partie du plateau du Golan syrien occupée et annexée par l'Etat hébreu.

Israël a conquis une grande partie du Golan syrien (1.200 km2) lors de la guerre des Six Jours en 1967, avant de l'annexer en 1981. Cette annexion n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Si le milliardaire républicain a assuré la main sur le coeur que cette initiative n'avait rien à voir avec le scrutin pour renouveler la Knesset, il est difficile de ne pas voir un signe fort dans le calendrier de cette annonce.

Pour Benjamin Netanyahu, qui se présente comme l'homme le mieux placé pour gérer les relations avec les Etats-Unis et son impétueux président, ce geste atteste de leur "amitié".

"Est-ce que la rencontre de Netanyahu avec Trump demain (lundi) peut l'aider à se faire réélire? Comme disait ma grand-mère à propos de sa soupe de poulet, ça ne peut pas faire de mal", résumait d'un tweet Aaron David Miller, ancien diplomate américain, négociateur dans plusieurs administrations démocrates comme républicaines.

- Panneaux publicitaires géants -

Au pouvoir depuis une décennie, M. Netanyahu est sous la menace d'une inculpation pour corruption présumée dans trois affaires. Et l'ancien chef d'état-major Benny Gantz se présente comme un adversaire sérieux pour les élections du 9 avril.

Le tête-à-tête dans le Bureau ovale aura lieu le même jour qu'une allocution de ce dernier à Washington, lors de la conférence du lobby pro-israélien Aipac.

Si d'autres présidents américains ont bien sûr entretenu des relations étroites avec des dirigeants israéliens au cours des décennies écoulées, l'alignement entre MM. Trump et Netanyahu est, à de nombreux égards, sans précédent.

Depuis son intronisation en janvier 2017, l'ancien homme d'affaires de New York a multiplié les gages en faveur de l'Etat hébreu, avec en particulier la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël en décembre 2017, et le transfert de l'ambassade américaine de Tel-Aviv dans la ville sainte au mois de mai suivant.

Et, même à distance, le locataire de la Maison Blanche est déjà bien présent depuis des semaines dans la campagne: les partisans de M. Netanyahu ont affiché aux entrées de Jérusalem et Tel-Aviv des panneaux publicitaires géants des deux hommes se serrant la main.

A Washington, Benjamin Netanyahu pourrait revendiquer une autre victoire diplomatique: la Première ministre roumaine Viorica Dancila a promis dimanche que son pays allait déménager son ambassade en Israël de Tel-Aviv à Jérusalem, un transfert qui serait en rupture avec la position européenne et auquel s'oppose toutefois le président roumain.

Avec AFP

Enquête Mueller: revigoré, Trump se dit "totalement disculpé"

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche le 24 mars 2019. REUTERS / Carlos Barria

Donald Trump s'est dit dimanche "totalement disculpé" par le procureur spécial Robert Mueller, lequel a conclu à l'absence d'éléments prouvant qu'il se soit entendu avec la Russie à la présidentielle 2016, et levé ainsi une lourde hypothèque sur son avenir politique.

De "très bonne humeur", selon l'un de ses porte-parole s'exprimant à son retour de son luxueux club en Floride, le président américain devait lundi et mardi recevoir à Washington un allié, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu puis, déjà en campagne pour 2020, reprendre dès jeudi ses meetings.

Les conclusions de l'enquête Mueller ont été rendues publiques dimanche par le ministre de la Justice Bill Barr. Et elles procurent une immense bouffée d'oxygène au milliardaire républicain dans la perspective de la prochaine présidentielle où il entend briguer un second mandat de quatre ans.

"Pas de collusion, pas d'obstruction, DISCULPATION complète et totale", a tweeté le locataire de la Maison Blanche. Il dénonçait depuis des mois une "chasse aux sorcières" orchestrée par les démocrates qui n'auraient pas digéré sa victoire-surprise face à Hillary Clinton.

"Honnêtement, c'est une honte que votre président ait eu à subir cela", a-t-il ensuite déclaré, dénonçant une "entreprise de démolition illégale qui a échoué".

Dans un courrier de quatre pages, M. Barr a indiqué que les investigations du procureur spécial n'avaient pas démontré que "l'équipe de campagne Trump ou qui que ce soit associé à celle-ci se soit entendu ou coordonné avec la Russie dans ses efforts pour influencer l'élection présidentielle américaine de 2016".

- "Excellente journée" pour Trump -

Les leaders démocrates du Congrès ont exigé dimanche soir la publication du rapport "complet", estimant que le ministre de la Justice n'était "pas un observateur neutre". "La lettre du ministre de la Jutice (Bill) Barr pose autant de questions qu'elle apporte de réponses", ont écrit la présidente démocrate de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de file de la minorité au Sénat, Chuck Schumer. "Il est urgent que le rapport complet et tous les documents associés soient rendus publics", ont-ils ajouté.

"Loin de la +disculpation complète+ revendiquée par le président, le rapport Mueller n'innocente clairement pas le président", ont de leur côté réagi les démocrates Jerrold Nadler, Adam Schiff et Elijah Cummings, qui dirigent trois puissantes commissions parlementaires du Congrès. Ils ont insisté sur le fait que, sur l'autre question centrale de l'enquête russe, celle d'une éventuelle entrave à la justice de la part du président américain, M. Mueller n'avait pas livré de conclusion définitive.

Mais M. Barr, premier destinataire du rapport d'enquête tant attendu, a conclu de son côté que le document, qu'il a passé en revue depuis vendredi, ne mentionnait aucun délit susceptible d'entraîner des poursuites judiciaires sur le fondement de l'entrave à la justice.

"Excellente journée pour le président Trump et son équipe (...) Mauvaise journée pour ceux qui espéraient que l'enquête Mueller ferait tomber le président Trump", a tweeté le sénateur républicain Lindsey Graham, qui a joué au golf ce week-end en Floride avec le président.

- 675 jours d'enquête -

Robert Mueller a mis un terme à ses investigations à l'issue d'une enquête de 675 jours sur laquelle très peu d'éléments ont fuité mais qui a tenu le pays en haleine, rappelant celle du Watergate qui a poussé Richard Nixon à la démission en août 1974.

Image forte: le discret et méthodique ancien patron du FBI s'est rendu dimanche matin à l'église épiscopalienne Saint-John, situé juste en face de la Maison Blanche. Il a brièvement souri aux photographes, sans dire un mot.

Comme pour préparer le terrain à l'absence de révélations fracassantes, certains élus démocrates s'étaient employés dimanche à souligner les limites de l'enquête menée par l'ancien patron du FBI.

"Le procureur spécial enquêtait dans un cadre restreint (...) Ce que le Congrès doit faire, c'est avoir une vue d'ensemble", a souligné sur CNN Jerry Nadler, président démocrate de la puissante commission judiciaire de la Chambre des représentants.

Forts de leur nouvelle majorité à la Chambre, les démocrates ont lancé plusieurs enquêtes parlementaires allant des soupçons de collusion avec Moscou aux paiements pour acheter le silence de maîtresses supposées en passant par d'éventuelles malversations au sein de l'empire Trump.

- "Mettre fin au trumpisme" -

Le chef d'inculpation de "collusion" n'a jamais été retenu pour les 34 personnes mises en cause dans ce dossier, parmi lesquelles six proches collaborateurs de Trump.

L'enquête a notamment entraîné la spectaculaire déchéance judiciaire de son ex-chef de campagne, Paul Manafort, ou encore de son ex-avocat personnel, Michael Cohen, tous deux condamnés à la prison pour des malversations diverses et des déclarations mensongères.

Pour Pete Buttigieg, jeune maire de la ville de South Bend (Indiana) et candidat aux primaires démocrates pour la présidentielle, le document tant débattu est important mais son camp ne doit pas perdre de vue l'échéance de novembre 2020.

"La façon la plus claire de mettre fin au trumpisme est de le battre de manière massive dans les urnes", a-t-il expliqué.

Avec AFP

Des dizaines de serpents retirés dans une maison au Texas

Des dizaines de serpents retirés dans une maison au Texas
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:42 0:00

Un chat paniqué aidé par une équipe de secours

Un chat paniqué aidé par une équipe de secours
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:48 0:00

La Syrie et les autres pays arabes réagissent sur le Golan

La Syrie et les autres pays arabes réagissent sur le Golan
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:35 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG