Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Tchad

100 jeunes en formation dans le domaine agro-sylvo-pastoral

Vue des participants à la formation AYA CHAD, le 11 octobre 2019. (VOA/André Kodmadjingar)

La 1ère édition du camp agro-écologique "Aya Boot Camp" a lieu du 10 au 16 octobre à une trentaine de kilomètre de N’Djamena. Ce camp est une initiative de la section tchadienne de l’ONG African Youth in Agribusness (Aya Chad), qui vise à stimuler et coordonner l’engagement des jeunes dans le secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique.

"AYA BOOT CAMP", est une approche de formation des jeunes aux métiers de l’agriculture, de l’environnement, de l’élevage et de la pêche.

Environ 100 jeunes de différentes provinces du pays ont été sélectionnés sur la base des projets innovants. Ils seront outillés une semaine durant des techniques leur permettant de surmonter les obstacles qu’ils rencontrent dans la création des activités du secteur agro-sylvo-pastoral et halieutique.

Quelques jeunes diplômés, sans emploi et qui ont des projets porteurs, rêvent déjà d’embaucher les autres jeunes afin de lutter contre le chômage et l’exode rural s’ils arrivent à obtenir un financement.

Vu le problème de chômage qui se pose avec acuité au Tchad, ces jeunes participants s’engagent à recruter les autres pour lutter ainsi contre le chômage.

Mémadji Darby, communnicatrice de formation, le 11 octobre 2019. (VOA/André Kodmadjingar)
Mémadji Darby, communnicatrice de formation, le 11 octobre 2019. (VOA/André Kodmadjingar)


Les fonctionnaires porteurs de projets agropastoraux rêvent aussi de devenir leur propre patron, comme Mémadji Darby, communicatrice de formation.

Elle se dit prête à changer de carrière puisqu’elle porte un projet sur l’agropastoralisme.

"La verdure, l’élevage, c’est ce qui a accompagné mon enfance, donc j’ai aussi aimé le travail de la terre", a-t-elle dit avant d’ajouter qu’elle voulait "avoir sa propre ferme et commencer avec l’élevage de poule, la volaille".

Cette formation offre un aperçu des potentialités du secteur agro-sylvo-pastoral et halieutiques comme bases de création d’emplois et sources de revenus pour les jeunes. Mais, seront-ils financés, ou auront-ils des espaces nécessaires pour mettre en pratique les connaissances acquises?

Fatimé Souckar Térap, présidente de l'ONG AYA CHAD, le 11 octobre 2019. (VOA/André Kodmadjingar)
Fatimé Souckar Térap, présidente de l'ONG AYA CHAD, le 11 octobre 2019. (VOA/André Kodmadjingar)


Pour la présidente de l’ONG AYA CHAD, Fatimé Souckar Térap, "financé c’est trop dire, mais un appui technique oui". Elle informe que son organisation a offert 45 hectares à ces jeunes-là.

Ils vont se spécialiser dans leurs domaines et puis après, l’appui financier viendra, car précise-t-elle, pour que "quelqu’un investisse, il veut voir la concrétisation, avec des suivis pendant un an sur le terrain".

Cette formation est une opportunité pour les jeunes de créer leur propre futur et d’apporter leur contribution aux communautés auxquelles ils appartiennent.

(Envoyé spécial à Mabrio.)

Toutes les actualités

Un procureur tchadien assassiné à coups de couteau dans son bureau

Un procureur tchadien assassiné à coups de couteau dans son bureau
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:01:18 0:00

Grève des magistrats tchadiens après l'assassinat d'un procureur à son lieu de travail

La cour de justice de N’Djamena, au Tchad, le 8 novembre 2007.

Un procureur a été assassiné mercredi à Oum-Hadjer, une ville située au centre du Tchad, par un individu armé d’une arme blanche. Les deux corporations des magistrats du pays, "indignés", ont décidé d’observer trois de grève sur toute l’étendue du territoire tchadien.

Ahamat Mahamat Hamba, procureur de la République près le tribunal de grande instance d’Oum-Hadjer dans la province du Batha, a été assassiné dans son bureau par un individu à coups de couteau.

Le 13 mai, Abdelaziz Ousman, la trentaine révolue, a succombé dans un débit de boisson à fabrication locale. Informé, le ministère public à travers le parquet de grande instance d’Oum-Hadjer ouvre une information judiciaire.

Une vingtaine de personnes ont été appréhendées pour mesure d’enquête sur la mort d’Abdelaziz Ousman. Quatre prévenus ont trouvé la mort en prison pour mauvaise condition de détention. Le présumé assassin se réclame parent d’un des détenus décédé à la maison d’arrêt de la localité.

Colère et indignation des corporations des magistrats du Tchad, notamment le Syndicat des magistrats du Tchad et le Syndicat autonome des magistrats du Tchad.

Grève des magistrats pour protester contre l'assassinat d'un de leur collègue (VOA/André Kodmadjingar)
Grève des magistrats pour protester contre l'assassinat d'un de leur collègue (VOA/André Kodmadjingar)

Pour Djonga Arafi, secrétaire général du Syndicat des magistrats du Tchad, "si les tribunaux étaient dotés des agents de sécurité, celui-là ne pourra pas entrer avec son arme blanche pour assassiner notre collègue". Il qualifie cet assassinat de "crapuleux" et informe que les deux corporations des magistrats ont unanimement décidé séance tenante d’observer une grève de trois jours sur toute l’étendue du territoire à partir de ce mercredi avec effet immédiat.

Selon des témoins, le présumé assassin a été aussitôt tué par le service de sécurité. Un chef de communauté qui se trouve sur le lieu a reçu une balle perdue et un gendarme a été blessé. Actuellement le corps du procureur et de son assassin sont à la morgue de l’hôpital d’Oum Hadjer.

Réfugiés: le Tchad, "espace d'asile ouvert" pour 1 million de personnes

Réfugiés: le Tchad, "espace d'asile ouvert" pour 1 million de personnes
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:59 0:00

L'ONU souhaite une approche combinant humanitaire, développement et sécurité du Sahel

Un groupe de filles du Niger attend l'arrivée d'un convoi des Nations Unies dans le village de Sabon Machi, dans la région de Maradi, au Niger, le 16 août 2018.

La région du Sahel, où l'opération française Barkhane va céder la place à une coalition internationale, requiert une approche coordonnée combinant humanitaire, développement et sécurité, a indiqué le chef de l'Agence de l'ONU pour les réfugiés.

Le président français Emmanuel Macron a annoncé le 10 juin une réduction de la présence militaire française au Sahel, marquée par la fermeture de bases et une réarticulation de la lutte antijihadiste autour d'une "alliance internationale" associant des Européens.

Selon le dernier rapport du Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) sur les déplacements dans le monde publié vendredi, environ 750.000 personnes ont été nouvellement déplacées au Sahel, "dans ce qui est peut-être la crise régionale la plus complexe au monde".

"La dynamique de la crise est donc négative", a déclaré le Haut Commissaire Filippo Grandi, dans un entretien à l'AFP.

"Regardez ce qui se passe au Nigeria par exemple; le Tchad traverse une transition politique difficile; le Mali continue d'être instable; le Burkina Faso et le Niger sont fragiles", a-t-il égrené.

Soulignant l'importance stratégique de cette région africaine pour l'Europe, M. Grandi a dit espérer qu'une "approche stratégique qui combine tout - l'humanitaire, le développement, l'investissement dans l'éducation et dans la prospérité économique, et le volet sécurité - pourra se faire de manière plus coordonnée."

"Ce qu'il faut au Sahel, c'est une combinaison de plusieurs interventions", a-t-il insisté.

Fin de l'opération Barkhane et exemple d'Afghanistan

Après huit ans de présence ininterrompue au Sahel, où sont aujourd'hui déployés 5.100 de ses militaires, la France veut désormais passer d'un statut de force en première ligne contre les jihadistes à celui de force d'accompagnement et d'appui (renseignement, drones, avions de chasse...).

La décroissance des effectifs militaires français s'opérera progressivement, avec un jalon à environ 3.500 hommes d'ici un an puis 2.500 personnes d'ici 2023, selon une source familière du dossier. Les commandos d'élite de la task force française "Sabre" devraient être maintenus pour poursuivre la traque des chefs jihadistes qui sévissent dans la région.

"Il est certain que les opérations militaires internationales visant à faire face à ces types de crises, comme l'opération française Barkhane ou les troupes américaines en Afghanistan, ne peuvent pas être maintenues éternellement. Je comprends cela", a affirmé Filippo Grandi.

"Le problème est que si, pendant que ces troupes sont présentes, les investissements appropriés ne sont pas faits pour répondre à tous les aspects de la crise, alors lorsque l'on retire les troupes, les causes de la crise sont toujours présentes et la crise peut repartir", a-t-il développé.

Et de conclure: "Ce qui signifie qu'après quelque années, d'autres troupes doivent être envoyées. C'est certainement ce qui nous préoccupe en Afghanistan", d'où les forces américaines vont se retirer.

Le président des Etats-Unis Joe Biden a décidé de retirer tous les soldats américains au plus tard le 11 septembre 2001, pour le vingtième anniversaire des attentats à New York et Washington, qui avaient provoqué l'intervention en Afghanistan.

Pour M. Grandi, le retrait américain risque de provoquer une augmentation de la violence dans le pays: "Nous nous y préparons".

Selon le HCR, 2,6 millions d'Afghans ayant fui leur pays vivaient fin 2020 à l'étranger.

La Roumanie va déployer 45 soldats dans l'opération Takuba au Sahel

Des combattants d'un groupe armé local Gatia et du groupe armé pro-gouvernemental Mouvement de Salut de l'Azawad, se rassemblent devant leur siège dans la ville de Menaka le 21 novembre 2020.

Le Parlement roumain a approuvé la décision de déployer 45 soldats au sein de l'opération européenne Takuba destinée à accompagner les forces maliennes au Sahel, une annonce saluée jeudi par la France qui compte sur ce groupement pour réduire ses effectifs dans la région.

L'arrivée des forces roumaines est prévue au quatrième trimestre 2021. "Cela renforcera la visibilité internationale de notre pays", souligne un rapport officiel, évoquant également "d'importants bénéfices dans la relation avec la France".

"Merci à nos amis roumains pour leur engagement", a réagi dans un tweet la ministre française des Armées Florence Parly.

"La mobilisation des Européens au Sahel continue: la Roumanie déploiera 45 militaires dans Takuba, la taskforce qui rassemble des forces spéciales européennes pour mener des opérations de contre-terrorisme avec les armées maliennes", a-t-elle écrit.

Après plus de huit ans d'engagement massif, le président Emmanuel Macron a annoncé la semaine dernière une réduction de la présence militaire française au Sahel, au profit d'un dispositif recentré sur la lutte ciblée contre les jihadistes et l'accompagnement au combat des armées locales.

Ce dispositif s'appuiera sur "des forces spéciales structurées autour de Takuba avec évidemment une forte composante française - encore plusieurs centaines de soldats - et des forces africaines, européennes, internationales", avait alors précisé le président français.

Voir plus

XS
SM
MD
LG