Liens d'accessibilité

Dernières nouvelles

Togo

Les Togolais ont voté dans le calme

Les électeurs examinent une liste électorale devant un bureau de vote dans le quartier de Be à Lomé le 20 décembre 2018 lors de la procédure de vote pour les élections législatives.

Les Togolais se sont rendus aux urnes jeudi dans le calme et sous une forte présence militaire pour élire leurs députés, dans un scrutin boycotté par 14 partis d'opposition qui dénoncent un "hold-up électoral" du parti au pouvoir.

16 heures temps universel les bureaux de vote sont fermés, place au dépouillement des bulletins sous le regard de quelques électeurs.

Les législatives de ce 20 décembre n’ont pas drainé grande foule à Lomé. Constat fait dès l’ouverture des bureaux de vote.

Duc Hermann Kidabili, président bureau de vote 2 du centre lycée Hédjranawoé, à Lomé, le 20 décembre 2018. (VOA/Kayi Lawson)
Duc Hermann Kidabili, président bureau de vote 2 du centre lycée Hédjranawoé, à Lomé, le 20 décembre 2018. (VOA/Kayi Lawson)

Duc Hermann Kidabili, président bureau de vote 2 du centre lycée Hédjranawoé, explique à VOA Afrique que "il n’y a pas assez d’affluence je me dis ça doit être le stress de la population. Il n’y a pas eu de problème, ni avec les candidats ni avec les membres du bureau de vote. L’organisation se passe très bien".

Loin des considérations politiques, affirment-ils, ces Togolais sont venus voter pour des raisons particulières.

"Nous voulons l’épanouissement du pays, mais main dans la main. Qu’on ne tienne pas compte du parti pris. Donc soyons toujours Togolais", explique un électeur.

"Je suis très fier d’avoir accompli mon devoir civique. Voter n’est pas un acte politique mais c’est un acte citoyen", souligne un autre.

Un bureau de vote à Lomé, le 20 décembre 2018. (VOA/Kayi Lawson)
Un bureau de vote à Lomé, le 20 décembre 2018. (VOA/Kayi Lawson)

Les dépouillements finis, place à la compilation des résultats. La Commission électorale nationale indépendante (CENI) dispose un maximum de 6 jours pour proclamer les résultats provisoire.

La veille, le général Yark Damehame, le ministre de la sécurité, avait prévenu les "gens" qui souhaitent "empêcher les élections", lors d’une conférence de presse: "Nous avons pris les dispositions qui s’imposent pour accompagner nos compatriotes pour qu'ils puissent accomplir leur devoir civique".

Aux carrefours de la capitale, et aux stations services, les forces de sécurité (gendarmes, policiers et militaires) étaient déployés pour prévenir toute violence lors de ce vote, sous haute tension.

Dans les quartiers de l'opposition, l'affluence était très mitigée. A Agoé, fief du Parti National Panafricain (PNP) de Tikpi Atchadam, un des leaders de l'opposition, "les gens viennent au compte-gouttes" depuis 7 heures, explique le président du bureau de vote d'Alfourkane. "Dans le courant de la journée, je suis sûr que les gens vont essayer de surmonter leur peur".

Pour nombre de partisans de l'opposition, ce n'est pas la peur qui les éloigne des bureaux de vote, mais bien l'appel au boycott de la coalition de l'opposition C-14.

Dans un communiqué de la C-14 largement partagé sur les réseaux sociaux, le "peuple Togolais" était invité à boycotter et "empêcher" ce "énième hold-up électoral".

Depuis plus d'un an, l'opposition multiplie les marches de protestation pour demander la démission du président Faure Gnassingbé et la limitation à deux du nombre de mandats présidentiels.

Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, a succédé dans la violence à son père, le général Eyadema Gnassingbé, qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant 38 ans.

Les manifestations des 8 et 10 décembre ont fait au moins quatre morts - six selon l'opposition - tués par balles.

Avec ce boycott de l'opposition, le parti au pouvoir peut espérer remporter les 4/5 des sièges (73 députés sur 91 contre 62 actuellement), pouvant lui permettre d’opérer seul les réformes au Parlement, notamment une réforme constitutionnelle permettant au président Gnassingbé de se représenter en 2020 et 2025.

Toutes les actualités

Bilan de la contractualisation des hôpitaux publics togolais

Entrée de l'hôpital secondaire de Be, à Lomé, le 19 octobre 2017.

Les hôpitaux publics n’ont pas bonne réputation au Togo. L'accueil dans ces établissements laisse à désirer et la population manque de confiance dans le personnel soignant.

Pour redorer le blason des centres sanitaires publics, le ministère de la Santé a opté pour la contractualisation de ces hôpitaux, lancée en 2017. Deux ans après, l’heure est au bilan.

Le Togo s’est inscrit, depuis deux années, dans une approche contractuelle pour ses services de santé. L’objectif est d’améliorer le système de santé en assainissant la gestion des finances des hôpitaux.

Après la phase pilote qui a concerné une dizaine de centres hospitaliers, le bilan est satisfaisant explique le ministre togolais de la santé, le professeur Moustapha Mijiyawa : "cette contractualisation a beaucoup assaini la gestion des finances des hôpitaux".

"Cela a beaucoup impacté les taux de consultation et de fréquentation, les maternités et l’aspect prise en charge chirurgicale. Maintenant, il s'agit d’équiper et de réhabiliter les différentes formations sanitaires. Cet ensemble de mesures va nous permettre de mettre en place un système de santé de base robuste et correct pour nos populations", soutient-il.

Reconnaissant que la contractualisation a contribué à une certaine amélioration des services dans les hôpitaux publics, certains Togolais appellent à plus d’humanisme dans les centres sanitaires.

"On a senti qu’il y a une nette amélioration de la vie sanitaire. Si il fallait améliorer quelque chose, c’est l’accueil. Il faut que tout le monde soit traiter de la même manière", ont expliqué des Togolais à VOA Afrique.

En visite au Togo à la fin du mois d’avril, la directrice région Afrique de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a estimé que grâce à la contractualisation, le Togo peut augmenter le budget alloué au secteur de la santé.

"Nous constatons dans beaucoup de pays -y compris ici au Togo- qu’il y a lieu d’augmenter l’allocation de budget public dans le système de santé", a déclaré la docteur Matshidiso Moeti.​

"Je suis très satisfaite, le pays est en bonne voie. Nous, en tant qu'Organisation Mondiale de la Santé, nous allons appuyer ce processus avec les hôpitaux".

Selon les résultats rendus publics par le ministère de la santé, la disponibilité des médicaments dans les centres contractualisés est supérieure à 95%. En ce qui concerne les chiffres d’affaires, ils ont connu une progression entre 22 et 69% selon les centres de santé.

Le gouvernement togolais veut redorer le blason des hôpitaux publics

Le gouvernement togolais veut redorer le blason des hôpitaux publics
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:27 0:00

Me Célestin Agbogan explique les cas de violences au Togo

Me Célestin Agbogan explique les cas de violences au Togo
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:29 0:00

"Recrudescence alarmante" des violations des droits de l'Homme (ONG)

"Togo mort" dans les rues de Lomé, le 4 décembre 2018.

Les violations des droits de l'Homme ont connu une "recrudescence alarmante" au Togo ces derniers mois, selon la Ligue Togolaise des Droits de l'Homme (LTDH) dans son dernier rapport consacré à ce pays.

Les faits collectés et présentés dans le document couvrent une période de huit mois, d'août 2018 au 13 avril 2019, date des dernières manifestations contre le pouvoir.

Selon la LTDH, cinq personnes ont été tuées dont trois par balle pendant des manifestations de l'opposition au cours de cette période.

Parmi les victimes, figure un enfant de 12 ans, Moufidou Idrissou, "froidement abattus à Togblékopé (banlieue-nord de Lomé) par une arme à feu par des éléments des forces armées" le 8 décembre, à la veille des élections législatives, souligne le rapport intitulé "Togo : La Terreur contre le Peuple".

La LTDH dénonce pêle-mêle "des atteintes à l'intégrité physique, des maltraitances psychologiques, des destructions, extorsions de biens, pillages et vols, des entraves aux libertés publiques et les mauvaises conditions de vie des personnes" détenues dans le cadre des manifestations de l'opposition.

Selon l'ONG, respectée au sein de la société civile togolaise, les manifestants arrêtés sur les lieux de manifestations par les forces de sécurité "subissent de sérieuses et graves atteintes à leur intégrité physique".

"Des coups de matraques, des bastonnades et autres traitements inhumains et cruels, en l'occurrence de coups de pieds, sur des endroits sensibles de leur corps sont monnaie courante", selon les termes du document.

Quelque 78 personnes arrêtées dans le cadre des manifestations de l'opposition, sont toujours incarcérées, n'ayant pas bénéficié de deux vagues de grâces présidentielles.

Par ailleurs, la LTDH a formulé une série de recommandations notamment à l'endroit de l'Etat togolais, des organisations onusiennes et la communauté internationale et des organisations de défense des droits de l'Homme.

Elle demande l'ouverture d'une "enquête indépendante sur les multiples cas de tortures" et la libération tous les détenus arrêtés dans le cadre des manifestations ainsi que les leaders du Parti National Panafricain (PNP, opposition).

La Ligue invite la communauté internationale à "s'impliquer réellement dans la résolution définitive de la crise togolaise tout en évitant le parti-pris".

Le Togo a été secoué par une importante crise politique entre 2017 et 2018, et des dizaines de milliers de personnes sont régulièrement descendues dans les rues pour demander la démission du président Faure Gnassingbé, et la limitation rétroactive du nombre de mandats présidentiels.

Faure Gnassingbé, au pouvoir depuis 2005, a succédé à son père, le général Eyadema Gnassingbé, qui a dirigé le pays d'une main de fer pendant 38 ans. Début mai, les députés togolais ont voté une révision constitutionnelle permettant au chef de l'Etat de se représenter en 2020 et 2025 et lui garantissant une immunité à vie “pour les actes posés pendant les mandats présidentiels".

Recrudescence de violations des droits humains

Recrudescence de violations des droits humains
Attendez s'il vous plaît

No media source currently available

0:00 0:02:35 0:00

Voir plus

XS
SM
MD
LG