Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Niger

Forum sur la limitation des mandats présidentiels en Afrique

Le président nigérien Issoufou Mahamadou et les cinq anciens présidents à l'ouverture du forum à Niamey, le 2 octobre 2019 (VOA/Abdoul-Razak Idrissa).

Le respect de la limitation des mandats présidentiels en Afrique est au centre d'un forum qui se tient à Niamey, la capitale du Niger, une occasion pour le président nigérien de réaffirmer son engagement à quitter le pouvoir en 2021 au termes de ses deux mandats.

La rencontre de Niamey se tient dans un pays où le président est en fin de son deuxième et dernier mandat constitutionnel.

Forum sur la limitation des mandats présidentiels en Afrique à Niamey
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:25 0:00


Alors qu'ailleurs, certains citoyens s'interrogent encore sur les intentions de leurs chefs d'Etats qui se trouvent dans la même situation, au Niger, Issoufou Mahamadou, s'est déjà clairement exprimé et a affirmé qu'il quitterait le pouvoir au terme de son 2ème mandat.

Le président nigérien Issoufou Mahamadou à l'ouverture du forum à Niamey, le 2 octobre 2019 (VOA/Abdoul-Razak Idrissa).
Le président nigérien Issoufou Mahamadou à l'ouverture du forum à Niamey, le 2 octobre 2019 (VOA/Abdoul-Razak Idrissa).


Il l'a réitéré à l'ouverture du forum mercredi. "Je crois à la nécessité de l’alternance démocratique qui permet la respiration démocratique. Mon désir le plus ardent est de passer le pouvoir en 2021 à un successeur démocratiquement élu, ce sera ma plus grande réalisation et une première dans notre pays depuis son accession à l’indépendance".

Quatre anciens présidents -Goodluck Jonathan, Catherine Samba-Panza, Amos Sawyer et Nicéphore Soglo- ayant quitté démocratiquement le pouvoir dans leur pays sont venus à Niamey partager leurs expériences.

Nicéphore Sogolo, ancien président béninois à l'ouverture du forum à Niamey, le 2 octobre 2019 (VOA/Abdoul-Razak Idrissa).
Nicéphore Sogolo, ancien président béninois à l'ouverture du forum à Niamey, le 2 octobre 2019 (VOA/Abdoul-Razak Idrissa).


Pour le béninois Nicéphore Soglo, l'espoir est permis sur la question pour les pays africains en général, pour ceux de l'Ouest du continent en particulier. "La construction d'une organisation régionale comme la Cédéao et l'Union africaine nécessite une étude approfondie de la questions des mandats présidentiels et la démocratie en Afrique".

C'est le même optimisme qui a guidé le National Democratic Institute (NDI), initiatrice du forum.

Christopher Fomunyoh, directeur Afrique du NDI à Niamey, le 2 octobre 2019 (VOA/Abdoul-Razak Idrissa).
Christopher Fomunyoh, directeur Afrique du NDI à Niamey, le 2 octobre 2019 (VOA/Abdoul-Razak Idrissa).


"Depuis 30 ans, ce sont les pays dont les constitutions sont respectées et qui connaissent la limitation des mandats où les transitions pacifiques sont à même d'être les plus stables et à l'abri des violences et des conflits", a indiqué le directeur du pôle Afrique du NDI, Christopher Fomunyoh.

Experts de la gouvernance démocratique et du droit constitutionnel, hommes politiques et acteurs de la société civile ont échangé trois jours durant pour trouver des réponses aux multiples questions que pose la problématique du respect de la limite constitutionnelle des mandats présidentiels en Afrique.

Toutes les actualités

23000 personnes déplacées par les inondations

23000 personnes déplacées par les inondations
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:27 0:00

La fermeture de la frontière Niger - Nigeria perturbe le commerce local

La fermeture de la frontière Niger - Nigeria perturbe le commerce local
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:57 0:00

Les inondations forcent 23.000 personnes à quitter leur foyer au Niger

Quelques familles sortent leurs biens menacés par des inondations à Agadez, Niger, 15 août 2018. (Twitter/ Rhissa Feltou)

Quelque 23.000 personnes ont dû quitter leurs foyers depuis début octobre à cause d'inondations dans la région de Diffa, dans le sud-est du Niger, ont annoncé samedi des députés de la région, dans une déclaration publique au Parlement.

Les pluies exceptionnelles enregistrées ces dernières semaines dans cette zone semi-désertique ont fait déborder la rivière Komadougou Yobé, qui alimente le lac Tchad.

La radio nationale, La Voix du Sahel, a évoqué samedi deux villages "complètement inondés", totalisant "2.500 ménages" qui ont dû se déplacer, et de nombreuses rizières noyées dans le périmètre de la ville de Diffa.

Plus de 400 ménages ont trouvé refuge dans un gymnase de la ville.

"Depuis des jours nous nous sommes mobilisés pour arrêter cette montée d'eau, mais en vain. Les sacs de sable que nous avons placés comme digue de protection ont été complètement submergés", a témoigné Amadou Issa, un riziculteur contacté par l'AFP.

Ces inondations ont crée une nouvelle crise humanitaire dans cette région en proie aux attaques du groupe jihadiste Boko Haram.

Selon le Bureau des affaires humanitaires de l'Onu (OCHA), la région accueille près de 120.000 réfugiés et 109.000 déplacés internes.

Dans le reste du pays, de graves inondations ont fait 57 morts et plus de 130.000 sinistrés de juin à septembre, selon un bilan gouvernemental.

Etat sahélien très sec, le Niger fait face depuis quelques années à des inondations, y compris dans les zones désertiques.

Cinq soldats tués dans une attaque armée

Cinq soldats tués dans une attaque armée
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:00:49 0:00

Journée Internationale de la fille

Journée Internationale de la fille
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:42 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG